POE EDGAR ALLAN (1809-1849)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les nouvelles

Les contes de Poe, d’abord regroupés sous divers titres, Tales of the Grotesque and the Arabesque (1840), Tales of Mystery and Imagination (1902), peuvent être répartis en cinq cycles principaux. En premier lieu, un cycle de la cruauté et de la perversité qui regroupe des récits de meurtre et de confession : William Wilson (1840), Le Cœur révélateur (1843), Le Chat noir  (1843), Le Démon de la perversité (1845), La Barrique d’amontillado (1846). Dans ces contes dominent l’obsession, les états psychologiques extrêmes, la phobie et la folie criminelle. Le récit est pris en charge par un narrateur non fiable voire mensonger, victime de sa paranoïa ou de ses pulsions, conduit à l’aveu contre son gré (l’esprit de perversité, selon Poe). Dans Le Cœur révélateur, il tue un vieillard sans motif, juste à cause de la taie qui voile son œil et lui donne un regard aveugle. Le motif de l’œil participe ici d’une problématique de l’identité (I eye). Dans Le Chat noir, le meurtrier, auteur d’une série d’actes violents, est trahi par une confiance excessive en son impunité et dénoncé par le miaulement monstrueux du chat qu’il a enfermé par mégarde près du cadavre de son épouse. La Barrique d’amontillado reprend ce motif dans une histoire de double et de vengeance où Montrésor attire son ennemi Fortunato dans les caves de sa demeure afin de l’emmurer vivant. Le narrateur de William Wilson, persécuté par son double, se tue en transperçant celui-ci de son épée. Dans Le Puits et le pendule (1843), l’Inquisition espagnole utilise divers dispositifs de torture (un pendule, des murs actionnés par un mécanisme qui rétrécit l’espace) pour pousser le narrateur prisonnier au suicide. Dans Le Masque de la mort rouge (1845), l’attitude démiurgique et transgressive du prince Prospero le conduit, en vain, à braver la Mort et le Temps.

Le deuxième cycle, des contes féminins et conjugaux, comporte des récits célèbres : Bérénice (1835), Morella (1835), Ligeia (1838), La Chute de la maison Usher  (1839), Eléonora (1842). Tous sont construits sur l’idée d’une relation passionnelle obses [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe
Crédits : C.T. Talman/ Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Double Assassinat dans la rue Morgue, R. Florey

Double Assassinat dans la rue Morgue, R. Florey
Crédits : Everett Collection/ Aurimages

photographie

Le Corbeau, E. Manet

Le Corbeau, E. Manet
Crédits : Heritage Art/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  POE EDGAR ALLAN (1809-1849)  » est également traité dans :

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES, Edgar Allan Poe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 987 mots
  •  • 1 média

Le recueil publié par le poète et conteur américain Edgar Allan Poe (1809-1849) en 1840, sous le titre de Tales of the Grotesque and the Arabesque, comprenait vingt-cinq nouvelles. Charles Baudelaire y ajouta une vingtaine d'autres contes, qu'il traduisit et préfaça pour obtenir le recueil […] Lire la suite

CORMAN ROGER (1926- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 236 mots

Le nom de Roger Corman est surtout lié au cinéma fantastique américain qu'il renouvelle, entre 1960 et 1964, avec ses films inspirés des textes d'Edgar Allan Poe. Toutefois, il est bien plus que cela. En tant que producteur, réalisateur, distributeur et révélateur de talents, il donna à la série B à petit budget ses lettres de noblesse et une certaine légitimité. Grand styliste lui-même – c'était […] Lire la suite

DOCTOROW EDGAR LAWRENCE (1931-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Né le 6 janvier 1931 dans le quartier du Bronx (New York), Edgar Lawrence Doctorow est issu d’une famille juive d’origine russe. Il obtient un diplôme de bachelor of arts (1952) au Kenyon College, avant d’étudier l’art dramatique et la mise en scène pendant un an à la Columbia University. Il travaille dans un premier temps comme lecteur de scénarios pour Columbia Pictures à New York. En 1959, i […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La légende de la plantation et son envers »  : […] La période critique qui s'ouvre pour le Sud vers 1832 est celle qui le voit se construire une généalogie imaginaire : pendant que les Têtes rondes de Cromwell colonisaient la Nouvelle-Angleterre, le Sud aurait été peuplé de Cavaliers, partisans malheureux du roi décapité. Période marquée par l'apparition d'un genre littéraire spécifique : le « roman de la plantation ». Ainsi de Swallow Barn ( La […] Lire la suite

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mémoire et folie : le gothique américain »  : […] Charles Brockden Brown inaugure une thématique de l’enfermement géographique et psychique, et intègre au gothique la terreur archaïque de la wilderness ( Edgar Huntly , 1799), cette frontière incertaine entre humanité et sauvagerie qui imprègne la culture américaine, jetant les bases d'une littérature nationale. Les romances de Brown sont aussi bien marquées par l'intrusion de la terreur que par […] Lire la suite

MON CŒUR MIS À NU, Charles Baudelaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 175 mots
  •  • 1 média

C'est en 1887, dans les Œuvres posthumes, que furent publiés pour la première fois, sous l'appellation de Journaux intimes , les trois ensembles de notes rédigées par Baudelaire entre 1855 et 1865 pour Fusées et Hygiène que Jacques Crépet rattache au premier recueil, et 1859-1866 pour Mon Cœur mis à nu. Ce dernier titre semble avoir été inspiré à l'auteur par Edgar Poe dans ses Marginalia  : […] Lire la suite

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aux origines du roman policier »  : […] Le roman policier est peut-être né avec l' Œdipe roi de Sophocle. Œdipe mène l'enquête sur un crime ancien, l'assassinat du roi de Thèbes. Il découvrira le coupable : lui-même... l'enquêteur était le meurtrier. Plus traditionnellement, on fait remonter les débuts du genre au Zadig (1748) de Voltaire. Le héros y reconstitue, à partir de traces dans le sable, le signalement de la chienne de la rei […] Lire la suite

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 892 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle lecture du monde »  : […] Dans les années 1850, on voit ainsi apparaître les premiers auteurs de romans ainsi identifiés : Gabriel Ferry, Gustave Aimard, le capitaine Mayne Reid. Tous sont alors considérés comme des émules de James Fenimore Cooper (1789-1851). Mais Cooper lui-même avait d’abord été considéré à son époque comme un romancier maritime ou un romancier historique, et le disciple, dans ce domaine, du très célèb […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilles MENEGALDO, « POE EDGAR ALLAN (1809-1849) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-poe/