ÉCONOMIE MONDIALE1993 : une nouvelle année de purgatoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Extension du régionalisme commercial

L'année 1993 a été riche en événements renforçant la tendance, amorcée au milieu des années 1980, à la concentration des échanges commerciaux dans le cadre régional. En Europe, le mouvement s'est manifesté le 1er novembre, par l'entrée en vigueur du traité de Maastricht instituant l'Union européenne, le 13 décembre, par l'inauguration de l'Espace économique européen et, une semaine plus tard, par l'ouverture du dossier des demandes d'adhésion de quatre pays, l'Autriche, la Finlande, la Norvège et la Suède. L'objectif, pour ces derniers, était d'achever les négociations au plus tard en mars 1994, en vue de parvenir à des adhésions effectives le 1er janvier 1995. Les principales divergences concernaient la reprise par les candidats de l'« acquis communautaire », c'est-à-dire l'ensemble des actes juridiques et principes de droit qui fondent la construction européenne. De multiples dérogations étaient demandées par les postulants, qui cherchaient à conserver certains monopoles (alcools, hydrocarbures) ou exceptions (transit des poids lourds), comme à sauvegarder des normes d'environnement ou des protections particulièrement élevées en faveur de leurs agriculteurs.

Le cinquantième Conseil européen a approuvé, le 11 décembre, le Livre blanc du président de la Commission, Jacques Delors, qui proposait 20 milliards d'écus d'investissements sur six ans pour lutter contre le chômage. Sur cette somme, 12 milliards de travaux ont été retenus, 8 milliards devant faire l'objet d'études supplémentaires. En revanche, les Douze ont renoncé à l'imposition d'une taxe sur les émissions de dioxyde de carbone à l'occasion de la ratification de la Convention internationale sur le changement climatique.

L'A.L.E.N.A., visant à la suppression progressive, en quinze ans, des droits de douane et obstacles non tarifaires aux échanges entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, a été approuvé à Washington, le 17 novembre 1993, par la Chambre des représentants et trois jours plus tard par le Sénat. Le Canada avait été le premier des trois pays signataires à ratifier l'A.L.E.N.A., le 23 juin, mais la loi n'a été promulguée à Ottawa qu'après d'ultimes mises au point convenues en décembre entre le président Clinton et le nouveau Premier ministre canadien, Jean Chrétien. Le président américain avait précédemment exigé, conformément à ses promesses électorales, la négociation d'accords complémentaires, conclus le 20 août, en matière de protection de l'environnement et de législation du travail.

Le sommet de l'A.P.E.C., qui a réuni quinze dirigeants de la région Asie-Pacifique, le 20 novembre 1993, à Seattle, a couronné une démarche plus ambitieuse, mais de conception moins précise. L'administration Clinton, estimant que le centre de gravité de l'économie mondiale s'était déplacé vers l'Asie, entendait « récupérer » ce mouvement sous le leadership américain. Cette intention a été clairement perçue par les participants asiatiques à ce forum d'une semaine, ce qui a empêché l'engagement souhaité par Washington en faveur d'une zone de libre-échange. Les seules décisions concrètes ont été de prévoir un deuxième sommet(en Indonésie en 1994) et d'admettre trois nouveaux membres : le Mexique et la Papouasie-Nouvelle-Guinée en 1993, et le Chili l'année suivante. Conçue, à l'origine, comme un moyen de faire participer les pays occidentaux de la région à la concertation asiatique (c'était une idée de l'ancien Premier ministre australien Bob Hawke), l'A.P.E.C. s'orientait vers un rôle plus politique, dans la mesure permise par la diversité des pays membres. Bill Clinton s'en est servi pour faire adopter un message pressant à l'adresse des Européens pour un accord sur le cycle de l'Uruguay.

Dans une étude consacrée au développement du régionalisme commercial, le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (C.E.P.I.I.) a estimé que la raison première de créer des unions régionales était plus politique qu'économique. L'auteur, Michel Fouquin, ajoutait que l'« hétérogénéité politique, culturelle et religieuse est telle qu'il y a très peu de chances de voir l'A.P.E.C. former autre chose qu'un forum, doublé d'un moyen, po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1993-une-nouvelle-annee-de-purgatoire/