ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la théorie des externalités aux droits de propriété : les fondements de l'économie de l'environnement

L'économie de l'environnement s'est développée sur la base d'un concept économique de référence, celui d'effet externe. C'est en termes d'externalité que s'interprète la nuisance engendrée par la pollution, ou plus généralement par la dégradation du capital naturel. La perte de bien-être qui en résulte est assimilée par la théorie économique à une perte d'utilité ou de satisfaction pour les agents économiques. Lorsque les mécanismes de régulation marchande n'intègrent pas une telle perte (situation de défaillance du marché), autrement dit, lorsque le jeu du marché ne permet pas sa compensation, alors se pose le « problème d'environnement » ou, plus généralement, le « problème de gestion du capital naturel ».

Le concept d'effet externe

Arthur Cecil Pigou, en 1920, donne de l'effet externe la définition suivante : « L'essence du phénomène est qu'une personne A, en même temps qu'elle fournit à une autre personne B un service déterminé pour lequel elle reçoit un paiement, procure par là même des avantages ou des inconvénients d'une nature telle qu'un paiement ne puisse être imposé à ceux qui en bénéficient ni une compensation prélevée au profit de ceux qui en souffrent ».

L'effet est parfaitement symétrique et peut ainsi être positif ou négatif : on parle d'économie externe si l'effet est positif et de déséconomie externe si l'effet est négatif. En matière d'économie de l'environnement, ce sont les effets externes négatifs (déséconomies externes) qui permettent de représenter les phénomènes de nuisance et de pollution. L'absence de compensation par un paiement exprime le caractère non marchand de l'économie ou de la déséconomie. Externe signifie ici extérieur à l'échange marchand.

L'économie ou la déséconomie externe s'analyse en termes de divergence entre coût privé et coût social ; ce dernier traduit un coût pour l'ensemble des agents économiques formant la collectivité. On peut considérer que toute activité économique a un coût. L'ensemble des coûts imposés par une activité à la collectivité constitue le coût social. Une partie de ce coût social est compensée par les paiements qu'effectue l'agent à l'origine de l'activité. Ce sont les coûts privés de l'agent. Il peut exister d'autres coûts imposés à d'autres agents sans qu'un paiement ne vienne opérer la moindre compensation : tels sont les coûts occasionnés par la pollution émise à l'occasion d'une activité de production industrielle. Une pollution de l'eau, par exemple, entraîne toute une série de coûts : perte du caractère esthétique d'un cours d'eau (perte d'aménités), impossibilité de pratiquer certains loisirs, dégradation de la qualité de l'eau, pertes dues à la mortalité des poissons, etc. Aucun de ces coûts n'est compensé pécuniairement. Pigou considère que les avantages ou les inconvénients « procurés » sans compensation pécuniaire peuvent néanmoins faire l'objet d'une évaluation monétaire. Dès lors, si ce coût (ou ce bénéfice) est pris en compte dans la somme des coûts (ou des bénéfices) qui déterminent le coût social, on voit que ce coût social est en réalité plus grand que le coût privé supporté par l'émetteur (ou plus petit dans le cas d'une économie externe positive). La prise en compte de l'effet externe dépend des préoccupations de chaque société et de la connaissance que celle-ci en a. Dès qu'une société accorde une signification aux coûts et dommages infligés par certaines activités et personnes à d'autres, elle reconnaît l'existence d'externalités.

Après l'ouvrage de Pigou, des essais de clarification ont été proposés. Ils reviennent tous à situer les externalités par rapport à l'optimum parétien, défini comme la situation hors de laquelle nul ne peut accroître ses gains sans diminuer ceux d'un autre. En d'autres termes, il s'est agi de discuter des mesures correctives prises pour supprimer (pour « internaliser ») les externalités et garantir le retour à l'optimum. Le débat s'est donc assez vite focalisé sur les modalités de cette internalisation.

