ÉDUCATIONSociologie de l'éducation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que fait l'école ?

Quand l'alliance paisible de l'école et de la société paraît ébranlée, quand l'école semble enfoncée dans une crise latente, la plupart des sociologues ne s'en tiennent plus à une conception « simple » de la reproduction selon laquelle l'école serait une sorte de boîte noire enregistrant passivement les inégalités sociales. Bien qu'aucun système scolaire ne paraisse en mesure de neutraliser l'effet des inégalités sociales sur les inégalités scolaires, il semble cependant que l'école joue un rôle propre à travers son organisation, ses méthodes pédagogiques, ses traditions, comme le mettent en évidence les comparaisons internationales des systèmes scolaires qui semblent plus ou moins efficaces et plus ou moins équitables. Depuis une vingtaine d'années, un nombre considérable de travaux, notamment ceux de Marie Duru-Bellat, ont été consacrés aux inégalités de l'offre scolaire elle-même, aux divers « effets » scolaires, à la manière dont l'école « produit » des inégalités.

Enseignement des sciences à l'école primaire: le mouvement «La main à la pâte»

Photographie : Enseignement des sciences à l'école primaire: le mouvement «La main à la pâte»

Étude du vivant à l'école primaire. Initié par Georges Charpak en 1996, le mouvement «La main à la pâte» développe une pédagogie active d'investigation pour l'enseignement des sciences à l'école primaire. 

Crédits : La main à la pâte, 2001

Afficher

Bien sûr, les établissements accueillant les meilleurs élèves, qui sont souvent les plus privilégiés socialement, obtiennent de meilleurs résultats que les autres. Mais il apparaît aussi que des établissements socialement identiques n'ont pas nécessairement la même « efficacité ». Ils ne sélectionnent et n'orientent pas les élèves de la même manière, quelques-uns creusent les écarts, d'autres les maintiennent ou les atténuent. Ce qu'on appelle le climat éducatif, la nature des relations entre les enseignants, les élèves et les familles, la cohésion de l'équipe éducative, varient sensiblement selon les établissements. Les uns sont confrontés à l'absentéisme et aux désordres, les autres moins. Il semble que cet « effet établissement » tienne à la mobilisation des équipes éducatives, au style d'autorité des directions et à leur capacité d'attirer les meilleurs élèves au sein d'une catégorie sociale donnée. Dès lors, la carrière d'un élève ne dépend pas seulement de son origine sociale et de ses talents, elle tient aussi à la qualité de l'établissement où il est scolarisé.

Autre effet, celui de la composition des classes. Beaucoup pensent que les classes hétérogènes du collège unique sont un échec, « tirant » les meilleurs élèves vers le bas et imposant aux plus faibles un enseignement qui ne leur conviendrait pas. La mesure précise des conséquences de la composition des classes dément cette croyance : le regroupement des élèves faibles dans les mêmes classes fait baisser leur niveau, alors que le regroupement des bons élèves n'entraîne pas un gain comparable à la perte des plus faibles. Dès lors, la manière de composer les classes a des effets sur le niveau moyen des élèves et sur les écarts entre les meilleurs et les moins bons. L'organisation de l'école peut donc infléchir la formation des inégalités scolaires.

Les effets de l'école peuvent être plus subtils encore. Par exemple, la « qualité » du maître de cours préparatoire produit des conséquences identifiables sur les apprentissages scolaires des élèves. Dans l'enseignement secondaire, des études de Georges Felouzis et de Pierre Merle démontrent que les manières de noter et d'évaluer les élèves varient sensiblement d'un enseignant à un autre et que les professeurs ne sont pas également efficaces et équitables. Mais ce qui vaut pour les maîtres vaut aussi pour les élèves et l'on ne doit pas perdre de vue le fait que de nombreux parcours scolaires sont profondément atypiques : des élèves a priori « voués » à l'échec connaissent de grandes réussites alors que d'autres, socialement destinés à réussir, échouent à l'école. La sociologie de l'éducation étudie donc ces parcours exceptionnels qui échappent parfois à l'analyse des grandes séries statistiques. L'école n'est pas une simple chambre d'enregistrement des inégalités sociales : il existe une marge d'action, fût-elle réduite, face à la « loi d'airain » des inégalités scolaires.

