ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique)Les grands courants

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les classiques

La parution en 1776 des Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith (le « père de l'économie politique ») marque le début de l'école classique qui allait dominer la pensée économique durant un siècle. Pour Smith, la nature de la richesse est réelle ; la monnaie n'est que le moyen de sa circulation : la richesse se compose des marchandises tant industrielles qu'agricoles, qui sont produites par le travail. Le travail étant la source de la valeur, il constitue l'unité de mesure dans les échanges : l'échange des marchandises est réglé par la proportion des quantités de travail que leur production nécessite. La cause de la richesse réside dans la division du travail qui décuple la force productive du travail ; division du travail qui prend de l'ampleur avec les échanges, l'épargne et l'investissement des capitaux dans l'agriculture, l'industrie, le commerce ou la banque. Smith élabore un ensemble cohérent d'analyses qui structurera les débats au sein de l'école classique : ceux-ci porteront, d'une part, dans les années 1815-1820 sur la valeur, la répartition et la croissance ; d'autre part, dans les années 1801-1811, puis 1836-1848, sur la monnaie et le crédit.

Valeur, répartition et croissance

La valeur fournit le centre de gravitation des mouvements du prix de marché sous l'effet des forces de l'offre et de la demande. Si la demande est égale à l'offre, le prix de marché coïncide avec la valeur : la vente de la marchandise permet au producteur à la fois de récupérer les coûts en matières premières et de distribuer aux salariés, capitalistes et rentiers les salaires, profits et rentes à leur niveau naturel. Si la demande augmente et excède l'offre, le prix de marché augmente et s'établit à un niveau supérieur à la valeur. Dans ce cas, le producteur réalise un profit plus élevé qui l'incite à accroître sa production. Au fur et à mesure qu'il ajuste ainsi l'offre sur la demande, le prix de marché redescend au niveau de la valeur. Réciproquement, si la demande est inférieure à l'offre, le prix de marché diminue, s'inscrit au-dessous de la valeur et génère des pertes qui incitent le producteur à baisser la production. Le prix remonte et s'ajuste sur la valeur au fur et à mesure que l'offre s'ajuste sur la demande. C'est ainsi que la valeur, qui est indépendante du jeu de l'offre et de la demande, sert de point d'ancrage aux prix. En conséquence, l'utilité et la demande n'ont d'effet sur le prix qu'à court terme. À long terme, le prix s'ajuste sur la valeur qui, elle, est indépendante de l'utilité. L'utilité joue néanmoins un rôle dans la mesure où elle oriente la demande et donc les quantités produites.

À partir de cette base commune, les classiques vont évoluer sur l'analyse de la valeur, et diverger sur celles de la croissance et de la monnaie. Concernant la valeur, un consensus se dégage autour de l'analyse de David Ricardo (1817, Principes de l'économie politique et de l'impôt) qui met en évidence que la valeur n'est pas fonction de la seule quantité de travail dépensée à la production, mais également du montant des capitaux engagés, de la règle d'uniformité du taux de profit et du rapport salaire/profit. Complétée par Robert Torrens (1821, An Essay on the Production of Wealth), cette analyse est approfondie, bien plus tard, par Piero Sraffa (1960, Production de marchandises par des marchandises). Karl Marx reprochera à l'analyse ricardienne de la valeur d'occulter la nature du profit. Les néo-classiques la rejetteront.

David Ricardo

Photographie : David Ricardo

David Ricardo (1772-1823). Économiste anglais, éminent représentant de l'école classique, auteur des Principes de l'économie politique et de l'impôt (1817). Son adhésion au principe de population de Robert Malthus et son analyse du salaire naturel (salaire de subsistance des travailleurs)... 

