ÉCONOMIE MONDIALE2015 : entre reprise et crise des matières premières

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chine : volatilité des marchés financiers et pollution sans précédent

Dès 2014, le gouvernement chinois avait incité les particuliers à investir leurs économies sur les marchés financiers, pour financer le développement des entreprises technologiques et de services nécessaires à l’émergence d’une demande intérieure susceptible de stabiliser l’économie du pays. L’épargne chinoise, détournée d’un marché immobilier en crise depuis 2014, s’est reportée massivement sur les marchés d’actions. Encouragés par le gouvernement, les retraités chinois, en bons apprentis spéculateurs, ont eu recours à l’effet de levier de l’endettement pour investir en Bourse et multiplier leurs gains, ce qui a provoqué une bulle spectaculaire. L’indice composite principal de Shanghai est multiplié par 2,5, entre mai 2014 et juin 2015. À partir de juin 2015, l’explosion de la bulle aboutit au krach de la bourse de Shanghai en août, effaçant une partie des gains artificiellement accumulés en une si courte période.

Investisseurs chinois devant l’indice composite de la Bourse, Shanghai, mai 2015

Photographie : Investisseurs chinois devant l’indice composite de la Bourse, Shanghai, mai 2015

Photographie

Abandonnant l'immobilier en crise, les épargnants chinois se sont reportés sur les marchés d'action, ce qui a provoqué une bulle spéculative et le krach de la bourse de Shanghai au mois d'août 2015. Ce krach est aussi le signe de la perte de vitesse de l'économie chinoise, confrontée à de... 

Crédits : A. Xin/ Imagine China/ AFP

Afficher

La croissance chinoise continue par ailleurs de ralentir, le P.I.B. progressant de 6,8 p. 100 en 2015 (7,2 p. 100 en 2014) selon les statistiques officielles. La Chine souffre d’un problème de surinvestissement dans certains secteurs. Même si le P.I.B. par habitant a été multiplié par plus de sept entre 2000 et 2014, le gouvernement a favorisé jusqu’en 2014 l’investissement dans les infrastructures et le développement de l’industrie. La part du revenu des ménages dans le P.I.B. est bien plus faible que celle de l’investissement, et a reculé jusqu’en 2013 (dernière année de statistiques disponibles). En raison du ralentissement mondial qui a suivi la crise financière de 2008, et en l’absence d’une demande intérieure suffisamment forte, nombre d’entreprises disposent aujourd’hui d’un excès de capital, qui demeure inemployé.

C’est la raison pour laquelle le président chinois Xi Jinping a déclaré fin 2014 que la Chine devait se préparer à une « nouvelle normalité », faite de taux de croissance plus faibles et d’une transition vers une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Économie mondiale (2015) : P.IB. et population 

Économie mondiale (2015) : P.IB. et population 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie mondiale (2015) : croissance annuelle du P.I.B. 

Économie mondiale (2015) : croissance annuelle du P.I.B. 
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie mondiale (2015) : balance courante des principales zones économiques

Économie mondiale (2015) : balance courante des principales zones économiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Économie mondiale (2015) : évolution des prix à la consommation

Économie mondiale (2015) : évolution des prix à la consommation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : chargé de la modélisation prudentielle à la direction financière de la Caisse des dépôts et consignations

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 918 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 037 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 861 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 419 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 448 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 274 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 276 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 084 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 100 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

ECONOMIE MONDIALE - 2009 : le monde en récession

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 2 933 mots
  •  • 4 médias

L'année 2009 aura démarré dans la tourmente financière engendrée par la faillite de l'établissement bancaire Lehman Brothers et la crise des « subprimes ». L'économie mondiale a traversé une première moitié d'année sinistre dans un contexte de contraction historique des échanges mondiaux. À partir de l'été, le commerce mondial a repris des couleurs, ce qui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Axel MARMOTTANT, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2015-entre-reprise-et-crise-des-matieres-premieres/