BURKE EDMUND (1729-1797)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une philosophie des passions

Pour comprendre la démarche de Burke, il faut d'abord s'attacher à la philosophie des passions qu'élabore la Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau. Bien avant Freud, Burke conçoit une opposition irréductible entre une expérience fondée sur l'amour, la communicabilité et l'aisance relationnelle et une expérience qui vise à tenir à distance et à maîtriser la terreur qui submerge le moi, lorsqu'il s'éprouve menacé dans son intégrité physique, psychologique ou morale. Si ces deux types d'expériences engendrent, certes, du plaisir, celui-ci est positif et immédiat dans le premier cas, relatif et médiat dans le second : le delight naît de l'éloignement de la crainte et de la souffrance.

D'un côté, les passions sociales fondent directement les vertus inférieures ou domestiques, de l'autre, les passions relatives à la conservation du sujet exigent d'être dominées, de manière à produire les plus hautes vertus, politiques et militaires. Là, l'ordre et l'harmonie constituent le règne du beau et font du goût le ciment le plus sûr d'une société et d'un État ; ici, au contraire, on assiste à l'émergence seulement éventuelle et toujours imprévisible du sublime ; et le risque demeure d'une terreur destructrice qui, ou bien interdirait l'apparition du sublime, ou bien en rendrait la reconnaissance impossible.

Quel rapport assigner, dans ces conditions, entre passions sociales et passions du moi, vertus domestiques et vertus politiques ; Loin de placer la liberté, à l'instar des Anciens, dans la seule vie politique, en faisant de la famille le règne de la violence et de son chef un « despote », Burke soutient que « le premier principe de toutes les affections publiques, on pourrait dire son germe, c'est l'attachement à la catégorie sociale qui est la nôtre, c'est notre amour du petit groupe dont nous faisons partie. C'est là le premier anneau de la chaîne qui nous conduit à l'amour de la patrie et de l'humanité ». L'élégance et le bon goût veulent, en effet, que « de plaisantes fictions » fassent régner dans la vie politi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BURKE EDMUND (1729-1797)  » est également traité dans :

RECHERCHE PHILOSOPHIQUE SUR L'ORIGINE DE NOS IDÉES DU SUBLIME ET DU BEAU, Edmund Burke - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julie RAMOS
  •  • 1 204 mots

La Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau d'Edmund Burke (1729-1797), a été publiée en 1757 et remaniée en 1759. Dès sa parution l'ouvrage a eu un grand retentissement ; il fut souv […] Lire la suite

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 677 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les critiques des principes nouveaux »  : […] Deux grands courants critiques ont dénoncé ces tensions ou ces contradictions, arguant qu'elles rendaient les droits de l'homme et la citoyenneté tout à la fois inefficaces et dangereux. Ils n'ont cessé d'alimenter les débats sur les sociétés démocratiques modernes. Les penseurs de la contre-révolution ont critiqué l'abstraction du citoyen qui arrache l'individu à la nature et à l'histoire, l'éla […] Lire la suite

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La constitution comme ordre de valeurs »  : […] La tentation est certes grande de s'en remettre à l'usage actuel où le mot semble inévitablement renvoyer à un document que chacun présuppose être normatif et contraignant. Il n'en a pas toujours été ainsi, et cela même à l'époque où l'on a commencé à rédiger des constitutions. Autrement dit, le concept de constitution a longtemps évolué entre l'idée d'ordre social et celui de norme juridique fond […] Lire la suite

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « La contre-révolution intellectuelle »  : […] Burke est le premier penseur d'envergure à dénoncer l'influence des idées révolutionnaires. Car c'est d'Angleterre, de cette Angleterre qui avait si fortement influencé Montesquieu et Voltaire, qu'est venue la réfutation la plus approfondie de la Révolution française. Elle vint d'un membre du parti whig, qui avait lutté pour la défense des libertés contre la tentative absolutiste de George III et […] Lire la suite

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 174 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sublime et métaphysique »  : […] Tel est, semble-t-il, le fond de la problématique du sublime. Et tel est ce qui la définit comme une problématique proprement métaphysique, en somme toujours affrontée à ce paradoxe matriciel qui est peut-être le paradoxe même de l'ontologie : dans le sublime, c'est la nature qui demande à l'art de la seconder, de la faire être afin qu'elle se révèle. Mais du coup elle supprime l'art, au sens de […] Lire la suite

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Dans le chapitre « Le pittoresque et le sublime »  : […] À l'inverse, le type de compositions pratiquées au xviii e  siècle côtoie l'esthétique de Descartes, Boyceau et Antoine Joseph Dezallier d'Argenville. Là où le philosophe explique que les idées sont comme « des tableaux et des peintures », Boyceau insiste sur les allées et les longs promenoirs dont l'air colore les lointains, tandis que Dezallier admire le rendu de la lumière et des couleurs par L […] Lire la suite

ORIGINE

  • Écrit par 
  • Pierre-François MOREAU
  •  • 2 736 mots

Dans le chapitre « Le geste inaugural »  : […] Une seconde confusion à éviter consiste à assimiler le recours à l'origine à une revendication du retour. Même lorsqu'elle sert à dénoncer comme illégitime un état actuel, la démarche originaire n'est pas un « primitivisme », car vouloir revenir à un temps premier serait encore accorder du prix au temps. La source de cette confusion, souvent exploitée par les adversaires d'une telle méthode de ra […] Lire la suite

POLITIQUE - Les régimes politiques

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU
  •  • 8 477 mots

Dans le chapitre « La représentation politique »  : […] Quelle que soit la sincérité avec laquelle les institutions et la pratique politiques consacrent l'origine populaire du pouvoir, le peuple ne peut exercer directement sa souveraineté. Là même où les mécanismes de la démocratie directe (initiative populaire, veto, référendum) sont en vigueur, comme dans la Confédération helvétique, ils n'interviennent que sporadiquement. La gestion des affaires es […] Lire la suite

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Dans le chapitre « Modèles académiques et sentiment de justesse »  : […] Cependant, le sentiment de justesse allait trouver à s'exercer sur la comparaison des modèles et se nourrir des variations introduites par les grands maîtres. Le génie se donne ses règles, et l'éducation académique s'accomplira dans l'imitation d'œuvres prestigieuses données pour exemplaires de la « nature choisie » et du « beau idéal ». Le classicisme renoncera à une théorie approfondie des can […] Lire la suite

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « BURKE EDMUND - (1729-1797) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-burke/