SERVICES ÉCONOMIE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la tertiarisation à l'économie de services : des vues conflictuelles

Les services, activités improductives ?

« Il y a beaucoup plus à gagner par l'industrie que par l'agriculture, et beaucoup plus par le commerce que par l'industrie », affirmait au xviie siècle William Petty. Les activités considérées aujourd'hui comme relevant du secteur tertiaire, tel le commerce, tenaient une place importante dans les économies pré-industrielles. Cependant, les réflexions d'Adam Smith dans La Richesse des nations (1776), au seuil de la révolution industrielle, marquent une césure. Smith oppose nettement le travail productif – tel celui de l'ouvrier des manufactures –,qui produit de la valeur, et le travail improductif, qui n'en produit pas : le domestique ou le comédien fournit un service immatériel qui « ne se fixe ou ne se réalise en aucun objet qu'on puisse vendre ensuite ; en général, ses services périssent à l'instant même où il les rend ». Et Smith englobe parmi les improductifs, outre les domestiques (plus d'un sixième des actifs à son époque), tous les personnels de l'État et de l'Église, les artistes, les juristes, les médecins, en excluant toutefois les personnes liées au commerce, qu'il rattache au secteur productif.

Le clivage retenu par Adam Smith n'a jamais fait l'unanimité, et même les auteurs dont l'opinion est proche de la sienne reconnaissent presque toujours que les activités dites improductives ne sont pas pour autant inutiles. La théorie néo-classique de la valeur, qui prévaut à partir de la fin du xixe siècle, écarte radicalement pour sa part toute opposition entre produits matériels et services immatériels : tous constituent au même titre des biens économiques, dès lors qu'ils sont à la fois utiles et rares. La production est elle-même conçue comme le résultat d'un échange et d'une combinaison de services (services producteurs du travail, du capital). Selon la même logique, Irving Fisher souligne que les biens de consommation, y compris les biens durables, n'ont de valeur qu'à travers le flux de services consommables qu'ils fournissent. L'économie de marché apparaît alors comme une « économie de services » au sens le plus général, ce qui revient d'ailleurs à exclure implicitement toute spécificité des services au sens habituel (restreint) du terme.

Les vues de Smith ont pourtant en un sens remarquablement résisté à cet élargissement de l'analyse. On retrouve chez Karl Marx l'opposition entre la sphère capitaliste de production matérielle (« la caractéristique des travailleurs productifs [...], c'est que leur travail se réalise dans des marchandises, de la richesse matérielle ») et les activités de services, périphériques, qui ne sont souvent qu'une survivance précapitaliste. Lorsque les banques ou le secteur commercial font des profits, il ne s'agit que d'une redistribution de la plus-value prélevée sur le travail du secteur productif, et non d'une contribution effective à l'accumulation du capital. La pratique des économies de type soviétique reprendra à son tour – en les rigidifiant – les catégories tracées par Marx (jusqu'à la séparation entre transport des marchandises, productif, et transport des personnes, improductif), en excluant l'ensemble des services personnels de la sphère productive, en ne les prenant pas en compte dans le calcul du revenu national et en les traitant systématiquement comme non prioritaires. Mais on a pu observer aussi que les plans français successifs tendaient également à privilégier la croissance de l'industrie, considérée comme le seul véritable pôle d'innovation et le facteur déterminant de la compétitivité, et accordaient rarement au secteur des services une attention proportionnée à l'importance qu'il était en voie d'acquérir. Bien plus : la vision globale du tertiaire comme une sorte de charge pour l'économie nationale, incapable de créer de « vrais » emplois productifs, a pu demeurer ancrée dans l'esprit de certains dirigeants jusqu'à une date récente (pour des exemples topiques, voir Jean Gadrey, 2003).

Le secteur tertiaire, exclu des gains de productivité ?

La thèse selon laquelle le secteur tertiaire serait voué à une productivité stagnante ne se confond pas, en pri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut, professeur émérite à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu

Classification

Autres références

«  SERVICES ÉCONOMIE DE  » est également traité dans :

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De la fabrication aux services »  : […] L’exportation de la fourrure, puis du bois et du blé favorise assez tôt l’essor d’une économie domestique, avec le développement d’une industrie locale, d’institutions financières et la consolidation des réseaux commerciaux. Plusieurs petites villes industrielles voient le jour dans le sud de l’Ontario et autour de Montréal. Au tournant des années 1880, une vingtaine de villes de l’axe Saint-Laure […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe ouvrière

  • Écrit par 
  • Julian MISCHI, 
  • Nicolas RENAHY
  •  • 4 408 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin de la classe ouvrière ? »  : […] Dès lors, l'isolement et les divisions internes dominent aujourd'hui dans cet univers social, où un sentiment mêlé de « rage » et de honte sociales contraste avec l'engagement militant des décennies précédentes. Par ailleurs, les évolutions récentes rendent l'expérience de la condition ouvrière proche de celle des autres métiers d'exécution, ce que prend en compte la notion de « classes populaire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop -and- go , avec l’alternance de confinements et de déconfinements, de contractions d […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOUTERRAINE

