ÉCONOMIE (Définition et nature)Enseignement de l'économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'éclosion des chaires d'économie

L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de son père qui a utilisé le calcul différentiel pour analyser les marchés non concurrentiels. Walras a l'idée de reprendre le raisonnement économique à la base en s'appuyant sur un usage systématique des mathématiques, pour lui donner une scientificité qui ne soit pas que de façade. S'il connaît Cournot, il ignore encore qui est Jevons dont il traduira l'œuvre en 1909, mais il s'inscrit comme lui dans un mouvement qui tend à vouloir donner une nouvelle lecture de l'économie. Néanmoins, il enseigne en Suisse car ses convictions socialistes – même s'il est rigoureusement antimarxiste – le rendent suspect.

Deuxième rupture : la défaite face à la Prusse convainc les Français de leur faiblesse dans la formation de leurs élites. Les humanités classiques ont du bon, mais elles ne permettent pas une évolution rapide de la société. De même que Say a créé une école pour former les entrepreneurs de la révolution industrielle, de même la France vaincue de l'après-traité de Francfort veut créer une école pour former les administrateurs d'un État puissant, capable de mener à bien la revanche. Ainsi naît l'École libre des sciences politiques. Paul Leroy-Beaulieu est un de ses fondateurs. Gendre de Michel Chevalier, il a une formation littéraire. Il a étudié à Bonn en Allemagne et en est revenu avec la conviction qu'il faut remodeler l'enseignement de l'économie pour lui donner un tour à la fois plus pratique et plus idéologique. Il crée un cours d'économie à l'École libre des sciences politiques pour lequel il s'adjoint des spécialistes en statistiques ou en économie quantitative ; son cours demeure toutefois très littéraire et axé sur deux sujets qui lui tiennent à cœur, la démographie et la gestion des finances publiques. Dans la tradition du « caméralisme allemand », il s'adresse à de futurs hauts fonctionnaires et souhaite leur donner avant tout un cours de politique économique. Il est rejoint par Clément Juglar, un médecin qui s'est passionné pour la statistique et qui est devenu célèbre en élaborant une théorie du cycle économique. Leroy-Beaulieu, l'anti-Walras, tient alors le haut du pavé et c'est lui qui succède à Chevalier au Collège de France.

Troisième rupture : les professeurs de droit sont mécontents, en ce début de la IIIe République. En effet, le nombre d'étudiants s'accroît régulièrement et ils ont la conviction que la France prépare par cette inflation de juristes une cohorte d'avocats sans cause. Ils demandent une ouverture de leur enseignement. Déjà envisagée par Victor Duruy, le ministre de l'Éducation de Napoléon III, celle-ci est décidée en 1877, avec la création au sein des facultés de droit d'un enseignement d'économie spécifique. Douze facultés voient ainsi apparaître une nouvelle chaire, celle d'économie politique. À l'origine du mouvement, il y a un professeur de droit que le droit intéresse peu, un esprit original qui s'est lié avec Walras, même s'il n'est pas dans ses intentions de le suivre dans son plaidoyer pour le recours aux mathématiques. Il s'agit de Charles Gide (1847-1932). Fondateur de la chaire d'économie de Bordeaux, ce natif d'Uzès, dans le Gard, rejoint rapidement la faculté de Montpellier. Il s'investit dans la définition des nouveaux cours et s'efforce de structurer l'enseignement de l'économie. Il veut faire en sorte que celui-ci intègre l'évolution de l'économie politique anglaise. Charles Gide essaie de secouer un système quasi familial où les membres de la Société d'économie politique monopolisent la parole et se cooptent entre eux, les gendres prenant le relais des beaux-pères. Pour cela, il crée en 1887 la Revue d'économie politique qui se veut une rivale du Journal des économistes. La revue mène une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

La science économique est difficile à définir. Cela tient, sans doute, à ce qu'elle est beaucoup plus jeune que les autres sciences. Elle fait partie de l'ensemble des sciences sociales qu'on pourrait appeler sociologie, science qui elle-même n'est pas aisée à circonscrire avec précision.La science est savoir, c'est-à-dire connaissance. C'est une […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

La science économique est loin d'être une science exacte, tant les divisions des économistes sont notoires et tant leurs prévisions font l'objet de contestations et de révisions. Par ailleurs, si la science économique évolue, on ne peut guère la créditer de découvertes majeures au cours de ces dernières années. On pourrait d'ailleurs se demander s […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Les relations entre sociologie et économie ont une longue histoire, faite d'échanges, de dialogues, d'emprunts réciproques et de conflits. Le partage des territoires entre les deux disciplines est loin d'être clairement fixé et les tentatives pour dépasser leur séparation ont été et restent nombreuses. En témoigne la multiplicité des expressions visant à désigner ces tentatives : « sociologie écon […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

L'économie est une discipline jeune. En faisant abstraction des mentions du juste prix, de la monnaie ou de l'usure qu'on rencontre dans la Bible, chez Aristote ou saint Thomas d'Aquin, on peut considérer que les premiers écrits économiques datent du xvie siècle, avec les mercantilistes. Au xviii […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Plusieurs définitions ont été données de l'école classique en économie, et cette pluralité n'est pas sans enjeux théoriques. On doit la première à Karl Marx, l'un des premiers et des plus importants historiens de la pensée économique. Celui-ci oppose clairement l'école classique d'Adam Smith et de […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marxisme

  • Écrit par 
  • Michel ROSIER
  •  • 6 833 mots
  •  • 2 médias

La théorie économique de Karl Marx (1818-1883) a pour but de démontrer que le capitalisme aura inéluctablement une fin et que ses crises en sont la preuve. Cet objectif ne prend tout son sens qu'au regard de son projet politique et de sa vision de l'histoire comme une succession de modes de production. Dans un premier temps, les rapports de production d'u […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 033 mots
  •  • 1 média

Le marginalisme désigne un moment de rupture – on parle d'ailleurs plus souvent de « révolution marginaliste » – dans l'histoire de la discipline économique, entre 1870 et 1890, où se met en place une pensée alternative à la pensée économique classique. Son point de départ est associé à l'apparition simultanée et indépendante de trois ouvrages : The Theory of Political Economy […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Après les révolutions de 1848 en Europe, l'économie politique qualifiée de classique par Karl Marx, celle de l'Écossais Adam Smith et de l'Anglais David Ricardo, doit affronter une double contestation. Celle des milieux conservateurs d'abord qui accusent les théories de Ricardo, en ayant associé à chaque facte […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

John Maynard Keynes n'a jamais cessé de souligner que le libre jeu des marchés et de la concurrence ne conduit pas forcément à une situation économique satisfaisante (voir par exemple l'article « The End of Laissez-faire », publié en 1926). Les conceptions keynésiennes de la politique économique sont fondées sur ce principe premier. Elles se distinguent cependant des autres doctrines favorables à […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 551 mots
  •  • 1 média

Mot récent – monetarism apparaît pour la première fois en 1968 dans un article de Karl Brunner sur la politique monétaire publié par la Réserve fédérale américaine de Saint Louis –, le monétarisme désigne une idée pourtant ancienne. Cette idée est que toute augmentation de la quantité de monnaie en circulation se traduit par une augmentation du niveau général des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/