ÉCONOMIE MONDIALE2001 : état de choc

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'onde récessive partie des États-Unis...

À l'issue de dix années de croissance, constituant la phase d'expansion la plus longue de l'histoire statistiquement connue des États-Unis, l'économie américaine est entrée en récession en mars 2001. Cette datation, issue des travaux du National Bureau of Economic Research (N.B.E.R., 2001), confirme que le retournement conjoncturel était déjà bien entamé avant les attentats du 11 septembre, qui ont amplifié le mouvement de contraction de l'activité mais n'en sont pas la cause. L'ampleur de la crise est soulignée par la baisse ininterrompue de la production industrielle depuis septembre 2000 (la plus longue depuis la crise des années 1930) et par la remontée rapide du taux de chômage de 3,9 p. 100 en octobre 2000 à 5,8 p. 100 à la fin 2001.

Contrairement aux précédentes récessions, ce retournement conjoncturel ne résulte pas d'un durcissement de la politique monétaire consécutif à une accélération de l'inflation ou à un choc extérieur. Il résulte fondamentalement de l'excès d'investissement observé à la fin des années 1990 et des déséquilibres financiers qui l'ont accompagné. En dépit de fortes coupes dans les dépenses en capital, notamment en matériel informatique, déjà opérées au premier semestre de 2001, le taux d'utilisation des capacités de production était tombé à 75 p. 100 en septembre 2001, soit son plus bas niveau depuis 1983, laissant mal augurer d'une reprise de l'investissement à brève échéance. Conjuguée au mouvement de déstockage et au recul des exportations, elles-mêmes handicapées par la vigueur persistante du dollar, la chute de l'investissement explique l'essentiel de la décélération de l'économie américaine dans la première partie de l'année.

À la veille du 11 septembre 2001, l'activité n'était plus soutenue que par la consommation des ménages. Bien que pénalisée par les baisses de l'emploi et de Wall Street, celle-ci bénéficiait de la diminution des taux d'intérêt, qui a permis aux ménages de refinancer leurs emprunts à des conditions plus avantageuses, et d'une confiance revigorée par les promesses de réduction des impôts de l'administration Bush. Soucieuse d'enrayer au plus vite le mouvement récessif, la Federal Reserve Bank (Fed) abaissait agressivement le taux d'intérêt entre janvier et août, le ramenant de 6,5 à 3,5 p. 100. De son côté, l'administration faisait voter en mai un programme de réductions d'impôts d'un montant de 1 350 milliards de dollars sur onze ans, une partie intervenant dès 2001 sous forme de remboursement d'impôts à hauteur de 74 milliards de dollars. Avec la baisse du prix du pétrole, revenu de près de 35 dollars à l'automne 2000 à 25 dollars au premier semestre de 2001, l'orientation expansive de la politique économique entretenait l'espoir d'un rebond rapide de l'activité.

L'attaque terroriste devait remettre en cause le fragile équilibre entre la dynamique récessive de l'économie et les facteurs exogènes de soutien de l'activité. L'effondrement de la confiance des ménages après le 11 septembre et l'impact immédiat des attentats sur les secteurs des transports aériens, des assurances et de la finance suscitaient de nouvelles mesures de soutien de l'activité en fin d'année. Face au risque d'assèchement des marchés financiers, la Fed, de concert avec les autres banques centrales, procédait à des injections massives de liquidités. À quatre reprises, elle baissait son taux directeur, le ramenant à 1,75 p. 100 en décembre, soit, pour la première fois depuis les années 1970, un niveau inférieur à celui de l'inflation. Un plan de relance budgétaire était également mis en place comportant des mesures immédiates pour plus de 50 milliards de dollars auxquels devaient s'ajouter entre 75 et 100 milliards en 2002, soit au total une impulsion supplémentaire avoisinant 1,5 p. 100 du P.I.B.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université Bar-Ilan (Israël), département de sciences politiques et relations internationales

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ADDA, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2001 : état de choc », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2001-etat-de-choc/