ÉCONOMIE MONDIALE1993 : une nouvelle année de purgatoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cycle de l'Uruguay

Cette logique était implicite dans les objectifs du cycle de l'Uruguay, une négociation lancée en septembre 1986 à Punta del Este et qui a fini par aboutir le 15 décembre 1993 à Genève, siège du G.A.T.T. Après de multiples rebondissements et une âpre confrontation finale entre les États-Unis et la Communauté européenne, la conclusion des négociations a permis de renforcer le système des échanges internationaux dans un cadre multilatéral, alors que le commerce mondial tendait à s'organiser dans le cadre de groupements régionaux. La Communauté des Douze, en effet, s'est ouverte commercialement aux pays de l'Association européenne de libre-échange (A.E.L.E.) dans le cadre de l'Espace économique européen (E.E.E.), ratifié le 13 décembre 1993. Les États-Unis, le Mexique et le Canada ont ratifié l'Accord de libre-échange nord-américain, et un premier jalon en direction du libre commerce a été posé par quinze pays riverains du Pacifique dans le cadre de l'A.P.E.C. (Asia Pacific Economic Cooperation).

Le caractère multilatéral du système d'échanges commerciaux est renforcé par la création d'une Organisation multilatérale du commerce (O.M.C.), dotée d'un statut comparable à celui du F.M.I. et de la Banque mondiale, les institutions fondées à Bretton Woods en 1944. À l'époque, les États-Unis, pour préserver les prérogatives du Congrès en ce domaine, avaient préféré placer le commerce international sous l'égide d'un forum associatif, le G.A.T.T., dont les décisions n'ont pas de caractère contraignant pour les parties contractantes. L'accord du 15 décembre ne permet l'exercice de rétorsions unilatérales, telles qu'en prévoit la section 301 de la loi commerciale américaine, que si les procédures internationales se révèlent inopérantes.

L'accord de l'Uruguay Round a comporté une partie « classique », amplifiant les mesures de désarmement tarifaire et non tarifaire adoptées, à partir de 1947, à la faveur des sept précédents cycles. Celui qui s'est achevé en 1993 aura été de loin le plus complexe et le plus ambitieux. Les vingt-huit accords dont il est composé élargissent la réglementation des échanges aux domaines de l'agriculture, des textiles, des services, de la propriété intellectuelle et des investissements à l'étranger. Le volet agricole a été le plus difficile à négocier, au point de faire craindre un échec de toute l'affaire, qui avait été conçue sur la base du tout ou rien. La phase finale a été dramatisée par l'adoption d'une date butoir, le 15 décembre, correspondant au délai nécessaire au Congrès des États-Unis pour ratifier l'accord au plus tard le 16 avril 1994. C'est à cette première date qu'expirait la loi dite du fast track adoptée à Washington au début de juillet, prévoyant un vote de l'accord commercial en bloc, sans possibilité d'amendements.

Une avancée dans les discussions fut enregistrée le 7 juillet, à la veille du sommet de Tōkyō : les représentants des Douze, des États-Unis, du Canada et du Japon, réunis dans le cadre de la « Quadrilatérale », sont alors convenus d'éliminer les taxes douanières et les barrières non tarifaires à l'importation d'un certain nombre de catégories de produits, relançant ainsi la dynamique de la négociation. En revanche, le « préaccord » sur le dossier agricole, dit de Blair House – du nom de la demeure de Washington où il a été conclu, le 20 novembre 1992, entre les négociateurs américains et européens –, a eu le résultat inverse. Le gouvernement français, sous la pression des agriculteurs nationaux, s'est opposé en particulier à l'obligation de réduire de 20 p. 100 les exportations agricoles subventionnées. Ce différend a mis à rude épreuve la solidarité franco-allemande, car les ministres libéraux de la coalition au pouvoir à Bonn, interprètes habituels des milieux industriels, ont exprimé sans ménagement leur impatience face aux réticences françaises. Cependant, les agriculteurs allemands de l'Est avaient agi, sans le savoir, en faveur de Paris. Ils avaient dépassé de 5 à 15 p. 100 les plafonds d'ensemencement assignés par la nouvelle politique agricole commune (P.A.C.), qui avait prévu une mise en jachère de 15 p. 100 des terres plantées en céréales ou plantes oléagineuses. Ces exploitants se trouvaient donc exposés à compenser ces dépassements, mais cette [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1993-une-nouvelle-annee-de-purgatoire/