L'internalisation pigovienne : la solution fiscale

À l'époque de Pigou, dans les années 1920, l'économie du bien-être enseigne que si la production d'un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités en sciences économiques, UMR.63 IRD - université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Classification

Autres références

«  ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'  » est également traité dans :

ENVIRONNEMENT - Environnement et économie

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX, 
  • Christelle HUE
  •  • 6 538 mots
  •  • 1 média

Dans les années 1980, les pollutions et l'utilisation des ressources naturelles ont changé d'échelle. La découverte du trou dans la couche d'ozone, la mise en garde contre les conséquences climatiques des émissions de gaz à effet de serre, la pollution marine, la perte en […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

  • Écrit par 
  • Hans BRODERSEN
  •  • 6 021 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Consolidation des finances publiques »  : […] Pendant la période 1970-1990, les dépenses publiques évoluaient autour de 45 p. 100 du PIB. Après le pic de 50 p. 100 atteint en 1975, Helmut Kohl avait réussi à les ramener à 43 p. 100 en 1989. Le pays était donc bien préparé au choc financier qui allait suivre et qui porta les dépenses à 55 p. 100 en 1996. Dans les années 2000, elles finirent par décélérer pour revenir à 44,5 p. 100 en 2012, un […] Lire la suite

COP 21

  • Écrit par 
  • Catherine AUBERTIN
  •  • 3 290 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cadrage de la question climatique remis en cause »  : […] La corrélation entre l'accumulation des GES dans l'atmosphère et l'augmentation de la température de la planète se confirme au fil des rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), dont les différents modèles pointent la responsabilité des activités humaines . L'article 2 de la convention signée à Rio de Janeiro (Brésil) en 1992 évoque cet « objectif ultime » […] Lire la suite

COÛT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Xavier GREFFE
  •  • 4 114 mots

Dans le chapitre « L'économie de l'environnement »  : […] Cela nous amène logiquement à ce qui est devenu le terrain par excellence du coût social : l'économie de l'environnement. Face aux nombreuses menaces qui pèsent sur le Terre, les économistes ont été conduits à mettre en évidence les dommages pour la collectivité qui accompagnent le déroulement des activités privées ; la série de questions qui s'ensuivent remettent elles aussi en cause la vision op […] Lire la suite

DÉCROISSANCE

  • Écrit par 
  • Fabrice FLIPO
  •  • 5 443 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les thèses en présence »  : […] Le rapport Meadows est pour l'essentiel constitué d'une compilation de données mondiales sur les ressources naturelles, la population, les pollutions, la qualité de vie et l'investissement en capital, des variables qui sont pour la première fois mises en relation par simulation informatique. En faisant varier les hypothèses, différents avenirs possibles sont explorés ; l'un d'entre eux prévoit la […] Lire la suite

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 806 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Prendre en compte les services écologiques »  : […] « Alors que l'on commence à réaliser la façon intime avec laquelle l'humanité dépend des systèmes écologiques de la planète, il devient de plus en plus évident que de nombreuses questions que nous avions considérées jusque-là comme indépendantes de l'environnement sont intimement connectées avec lui. La santé humaine, l'économie, la justice sociale et la sécurité nationale ont toutes d'importants […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2006 : symphonie de croissances

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 2 855 mots

Dans le chapitre « La finance du carbone  »  : […] Le climat particulièrement tempéré en 2006 a ravivé le débat sur l'impact économique du réchauffement climatique et sur les mesures à mettre en œuvre pour préserver l'environnement. La publication au Royaume-Uni du rapport de sir Nicholas Stern a notamment attiré l'attention sur le coût économique potentiellement gigantesque du changement climatique. À la suite des engagements pris par différent […] Lire la suite

