ÉCRITS ET PROPOS, Willem de KooningFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Slipping Glimpser

Les Écrits et propos de l'artiste, publiés à Paris par l'École nationale supérieur des beaux-arts en 1992, constituent en quelque sorte le manifeste de ce que l'on pourrait nommer le « De Koonisme » – exemplaire de la position typiquement individualiste de beaucoup d'artistes d'après guerre. Comme le signale la préface, cet ouvrage constitue le recueil le plus complet de textes de l'artiste. En effet, seule une édition anglo-saxonne très partielle et très indigente de ses écrits existe, comme si le pays dans lequel De Kooning était arrivé clandestinement en 1926, et pour lequel il avait quitté sa Hollande natale, devait demeurer insensible au paradoxe qu'il avait fait sien : « Il n'y a rien de certain au sujet de l'art sinon que c'est un mot [...]. L'art en soi, c'est la partie éternellement muette dont on peut parler éternellement. » Au contraire, Marie-Anne Sichère, la responsable de cette anthologie impressionnante des propos de l'artiste, a pris De Kooning au mot. On lui doit ainsi de pouvoir accéder, selon le plan de l'ouvrage, aux « écrits » proprement dits, aux « discussions » (propos recueillis à l'occasion d'un symposium en 1950, puis en 1959 pour les besoins d'un documentaire), aux « entretiens » qu'il accorda à la presse, et enfin aux commentaires rapportés dans divers articles et publications dont les sources semblaient suffisamment crédibles. Peu de publications de ce type sont aussi exhaustives. L'ensemble, presque sans faille, inclut même en totalité certains entretiens restés partiellement inédits, ou encore ceux que l'artiste accorda à la presse hollandaise et qui sont généralement laissés de côté.

Par bien des aspects, remarque Yves Michaud dans l'Introduction de l'ouvrage, le langage de De Kooning, n'est pas sans analogie avec sa peinture. Comme lorsqu'il invente « l'expression énigmatique et quasiment intraduisible de slipping glimpser, de regardeur fugitif qui glisse ». Certes, les propos de l'artiste sont souvent insaisissables, glissants, déroutants. Il n'est toutefois pas très satisfaisant d'attribuer cet heureux glissement sémantique à « l'usage à la fois adroit et maladroit » que l'artiste fait de la notion de glimpse (coup d'œil) admettant que « l'anglais n'est pas sa langue maternelle et [que] le hollandais n'est plus [sa] langue ». Or c'est la traduction qui est parfois maladroite : quand le peintre explique qu'un de ses tableaux est achevé lorsque I paint myself out of the picture on est étonné de lire il se « [peint] lui-même hors du tableau » : Paint out signifiant en anglais effacer, le propos du peintre est moins obscur qu'il n'y paraît, mais la seconde édition de l'ouvrage n'a malheureusement pas « effacé » cette erreur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Brown, Rhode Island (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Hervé VANEL, « ÉCRITS ET PROPOS, Willem de Kooning - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-et-propos/