L'évaluation des politiques publiques et les comparaisons internationales renforcent encore l'idée selon laquelle l'école a un rôle propre. De plus en plus fréquemment, les sociologues de l'éducation analysent et évaluent les conséquences des politiques scolaires. Denis Meuret, par exemple, s'est efforcé de mesurer la portée de la politique de discrimination positive mise en place voici plus de vingt ans avec les Z.E.P. Il montre que si cette politique n'a pas eu d'effets sensibles sur les performances des élèves, elle a en revanche contribué à améliorer le climat des établissements. Les comparaisons internationales, appuyées sur de vastes enquêtes, indiquent que, pour des sociétés comparables consacrant la même part de leur P.I.B. à l'éducation, le niveau moyen des élèves et les écarts entre les meilleurs et les moins bons varient sensiblement d'un pays à l'autre. Comment expliquer ces différences ? Tiennent-elles à la structure des études, à l'autonomie des établissements, au mode de pilotage du système, à la formation et au travail des enseignants ? Il est clair que la sociologie de l'éducation comparée est appelée à se développer dans les années qui viennent. Tous ces travaux mettent en lumière le fait que la sociologie de l'éducation n'est pas strictement spéculative : bon gré mal gré, elle contribue à l'élaboration des politiques scolaires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Raymond Boudon

Raymond Boudon
Crédits : D.R.

photographie

Enseignement des sciences à l'école primaire: le mouvement «La main à la pâte»

Enseignement des sciences à l'école primaire: le mouvement «La main à la pâte»
Crédits : La main à la pâte, 2001

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ÉDUCATION  » est également traité dans :

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xxe siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'huma […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Prise dans la perspective que l'on va adopter, l'éducation est au fondement même de toute société. On traitera ici, non pas de n'importe quel processus de développement et de perfectionnement des individus sous l'action d'autrui, mais seulement de ce processus lorsqu'il met en jeu des adultes à titre d'éducateurs et des êtres non encore adultes à titre d'édu […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'histoire de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 410 mots

À partir de la fin du xviiie siècle, au sein des sociétés européennes en évolution, l'éducation allait se manifester à la fois comme un enjeu social, comme une composante de la croissance économique, comme une organisation nationale, comme une idée régulatrice et un projet de gouvernement. Il était dès lors prévisible que le propos sur l'éducation en […] Lire la suite

ÉDUCATION - Économie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François LECLERCQ
  •  • 3 976 mots

L'approche économique contemporaine de l'éducation s'est développée à partir de la fin des années 1950 avec les travaux de Theodore Schultz (Prix Nobel 1979, Gary Becker (Prix Nobel 1992) et Jacob Mincer qui ont fondé la théorie du capital humain. Selon cette théorie, les compétences acquises dans le système d'enseignement (école, collège, lycée, […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les systèmes scolaires des pays développés

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JALLADE
  •  • 4 767 mots

Les systèmes éducatifs complexes des pays développés sont le fruit de traditions culturelles, politiques, économiques et administratives très contrastées. Ils sont à la fois déterminés par ces héritages et porteurs de changements, les politiques éducatives des gouvernements arbitrant sans cesse entre conservation et adaptation. Il en résulte une très grande diversité de structures et de pratiques […] Lire la suite

ÉDUCATION - Les nouvelles technologies au service de l'éducation

  • Écrit par 
  • Gilles BRAUN
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

En modifiant profondément le rapport à la mémoire, au traitement et au transport des données textuelles, sonores ou iconographiques, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (N.T.I.C.) influent directement sur les deux missions fondamentales de l'école que sont la transmission du savoir et la socialisation des jeunes. Plus de trente […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'accès à l'éducation dans le monde

  • Écrit par 
  • François ORIVEL
  •  • 5 758 mots
  •  • 13 médias

L'idée d'éducation pour tous n'est pas nouvelle. Plusieurs pays européens se sont donné cet objectif dès le xixe siècle. Un certain nombre, dont la France, l'ont réalisé avant 1900. Par la suite, il fut inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme adoptée par la communauté internationale après la […] Lire la suite

ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 1 300 mots

On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu'Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviiie siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de la discipline et de la formation [ […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'échec du state building »  : […] Pendant une décennie, la rhétorique de la coalition occidentale et des organisations internationales est dominée par l'annonce des progrès à venir de l'État afghan. Pourtant, le régime mis en place après l'invasion de septembre 2001 ne parvient pas au niveau de contrôle territorial qu'avaient atteint les Talibans avant leur chute. Dans le domaine de la justice par exemple, la population rurale n'a […] Lire la suite

ALPHABÉTISATION

  • Écrit par 
  • Béatrice FRAENKEL, 
  • Léon GANI, 
  • Aïssatou MBODJ
  •  • 8 905 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'alphabétisation de longue durée »  : […] Lire et écrire ont longtemps été des savoir-faire réservés à des professionnels. Les premières civilisations de l'écrit, celles de la Mésopotamie, de l'Égypte ou de la Chine, confient à une caste puissante de scribes le soin de l'élaboration, tant matérielle qu'intellectuelle, des documents écrits. L'Antiquité gréco-romaine, qui voit l'expansion de l'écriture alphabétique, va imposer une nouvelle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-14 janvier 1983 France. Polémiques autour des projets de réforme de l'enseignement

l'éducation à l'université Louis-Pasteur de Strasbourg, présente le rapport de la « mission d'étude pour l'amélioration du fonctionnement des collèges », mise en place un an auparavant par Alain Savary, ministre de l'Éducation nationale. Intitulé « Pour un collège démocratique », ce projet de réforme tend à limiter au maximum les redoublements, institue […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DUBET, « ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/education-sociologie-de-l-education/