ÉCOTAXE

  • Écrit par 
  • Franck-Dominique VIVIEN
  •  • 2 344 mots
  •  • 4 médias

La taxe environnementale, ou écotaxe, est un des principaux instruments de la politique de l'environnement. Recouvrant différents types de taxation, elle est utilisée dans la perspective du « principe pollueur-payeur » qui trouve ses origines dans les travaux de l'économiste libéral anglais Arthur Cecil Pigou (1877-1959). Ce principe vise à ce que les acteurs économiques intègrent dans leurs calc […] Lire la suite

EXTERNALITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET
  •  • 1 767 mots

Les économistes désignent par « externalité » ou « effet externe » le fait que l'activité de production ou de consommation d'un agent affecte le bien-être d'un autre sans qu'aucun des deux reçoive ou paye une compensation pour cet effet. Une externalité présente ainsi deux traits caractéristiques. D'une part, elle concerne un effet secondaire, une retombée extérieure d'une activité principale de […] Lire la suite

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives  »  : […] Même si l'aspiration à la stabilité et à la prévisibilité des règles fiscales est une donnée importante, la politique fiscale doit s'adapter aux transformations économiques et sociales. De nouveaux domaines s'ouvrent donc, mais ils présentent désormais la caractéristique commune de ne pouvoir être appréhendés autrement que dans un cadre international, où les pays sont interdépendants. Cela renforc […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-17 avril 2020 Chine. Début du déconfinement de la ville de Wuhan.

Le 8 également, le président Xi Jinping, lors d’une réunion du comité permanent du bureau politique du Parti communiste, met en garde contre « l’environnement extérieur », les « difficultés croissantes de l’économie » et les « lacunes » dans la détection de nouveaux malades. Le 11, l’Union africaine fait part aux autorités chinoises de son « extrême préoccupation » au sujet des actes de discrimination et de racisme dont est victime la diaspora africaine en Chine, après la découverte de plusieurs cas positifs au SARS-CoV-2 parmi la communauté nigériane de Canton (Guangdong). […] Lire la suite

25-27 septembre 2018 Suisse. Démission annoncée des ministres Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard.

Le 25, le ministre de l’Économie Johann Schneider-Ammann (Parti libéral-radical) annonce sa démission du Conseil fédéral, qui sera effective à la fin de l’année. Le 27, Doris Leuthard (Parti démocrate-chrétien), à la tête du département fédéral de l’Environnement, des Transports, de l’Énergie et de la Communication, annonce à son tour son départ pour la fin de l’année. […] Lire la suite

3-29 mai 2013 France – Union européenne. Délai accordé par la Commission européenne pour réduire le déficit budgétaire

100 au dernier trimestre de 2012, ce nouveau recul signe l'entrée en récession de l'économie française, pour la première fois depuis 2009. Le 29, la Commission européenne adresse au gouvernement français sa liste des réformes à mener en contrepartie du délai accordé pour réduire le déficit budgétaire. Celles-ci concernent l'adoption d'une réforme des retraites, l'assouplissement du marché du travail, la diminution du coût du travail, l'accélération de la libéralisation des services, l'amélioration de l'environnement des entreprises et la simplification de la fiscalité. […] Lire la suite

19-25 janvier 2010 France. Polémique sur la double rémunération et la double fonction d'Henri Proglio

Le 24, en vue de faire taire la polémique sur la double fonction d'Henri Proglio, la ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi Christine Lagarde et le ministre du Budget Éric Woerth indiquent que cette situation est provisoire. Le 25, Nicolas Sarkozy confirme que, d'ici « quelques mois », Henri Proglio se consacrera « à 100 p. 100 » à E. […] Lire la suite

28 juillet 2009 France. Remise du rapport sur la contribution climat-énergie

La commission d'experts présidée par l'ancien Premier ministre Michel Rocard remet aux ministres de l'Écologie et de l'Économie son rapport sur la création d'une contribution climat-énergie, appelée également « taxe carbone ». Il propose de taxer les consommations d'énergies fossiles, dans les domaines du transport et de l'habitat, en fonction de leurs émissions de CO2. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie FAUCHEUX, « ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-de-l-environnement/