SANGUINETI EDOARDO (1930-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète

La poésie de Sanguineti, et particulièrement dans sa première période (Laborintus et Erotopaegnia), peut apparaître comme l'équivalent linguistique de la recherche musicale de Berio, le poète choisissant la voie du langage expérimental pour apporter, selon une tradition inaugurée par Gozzano, un ultime démenti au « sublime » que veut à tout prix tenter de sauver un monde auquel il est désormais impossible d'adhérer. La poésie devient un acte violent qui tend à révéler le « profond » par la mise en évidence des contradictions entre la conscience et la réalité, entre la théorie et la praxis, et qui retrouve les instincts, oniriques et sexuels, généralement mis en marge de la réalité et soumis à des mécanismes répressifs par une société soucieuse uniquement de profit. Aussi le langage poétique doit-il, pour Sanguineti, abandonner toute hiérarchisation des signes, reflet et instrument de la hiérarchisation des valeurs dans la réalité.

D'où ce langage expérimental, qui rend aux signes leur autonomie, les fait échapper aux rapports de dépendance et de réciprocité qu'ils entretiennent entre eux et avec la réalité : langage chaotique qui, par le refus de la syntaxe et par une nouvelle ponctuation faisant éclater la phrase, mêle les langues (Sanguineti se souvient à ce propos de l'avant-garde, mais surtout de Pound et d'Eliot). Le texte se présente en effet comme une mosaïque d'anglais, d'allemand, d'italien, de français et de latin ; mais le français y est savant et ancien, le latin médiéval (le titre, Laborintus, est emprunté à un rhétoricien du xiiie siècle, Evrard l'Allemand), « langues mortes d'une réalité morte » (G. Sica). Un matériel linguistique fragmentaire vient signifier l'inéluctable écroulement de la société capitaliste.

L'entreprise poétique de Laborintus, entreprise de négation et, en quelque sorte, de « purification » – en sortir « avec les mains sales, certes, mais en laissant la boue derrière soi », écrit Sanguineti –, devait, de l'avis même de l'auteur, être trahie, et Purgatorio dell'Inferno constitue un tournant où la réalité tend à être récupér [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SANGUINETI EDOARDO (1930-2010)  » est également traité dans :

GROUPE 63 (GRUPPO 63)

  • Écrit par 
  • Giovanni IOPPOLO
  •  • 575 mots

Entre le 3 et le 8 octobre 1963 se tint à Solanto, près de Palerme, un congrès d'hommes de lettres. Les tendances les plus disparates et les individualités les plus isolées eurent l'occasion de confronter leurs travaux récents. On parla, à propos de cette réunion, d'une violente attaque des jeunes écrivains contre les valeurs littéraires établies. En fait, personne ne faisait figure de jeune écriv […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « De la critique de l'idéologie à la contestation des formes poétiques »  : […] La quatrième génération fait cohabiter des personnalités conflictuelles : il y a des isolés comme G. Giudici (1924-2011) mais aussi le noyau regroupé autour de la revue Officina (1955-1959) avec Pasolini (1922-1975) , F. Leonetti (1924), R. Roversi (1923-2012) puis plus tard Franco Fortini (1917-1994). Alors que le néo-réalisme s'épuise, ces auteurs tentent une difficile transfusion de sang néo-h […] Lire la suite

Pour citer l’article

Brigitte OLIVIERI, « SANGUINETI EDOARDO - (1930-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edoardo-sanguineti/