ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Complexe CRISPR-Cas9

Complexe CRISPR-Cas9
Crédits : Janet Iwasa for the Innovative Genomics Institute. Copyright 2018 The Regents of the University of California

photographie

Mode d’action de CRISPR-Cas9

Mode d’action de CRISPR-Cas9
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Qu’en pense le public ?

Jusqu’à présent, les opinions publiques n’ont pas eu à se positionner directement, l’édition du génome n’étant pas encore traitée comme une question relevant de la délibération citoyenne. Il se pourrait qu’elle le devienne assez rapidement dans le cadre de la révision imposée des législations bioéthiques sous la forme de conférences ou de jurys citoyens. En attendant, on ne dispose que d’enquêtes d’opinion, là où elles existent, c’est-à-dire aux États-Unis où elles sont conduites sur ce sujet depuis une vingtaine d’années. Robert J. Blendon, Mary T. Gorski et John M. Benson en ont fait une synthèse en 2016. Entre six et neuf Américains sur dix approuveraient l’édition du génome si elle intervenait sur des enfants ou des adultes atteints de maladies génétiques à l’issue létale. La proportion décroît fortement s’il s’agissait de corriger le génome germinal avant la naissance (entre 49 et 26 p. 100 selon les enquêtes) et plus encore si cela était fait en vue de changer l’apparence, les traits physiques ou d’améliorer le quotient intellectuel (QI) de l’enfant à naître (entre 28 et 8 p. 100). Selon la dernière enquête (janvier 2017), le taux d’acceptation de l’édition du génome germinal monte à 65 p. 100 s’il s’agissait d’un objectif thérapeutique et tombe à 26 p. 100 si l’objectif était d’améliorer des traits physiques ou cognitifs (couleur des yeux, QI…). Il semblerait donc que les opinions évoluent dans le sens d’une plus grande tolérance à l’égard de l’édition du génome germinal surtout à des fins médicales mais aussi dans une moindre mesure à des fins d’amélioration humaine, scénario auquel souscrit un Américain sur quatre. Les avis exprimés sont liés au niveau d’information : plus les individus sont informés, plus ils se prononcent en faveur de l’édition germinale.

En France, les informations sont plus lacunaires et aucun élément de comparaison dans le temps n’est disponible. D’après un sondage de l’Institut français d’opinion publique (IFOP) réalisé en mai 2016, seuls 9 p. 100 des Français ont déjà entendu parler de la technique CRISPR-Ca [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : docteur en sociologie, professeur des Universités à l'université Lumière-Lyon-II, chercheur au Centre Max Weber (CNRS Lyon)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Hugues DÉCHAUX, « ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-du-genome-humain/