ÉCONOMIE MONDIALE1992 : vers un nouveau modèle de croissance?

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exubérance de l'Asie

La performance économique de l'Asie dans son ensemble est demeurée, en 1992, nettement supérieure à celle du reste du monde. Si l'on excepte le Japon (classé habituellement parmi les pays industrialisés), la croissance des pays de ce continent devait atteindre plus de 7 p. 100 sur l'ensemble de l'année, selon la Banque asiatique de développement, contre 5,8 p. 100 en 1991. Le chiffre reflétait toutefois le boom économique de la Chine ; abstraction faite de cette dernière, la croissance de l'Asie n'aura été que de 5,2 p. 100, un progrès nettement inférieur à celui de l'année précédente.

Un rapport de l'O.C.D.E. consacré aux six « dragons » – Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong, Singapour, Thaïlande et Malaisie – constate en 1992 que leur croissance s'est ralentie de 1 point, à 6,5 p. 100, mais attribue ce fait à la mise en œuvre de politiques restrictives destinées à faire face à la pénurie de main-d'œuvre et à l'inflation.

La continuité des progrès accomplis par ce continent donne à penser aux économistes du Centre d'études prospectives et d'informations internationales (C.E.P.I.I.) que l'Asie développée (Japon, Corée du Sud, Hong Kong, Singapour et Taïwan) sera, à la fin du siècle, la première puissance industrielle, assurant près de 27 p. 100 de la production mondiale (35 p. 100 pour l'ensemble du continent), loin devant l'Europe de l'Ouest (24,6 p. 100) et l'Amérique du Nord (18 p. 100).

L'éclatement de l'Union soviétique a eu, en 1992, plusieurs conséquences en Asie : regroupement et tendances centrifuges parmi les nouvelles républiques d'Asie centrale, recherche par la Russie d'une coopération du côté de sa façade orientale, recentrage de l'A.S.E.A.N. sur des objectifs économiques.

Des républiques de la C.E.I., le Turkménistan, le Kirghizstan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et l'Azerbaïdjan, ainsi que l'Afghanistan, ont rejoint le 28 novembre, l'Organisation de coopération économique (O.C.E.) qui unit la Turquie, l'Iran et le Pakistan. Le Kazakhstan y aura un statut d'observateur. Ce regroupement pourrait redonner vie à une organisation en sommeil depuis une vingtaine d'années en raison des rivalités entre Ankara et Téhéran. La Turquie voyait ainsi la possibilité pour sa diplomatie de compenser ses échecs du côté de la Communauté européenne. Son ambition de devenir un trait d'union entre l'Europe et l'Asie s'était déjà concrétisée par la signature, le 25 juin, dans l'ancienne capitale ottomane, de la déclaration d'Istanbul, portant création d'une « zone de coopération économique en mer Noire ». Cette zone associait dix pays riverains ou voisins : la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Russie, l'Ukraine, la Moldavie, la Géorgie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Grèce.

L'O.C.E. élargie ne comprenait, en revanche, que des nations musulmanes, caractéristique à propos de laquelle vont s'affronter le fondamentalisme iranien et la laïcité turque. L'Iran, bénéficiant de sa frontière commune avec le Turkménistan et de liens linguistiques avec le Tadjikistan, s'est efforcé de mettre à profit la renaissance du sentiment religieux dans les anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale. Pour sa part, la Turquie a des relations ethniques avec le Turkménistan, l'Ouzbékistan, le Kazakhstan et le Kirghizstan ; il lui est en revanche difficile de jouer sur la corde nationaliste auprès de pays dont les frontières avaient été habilement découpées par l'U.R.S.S. de façon à créer, dans chacun d'eux, d'importantes minorités permettant de mieux asseoir le pouvoir de Moscou.

Les conditions d'une coopération en Asie du Nord-Est se sont précisées à l'occasion de la seconde conférence qui lui a été consacrée. Elle a réuni du 25 au 27 août, à Vladivostok, des représentants de la Chine, des deux Corées, du Japon et de la Russie. La première souhaite créer une voie d'accès directe au marché japonais à travers la région du fleuve Toumen, à la croisée des frontières chinoise, russe et nord-coréenne. La Russie, pour sa part, cherche à promouvoir ses ports de la région et à faire, notamment, de Vladivostok – ouvert aux étrangers depuis le début de l'année – « la porte de la Russie et de l'Europe sur le Pacifique ».

La vocation économique de l'A.S.E.A.N., l'association qui regroupe Brunei, l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande, s'est affirmée en janvier 1992. Cette union avait été formée en 1967 pour faire face à la poussée du communisme dans la région ; la fin de la guerre froide appelait d'autres priorités. Les États membres ont décidé de créer entre eux, le ler janvier 1993, l'A.L.E.A., association de libre-échange dans le cadre de laquelle les droits de douane pour le commerce intérieur à la zone ne dépasseront pas 5 p. 100 en 2005. Les ministres de l'Économie sont convenus, le 23 octobre, d'accélérer le désarmement tarifaire pour quinze produits, parmi lesquels les huiles végétales, le ciment, les produits chimiques et pharmaceutiques, les engrais, les textiles et les produits électroniques.

La quatrième réunion ministérielle de la Coopération économique Asie-Pacifique (A.P.E.C.) s'est tenue à Bangkok les 10 et 11 septembre. Elle a confirmé l'ouverture de cette association sur l'extérieur, selon le désir des États-Unis, contre le souhait de la Malaisie qui voulait en faire un groupement économique régional. Outre ces deux pays, l'A.P.E.C. inclut le Japon, la Chine, les États membres de l'A.S.E.A.N., l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada. Tōkyō voit en elle une assurance contre la tendance au protectionnisme qu'annonce la création de l'A.L.E.N.A., la zone de libre-échange de l'Amérique du Nord. Pour Washington, l'A.P.E.C., qui est née d'une initiative australienne, est plutôt une arme contre une tendance éventuelle à réserver « l'Asie aux Asiatiques ».

La progression du P.I.B. du Moyen-Orient a été évaluée à environ 8 p. 100. L'investissement productif s'est maintenu à quelque 25 p. 100 du P.I.B., essentiellement grâce à la restaur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1992 : vers un nouveau modèle de croissance? », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1992-vers-un-nouveau-modele-de-croissance/