  • Écrit par 
  • Philippe BARTHÉLÉMY
  •  • 7 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans les pays occidentaux »  : […] Dans les pays occidentaux, l'économie souterraine se présente en premier lieu comme un moyen d'échapper à l'impôt, aux cotisations sociales ou aux divers règlements. C'est une illustration particulière de l'adage selon lequel « trop d'impôt, tue l'impôt ». Dans cette logique, plus l'écart entre le coût du travail dans les économies officielles et non officielles est grand, plus l'incitation à tr […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 480 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Des services en pleine croissance »  : […] Le secteur des services est en pleine expansion depuis un demi-siècle. Représentant presque les deux tiers du P.I.B., il évolue rapidement. Les activités commerciales, y compris la restauration et l'hôtellerie, représentent 15 p. 100 de la population active. Elles constituent un système avancé et moderne de plus de 55 000 entreprises, dominé par quelques grandes chaînes, dont la plus grande est K […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Isabelle THOMAS
  •  • 6 605 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Secteur d’activité »  : […] Même si l’homme peut s’affranchir de certaines conditions (il existe des cultures dans le désert), une exploitation agricole n’est, dans la quasi-totalité des cas, possible que là où le sol est fertile, les conditions de températures bonnes, et les précipitations suffisantes ; mais elle n’a de sens que si la production peut être transportée vers un marché. Chaque activité économique a, dès lors, s […] Lire la suite

HAWAII

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 5 883 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les transformations récentes de l'économie hawaiienne »  : […] Les Hawaii, seul État non continental des États-Unis, ne sont ni le plus petit (47 e  rang) ni le moins peuplé (39 e  rang), mais leur originalité vient de leur niveau de vie élevé, puisqu'en 2005, avec un revenu par habitant de 30 040 dollars, l'archipel arrivait au 20 e  rang des États américains. Cette prospérité, évidente pour le visiteur, même si pour le coût de la vie Honolulu arrive en tête […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Évolution de la croissance »  : […] Ces réformes se traduisent par une accélération de la croissance : de 5,5 p. 100 pour 1980-1990 à 6,4 p. 100 durant la dernière décennie du xx e  siècle. Mis en contexte, il ne fait pas de doute que, dans ce nouveau modèle de croissance, la pauvreté continue de reculer dans bien des régions (selon les mesures officielles... le seuil de pauvreté correspondant à l’accès à un panier de biens alimen […] Lire la suite

INNOVATION

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 8 853 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formes et champs de manifestation de l'innovation »  : […] Plus préoccupés de progrès technique et de technologie que de l'ensemble des sources de la croissance et du développement, les économistes contemporains n'ont pas, en général, repris dans son intégralité la conception féconde de l'innovation proposée par Schumpeter. La signification de la notion d'innovation a été ainsi réduite, pour l'essentiel, au diptyque désormais classique opposant innovation […] Lire la suite

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 479 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les grands secteurs d'activité »  : […] L'agriculture ne bénéficie pas de conditions favorables. La côte septentrionale, longée par la dérive orientale du Groenland, est assez froide (limite des neiges éternelles à 400 m). Ailleurs, la dérive nord-atlantique réchauffe l'atmosphère (neiges éternelles à 1 400 m), mais les fortes précipitations entraînent des crues de printemps difficilement maîtrisables. La luminosité est faible pendant t […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-29 décembre 2020 France. Maintien de mesures de restriction face à la Covid-19.

Le 11, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire annonce la prolongation « au moins jusqu’à fin juin 2021 » des aides financières aux secteurs de l’hôtellerie-restauration, de l’événementiel, du sport et de la culture. Le 17, l’Élysée annonce que le président Emmanuel Macron a été testé positif à la Covid-19. Le chef de l’État se place en isolement pour une durée de sept jours. […] Lire la suite

19 juin - 29 juillet 2020 Allemagne. Révélation du scandale Wirecard.

Le 29, le ministre des Finances Olaf Scholz et le ministre de l’Économie Peter Altmaier sont convoqués devant la commission des Finances du Bundestag pour s’expliquer. Olaf Scholz annonce son intention de réformer la BaFin pour lui donner plus de pouvoirs.  […] Lire la suite

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Le 27 également, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire exclut le versement de dividendes en 2020 par les entreprises qui bénéficient d’aides de l’État dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Le 31, le nombre de victimes de la Covid-19 mortes à l’hôpital s’élève à plus de trois mille cinq cents dans le pays. Près de vingt-deux mille sept cents personnes infectées sont hospitalisées, dont près de cinq mille cinq cents en réanimation ou en soins intensifs. […] Lire la suite

10-24 octobre 2019 Union européenne. Rejet de la candidature de Sylvie Goulard à la Commission.

Le 24, le président français Emmanuel Macron propose la candidature de l’ancien ministre de l’Économie Thierry Breton, actuel PDG de la société de services numériques Atos, au poste de commissaire européen qui revient à la France.  […] Lire la suite

19-30 novembre 2018 Japon – France. Placement en garde à vue de Carlos Ghosn au Japon.

Le 20, le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire estime que Carlos Ghosn n’est plus en mesure de diriger le groupe automobile Renault, dont l’État français est actionnaire. Le conseil d’administration de Renault maintient Carlos Ghosn dans ses titres et fonctions, mais nomme Thierry Bolloré directeur général délégué à titre provisoire. Le 21, la garde à vue de Carlos Ghosn est prolongée de dix jours. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Charles ASSELAIN, « SERVICES ÉCONOMIE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-services/