ÉCONOMIE MONDIALE2002 : incertitudes sur la reprise

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pétrole et finance : instabilité des marchés

La baisse des cours des matières premières observée en 2001 s'est nettement inversée en début d'année, à quelques exceptions près : si les cours du cacao ont poursuivi leur envolée, en raison notamment des incertitudes politiques en Côte d'Ivoire, les prix du café ont été encore poussés à la baisse par une augmentation de la récolte brésilienne.

L'évolution à la hausse du prix du pétrole en 2002 s'est caractérisée à l'été par des tensions dues à la perspective du conflit militaire entre les États-Unis et l'Irak. Le prix du brut s'est élevé à près de 30 dollars à l'automne, en raison d'une « prime de risque de guerre » de l'ordre de quelques dollars. Cette prime était censée refléter le risque de hausse des prix due à un arrêt de la production irakienne en cas de conflit. L'incertitude est toutefois restée moindre que lors de la guerre du Golfe en 1991, en raison de fortes surcapacités au sein des différents pays producteurs de l'O.P.E.P. Le marché du pétrole a, par ailleurs, été caractérisé en fin d'année par des stocks historiquement bas, en partie liés à un « déport » sur les marchés à terme : en raison d'une anticipation de baisse du prix par les agents économiques (persuadés alors de la disparition dans un futur proche de l'incertitude sur l'Irak), le prix du pétrole dans les contrats de livraison à terme a été inférieur au prix courant, ce qui a dissuadé les entreprises de constituer des stocks.

Poursuivant la tendance initiée en 2001, les marchés financiers se sont fortement repliés en 2002 : en France, la baisse du CAC 40 a été de près de 35 p. 100 sur les dix premiers mois de l'année, ramenant l'indice à un niveau proche de ceux de l'année 1998. Au total, l'évolution positive de l'indice sur les quinze dernières années a été ramenée à près de 4,5 p. 100 (alors que la hausse moyenne avait été d'environ 40 p. 100 de 1997 à 2000). Cette baisse de la Bourse a trouvé son origine dans l'éclatement de la bulle technologique de 2000 et dans le manque de fiabilité et de transparence des comptes des entreprises : l'affaire Enron a, par exemple, révélé la trop grande capacité des entreprises à dissimuler des engagements financiers hors de leur bilan. L'aversion au risque des investisseurs a été renforcée, ces derniers se livrant à une « fuite vers la qualité », en faveur de titres plus sûrs comme les obligations les mieux notées.

Parallèlement, certains pays ont connu une poussée très forte des prix de leur immobilier (Royaume-Uni, Pays-Bas et dans une certaine mesure États-Unis), due en partie à un report des investisseurs des titres financiers vers l'immobilier. Le patrimoine immobilier des ménages s'est fortement apprécié, en raison de la montée des prix mais aussi du recours accru au crédit hypothécaire. Au total, cela a permis aux ménages de compenser la dégradation des cours boursiers par la hausse de leur richesse immobilière (F.M.I., 2002). À terme, un éventuel retournement des prix de l'immobilier pouvait toutefois peser sur la consommation privée, notamment au Royaume-Uni, comme cela s'était produit au Japon à la fin des années 1980.

En 2002, aux deux extrémités de l'économie mondiale, on continuait de trouver deux zones diamétralement opposées : les États-Unis qui demeuraient le principal attracteur des capitaux mondiaux, comme en témoignait le creusement de leur déficit courant (à près de 5 p. 100 du P.I.B. en 2002) ; l'Afrique qui, à de rares exceptions près (Afrique du Nord, Afrique du Sud, Nigeria), demeurait à l'écart de la croissance mondiale. Malgré les efforts des organisations internationales pour asseoir les économies africaines sur des bases saines, le risque d'instabilité politique a persisté et a continué de dissuader les investisseurs internationaux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas SAGNES, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2002 : incertitudes sur la reprise », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2002-incertitudes-sur-la-reprise/