ÉCONOMIE MONDIALE1992 : vers un nouveau modèle de croissance?

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les pays de l'Est au plus profond de la crise

« La chute de la production dans les anciens pays communistes d'Europe est comparable à celle que les pays industrialisés ont connue lors de la grande dépression de 1929. » Ces propos, tenus en septembre 1992 par Wilfried Thalwitz, vice-président de la Banque mondiale, semblent alors corroborés par les chiffres publiés à la fin de l'année par le Fonds monétaire international. L'activité économique de ces pays a en effet subi, en 1992, une régression estimée à 17,2 p. 100, 0,4 point de plus que la projection indiquée trois mois auparavant. En 1991, la baisse avait été de 9,7 p. 100. Une tendance au redressement n'en était pas moins perceptible, puisque les experts du F.M.I. prévoyaient que le recul se limiterait en 1993 à quelque 5,4 p. 100.

Selon l'Institut de Vienne pour les comparaisons économiques internationales (W.I.I.W.), le recul subi par ces pays s'explique en partie par les effets négatifs des programmes anti-inflation qu'ils se sont imposés. « Sous le prétexte de sauver le marché, la stabilisation en compromet l'émergence. Le remède tue le malade », a affirmé Raimund Dietz, un économiste du W.I.I.W., dans un rapport publié au début de septembre. Le chapitre consacré à ces pays dans les Perspectives de l'O.C.D.E. (décembre 1992) était plus nuancé. « Dans les pays où les réformes sont le plus avancées – Hongrie, Pologne et République fédérative tchèque et slovaque (R.F.T.S.) –, il semblerait que la production ait cessé de se contracter et que l'inflation continue de reculer. » Les experts du château de la Muette reconnaissaient par ailleurs que, « en Bulgarie et en Roumanie, la stabilisation macroéconomique s'avère plus difficile » et que, « dans les nouveaux États indépendants de l'ex-U.R.S.S. (N.E.I.), les conditions préalables à la mise en œuvre d'une véritable politique de stabilisation ne sont pas encore réunies. »

À l'exception de la Roumanie, la croissance des exportations – en particulier de matières premières et de produits semi-transformés – a contribué dans les pays d'Europe centrale et orientale à ralentir ou à inverser le mouvement de baisse de la production. Cette baisse est peut-être plus apparente que réelle, car les statistiques officielles sous-estiment la part croissante prise par le secteur privé.

Une étude de la revue américaine East European Investment Magazine signale que les investissements effectués par les Occidentaux dans les pays de l'Est ont porté sur sept cent dix-neuf opérations, totalisant 28 milliards de dollars, au cours des douze mois terminés le 30 septembre 1992. Les capitaux sont venus principalement des États-Unis (8 milliards de dollars), d'Italie (7,6 milliards), de Grande-Bretagne (3,4 milliards), d'Allemagne (2,5 milliards) et de France (1,2 milliard). Ces transactions ont été particulièrement importantes dans la seconde moitié de la période considérée, où elles ont porté sur 21,6 milliards de dollars. Pour sa part, l'institut autrichien de recherche économique W.I.F.O. a évalué à 634 milliards de dollars par an les investissements dont les pays de l'Est devraient bénéficier entre 1995 et 2005 pour qu'ils puissent approcher le niveau de vie de l'Europe occidentale.

Les trois pays de l'Est les plus avancés en direction de l'économie de marché, la Hongrie, la Pologne et la Tchécoslovaquie, ont développé leur coopération, décidant notamment, le 6 mai, que leur demande d'adhésion à la C.E. se ferait de façon conjointe. À la mi-novembre, ils sont convenus d'améliorer leurs normes de distribution d'énergie électrique, laquelle sera désormais séparée du réseau est-européen, pour assurer une interconnexion avec celui de l'Europe occidentale à partir de 1998. Le 21 décembre, les trois pays se sont entendus pour éliminer progressivement les droits de douane applicables à leurs échanges réciproques, entre 1995 et 1997, en vue de mettre leurs économies à niveau avec celles de la C.E. et de l'A.E.L.E.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1992 : vers un nouveau modèle de croissance? », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1992-vers-un-nouveau-modele-de-croissance/