ÉCONOMIE MONDIALE2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

États-Unis : guerre commerciale, miracle économique et déficits critiques

Amorcée en mars 2018, l’offensive protectionniste américaine à l’encontre de la Chine gagne en intensité, à travers des phases plus ou moins aiguës. En mai 2019, les droits de douane passent de 10 à 25 p. 100 sur près de 600 produits chinois représentant 200 milliards de dollars. Donald Trump annonce, en août, que les produits taxés à 25 p. 100 le seront finalement à 30 p. 100 et, en décembre, que des biens jusque-là non taxés, représentant 300 milliards de dollars, subiront une taxation de 15 p. 100. La Chine riposte par des mesures commerciales sur les importations, qui représentent un volume nettement plus faible que les exportations, et surtout par une baisse de près de 2 p. 100 du cours du yuan ; elle dépose aussi une plainte contre les États-Unis à l’OMC. En octobre, les deux protagonistes concluent une trêve par un accord modeste, qui plafonne les droits de douane à 25 p. 100 et dans lequel les Chinois s’engagent à acheter des produits agricoles américains (porc et soja principalement) pour plus de 40 milliards de dollars, ce qui satisfait l’électorat agricole de Donald Trump.

Le président américain s’efforce de freiner les importations pour préserver l’emploi, mais poursuit aussi d’autres objectifs, mieux partagés par les pays européens : la lutte contre les transferts de technologies et la concurrence déloyale née des subventions publiques. L’offensive contre Huawei, géant mondial des technologies de la communication et de l’information, en est l’expression la plus spectaculaire. En mai 2019, Trump prend un décret interdisant les transferts de technologies entre entreprises américaines et acteurs économiques d’« adversaires étrangers » ; au nom de la sécurité, Huawei est placée sur la liste des entreprises avec lesquelles il est impossible de commercer sans l’aval de l’administration américaine, remettant ainsi en question une chaîne de valeur qui inclut trente-trois fournisseurs américains.

Ren Zhengfei

Photographie : Ren Zhengfei

Le géant chinois des télécommunications Huawei est au cœur de la guerre commerciale et technologique entre la Chine et les États-Unis. Ici Ren Zhengfei, le fondateur et PDG de Huawei Technologies. 

Crédits : Hector Retamal/ AFP

Afficher

Les résultats macro-économiques américains sont très positifs : un taux de croissance de 2,4 p. 100, nettement plus élevé que la moyenne des pays avancés (1,7 p. 100), un taux d’inflation faible de 1,8 p. 100 et un taux de chômage qui atteint son niveau le plus faible depuis trois décennies, passant de 3,9 à 3,7 p. 100. Le marché du travail, extraordinairement dynamique, enregistre la création de plus de 200 000 emplois par mois ; la qualité des emplois s’améliore, avec le recul relatif des emplois précaires et des emplois d’autoentrepreneurs ; les gains de productivité s’élèvent et les salaires augmentent.

Mais ces performances exceptionnelles ne doivent pas faire oublier qu’elles se payent d’un fort déficit public (plus de 3,5 p. 100 du PIB) et d’un fort déficit des opérations courantes (2,5 p. 100 du PIB). Oubliant les critiques adressées par le passé au déficit créé par la relance du président Obama, l’administration républicaine laisse se dégrader les comptes publics sous le jeu conjugué des baisses d’impôts, limitant l’effet bénéfique de la croissance sur les recettes et des hausses de dépenses d’armement et de dépenses sociales dues au vieillissement de la population. Quant au déficit des opérations courantes, il est alimenté par celui de la balance commerciale (solde entre exportations et importations), qui se creuse en dépit des hausses de tarifs douaniers, par le dynamisme de la consommation et de l’investissement, ainsi que par la faiblesse de l’épargne.

Économie mondiale (2019) : évolution des prix à la consommation et balance des paiements

Tableau : Économie mondiale (2019) : évolution des prix à la consommation et balance des paiements

Pour l'évolution des prix à la consommation, les anciens clivages perdurent : les taux d'inflation sont très faibles dans les pays avancés et moyens ou forts dans les autres pays. Les soldes des paiements ne connaissent pas de changements notables à l'exception de la zone... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En matière de politique monétaire, la Réserve fédérale américaine (Fed) amorce un tournant en mars 2019 : alors que, depuis 2016, les taux d’intérêt avaient régulièrement augmenté et que des hausses ultérieures avaient été programmées, l’institution dirigée par Jerome Powell gèle la hausse en raison d’une inflation faible et d’une croissance mondiale poussive ; puis, pour la première fois depuis 2008, elle abaisse le taux directeur (à 1,75 p. 100 en octobre 2019), semblant suivre Donald Trump qui souhaite des taux d’intérêt et un dollar faibles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Économie mondiale (2019) : comparaison du revenu par habitant

Économie mondiale (2019) : comparaison du revenu par habitant
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Ren Zhengfei

Ren Zhengfei
Crédits : Hector Retamal/ AFP

photographie

Économie mondiale (2019) : évolution des prix à la consommation et balance des paiements

Économie mondiale (2019) : évolution des prix à la consommation et balance des paiements
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie mondiale (2019) : croissance du PIB (%)

Économie mondiale (2019) : croissance du PIB (%)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre FAUGÈRE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2019-entraves-a-la-croissance-recul-de-la-mondialisation/