ÉCONOMIE MONDIALE2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dynamisme des grands de l’Asie

Chine : essoufflement conjoncturel et enjeux structurels

Le taux de croissance de la Chine, de 6,1 p. 100, bien que toujours élevé par rapport à celui des autres grandes puissances, marque une baisse en 2019 et se situe en deçà des performances réalisées depuis plusieurs décennies. Facteurs externes et facteurs internes se conjuguent. D’une part, les exportations subissent les effets des mesures protectionnistes américaines et de l’essoufflement de la demande mondiale. D’autre part, les effets contradictoires de la politique du gouvernement ne sont pas de nature à enrayer une contraction de la demande interne. Au cours de l’année, des mesures variées ont été prises pour soutenir l’activité : fiscale (baisse de la taxe des salaires), budgétaire (hausse des dépenses d’infrastructures) et monétaire (injection de liquidités pour stimuler le crédit). Mais, à l’inverse, les réformes visant à assainir la situation financière des entreprises ont joué dans le sens d’une contraction de l’investissement, contribuant ainsi à ralentir la demande interne.

Économie mondiale (2019) : croissance du PIB (%)

Tableau : Économie mondiale (2019) : croissance du PIB (%)

La croissance mondiale, toujours tirée par les pays d'Asie émergents, a assez nettement ralenti en 2019 dans toutes les zones, à l'exception du Japon et de l'Afrique subsaharienne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La Chine est toujours confrontée aux trois grandes questions posées par son développement rapide : premièrement, l’enjeu environnemental, rendu aigu par la densité de la population, le développement industriel et l’aspiration générale à la détention d’une automobile ; deuxièmement, la question sociale, atténuée par des mesures en faveur des plus pauvres ; troisièmement, la question financière : bien qu’il s’inscrive dans la tradition la plus dure du communisme chinois, le gouvernement de Xi Jinping, face à la fragilité des banques, des entreprises et des collectivités locales, ne répugne pas à opérer un recul de l’État dans nombre d’entreprises et à mettre en œuvre une politique de privatisation.

Inde : ralentissement de la croissance et inquiétudes multiples

Le ralentissement marqué de la croissance indienne (6,1 p. 100 après 7,2 p. 100 en 2017 et 6,8 p. 100 en 2018), très en deçà de la performance à deux chiffres promise par le président Narendra Modi, est dû à un effondrement de la consommation intérieure et de l’investissement. Les secteurs de l’automobile et de l’immobilier sont particulièrement touchés. Les incertitudes en matière de réglementation des entreprises et de l’environnement, de même que l’insuffisance des crédits aux ménages et aux entreprises, contribuent à l’atonie de la demande privée. Plus fondamentalement, le système bancaire est malade des relations incestueuses entre le pouvoir politique et les milieux d’affaires : les banques ont accumulé des créances douteuses dont une importante partie provient de grandes entreprises proches du pouvoir. De surcroît, nombre d’entreprises sont en situation fragile et la forte centralisation du pouvoir nuit à l’efficacité des interventions publiques. Toutefois, le gouvernement et la Banque centrale ont multiplié les mesures de relance : baisse des taux directeurs, énorme transfert de fonds de la Banque centrale au Trésor public (22 milliards d’euros), injection de près de 9 milliards d’euros dans les banques publiques, ajustements fiscaux ; l’ensemble est plus destiné à rassurer les milieux d’affaires qu’à dynamiser la demande des ménages.

Japon : permanence d’un modèle singulier

Comme en 2018, la croissance japonaise est faible, inférieure à 1 p. 100, en partie en raison d’un essoufflement des exportations lié au ralentissement de l’économie mondiale et à l’affrontement entre la Chine et les États-Unis ; le passage de la TVA de 8 à 10 p. 100 en octobre a précipité les achats des ménages. Les jeux Olympiques de 2020 et les réparations des dégâts du typhon Hagibis d’octobre devraient avoir un effet sur la croissance. Le Japon conserve son profil économique original : croissance lente, chômage faible (2,4 p. 100 de la population active), déficit public élevé (4,5 p. 100 du PIB), dette publique colossale (240 p. 100 du PIB), mais détenue principalement par les nationaux, solde extérieur courant remarquable (3,3 p. 100 du PIB).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Économie mondiale (2019) : comparaison du revenu par habitant

Économie mondiale (2019) : comparaison du revenu par habitant
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ren Zhengfei

Ren Zhengfei
Crédits : Hector Retamal/ AFP

photographie

Économie mondiale (2019) : évolution des prix à la consommation et balance des paiements

Économie mondiale (2019) : évolution des prix à la consommation et balance des paiements
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie mondiale (2019) : croissance du PIB (%)

Économie mondiale (2019) : croissance du PIB (%)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre FAUGÈRE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2019-entraves-a-la-croissance-recul-de-la-mondialisation/