Crédits : AKG-images

Afficher

L'analyse de la demande et de la croissance divise les classiques. Pour Smith, Jean-Baptiste Say (1803, Traité d'économie politique) et Ricardo, la demande peut différer de l'offre sur les différents marchés, mais au niveau global, la demande résulte du revenu. Qu'il soit consommé ou investi, le revenu est lui-même égal à la valeur de la production, donc de l'offre : ainsi « l'offre crée la demande ». Pour Jean Charles Léonard Sismonde de Sismondi (1803, De la richesse commerciale ; 1819, Nouveaux Principes d'économie politique) ou Robert Malthus (1820, Principes d' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

François Quesnay

François Quesnay
Crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Tableau économique de François Quesnay

Tableau économique de François Quesnay
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG-images

photographie

David Hume

David Hume
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

La science économique est difficile à définir. Cela tient, sans doute, à ce qu'elle est beaucoup plus jeune que les autres sciences. Elle fait partie de l'ensemble des sciences sociales qu'on pourrait appeler sociologie, science qui elle-même n'est pas aisée à circonscrire avec précision.La science est savoir, c'est-à-dire connaissance. C'est une […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

La science économique est loin d'être une science exacte, tant les divisions des économistes sont notoires et tant leurs prévisions font l'objet de contestations et de révisions. Par ailleurs, si la science économique évolue, on ne peut guère la créditer de découvertes majeures au cours de ces dernières années. On pourrait d'ailleurs se demander s […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

L'Université française comptait, en 2011-2012, un peu plus de cent quarante-cinq mille étudiants dans ses filières d'économie et de gestion. Bien que l'économie soit devenue une matière scolaire à part entière dont l'enseignement commence dès le lycée, bien qu'il existe, depuis 1960, un baccalauréat économique (à l'époque le bac B), lequel a été maintenu […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Les relations entre sociologie et économie ont une longue histoire, faite d'échanges, de dialogues, d'emprunts réciproques et de conflits. Le partage des territoires entre les deux disciplines est loin d'être clairement fixé et les tentatives pour dépasser leur séparation ont été et restent nombreuses. En témoigne la multiplicité des expressions visant à désigner ces tentatives : « sociologie écon […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Plusieurs définitions ont été données de l'école classique en économie, et cette pluralité n'est pas sans enjeux théoriques. On doit la première à Karl Marx, l'un des premiers et des plus importants historiens de la pensée économique. Celui-ci oppose clairement l'école classique d'Adam Smith et de […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 833 mots
  •  • 2 médias

La théorie économique de Karl Marx (1818-1883) a pour but de démontrer que le capitalisme aura inéluctablement une fin et que ses crises en sont la preuve. Cet objectif ne prend tout son sens qu'au regard de son projet politique et de sa vision de l'histoire comme une succession de modes de production. Dans un premier temps, les rapports de production d'u […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 033 mots
  •  • 1 média

Le marginalisme désigne un moment de rupture – on parle d'ailleurs plus souvent de « révolution marginaliste » – dans l'histoire de la discipline économique, entre 1870 et 1890, où se met en place une pensée alternative à la pensée économique classique. Son point de départ est associé à l'apparition simultanée et indépendante de trois ouvrages : The Theory of Political Economy […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Après les révolutions de 1848 en Europe, l'économie politique qualifiée de classique par Karl Marx, celle de l'Écossais Adam Smith et de l'Anglais David Ricardo, doit affronter une double contestation. Celle des milieux conservateurs d'abord qui accusent les théories de Ricardo, en ayant associé à chaque facte […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

John Maynard Keynes n'a jamais cessé de souligner que le libre jeu des marchés et de la concurrence ne conduit pas forcément à une situation économique satisfaisante (voir par exemple l'article « The End of Laissez-faire », publié en 1926). Les conceptions keynésiennes de la politique économique sont fondées sur ce principe premier. Elles se distinguent cependant des autres doctrines favorables à […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 551 mots
  •  • 1 média

Mot récent – monetarism apparaît pour la première fois en 1968 dans un article de Karl Brunner sur la politique monétaire publié par la Réserve fédérale américaine de Saint Louis –, le monétarisme désigne une idée pourtant ancienne. Cette idée est que toute augmentation de la quantité de monnaie en circulation se traduit par une augmentation du niveau général des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jérôme de BOYER, « ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/