ÉCONOMIE ANTIQUE

AMPHORES (commerce)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves EMPEREUR
  •  • 1 449 mots

Les amphores sont des vases de transport en terre cuite munis de deux anses, utilisés depuis le milieu du II e  millénaire jusqu'à la fin de l'Antiquité (leur usage subsiste encore dans certaines régions, comme l'Égypte moderne). D'une capacité qui variait de 3 ou 4 litres à une trentaine de litres (la moyenne se situant autour de 25 litres), leurs contenus étaient variés : vin, huile, poisson en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphores/#i_42304

ANNONE

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 854 mots

À l'origine, le mot « annone » désignait l'approvisionnement de Rome, qui fut conçu sous la forme d'un impôt en nature versé par les provinciaux ; par la suite, il reçut un second sens et s'appliqua au service administratif chargé de collecter ce prélèvement et de le redistribuer à ses bénéficiaires. Il faut chercher à l'époque républicaine l'origine de cette institution. Par tradition, l'État rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annone/#i_42304

AQUEDUCS, Antiquité

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 674 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le coût des aqueducs »  : […] Les textes nous donnent quelques renseignements sur le coût d'un aqueduc. Le prix d'aqueducs romains est indiqué à deux reprises dans le traité de Frontin : l'Aqua Marcia (91 km) construite dans les années 140 avant J.-C. coûta 180 millions de sesterces ; deux siècles plus tard, au premier siècle de notre ère, il fallut 350 millions de sesterces pour construire les 68 km de l'Aqua Claudia et les 8 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aqueducs-antiquite/#i_42304

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'économie »  : […] Le développement de l'agriculture, principale ressource de l'économie babylonienne, dépend d'une bonne irrigation, d'autant plus nécessaire que le climat est sec et la salinité du sol, en basse Mésopotamie du moins, très élevée. L'orge vient en tête dans la culture céréalière, le sésame est important pour la fabrication de l'huile, le dattier joue un rôle primordial en raison de la multiplicité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_42304

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « Le cas de l'Égypte ptolémaïque »  : […] L'attention accordée aux activités de dépôt a produit de nombreuses études. Dans un essai sur l'activité bancaire mésopotamienne paru en 1966, l'historien Raymond Bogaert dénie le caractère de banque pleine et entière à deux grandes maisons négociantes : Egibi à Babylone ( vii e - v e  s. av. J.-C.) et Murashu ( vi e - v e  s. av. J.-C.) à Nippur. En effet, ces deux maisons ne durent qu'autant que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-histoire-de-l-institution-bancaire/#i_42304

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La Chine du Sud du IVe au VIe siècle »  : […] Pendant que se poursuivait en Chine du Nord cette évolution, cinq dynasties d'origine chinoise se succédaient à Nankin : ce sont les Jin orientaux (317-419), ainsi qualifiés à partir de la retraite des Jin vers le bas Yangzi en 316, les Song de famille Liu (420-479), les Qi (480-502), les Liang (502-556) et les Chen (557-589). Un certain nombre de traits distinguent nettement les régions de la va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_42304

COLONAT, Rome

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 530 mots

Les colons dans le monde romain se définissent par deux critères : d'une part, ils appartiennent à la plèbe, c'est-à-dire au milieu des hommes libres, mais pauvres ; d'autre part, ils travaillent à la campagne. Cette couche sociale est connue en particulier grâce à quatre grandes inscriptions trouvées en Afrique, dans la vallée de la Medjerda, à Henchir-Mettich, Aïn el-Djemala, Souk el-Khemis et A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonat-rome/#i_42304

CRÈTE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude POURSAT
  •  • 3 930 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'apogée de la civilisation minoenne (env. 1700-1450) »  : […] Une « ère nouvelle », selon l'expression d'Evans, commence à partir de 1700. Elle se caractérise par une unification culturelle, et peut-être politique, de l'île avec une prédominance de Cnossos , par une splendeur inégalée des arts palatiaux dont l'influence sur l'art de Mycènes sera considérable, et par l'expansion de la puissance minoenne dans le bassin égéen. Les palais minoens reçoivent vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crete-antique/#i_42304

DÉBUTS DU MONNAYAGE ROMAIN

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 215 mots

Pour régler les échanges, le monde italique utilisait, jusqu'au milieu du v e  siècle avant J.-C., du bronze à l'état brut ( aes rude en latin) ou des têtes de bétail ( capita ) qui représentaient déjà ce qu'on appellera plus tard un capital. Apparaissent ensuite des barres de bronze moulé ( aes formatum ), puis des lingots ornés d'un dessin. Les premiers lingots romains se distinguent des précéde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debuts-du-monnayage-romain/#i_42304

DÉCURIONS & CURIALES

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 1 120 mots

Le centurion ne commande pas à cent hommes ; de même, le décurion n'est en aucune manière le supérieur de dix soldats. Dans les institutions romaines, ce titre, en fait, est employé dans deux contextes très différents. Dans la cavalerie auxiliaire, il désigne le sous-officier qui se trouve à la tête d'une turme, seizième partie d'une aile (unité d'environ 500 combattants). Mais on parle surtout de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decurions-et-curiales/#i_42304

DENIER ROMAIN

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

Le denier romain fut, après la drachme grecque, la monnaie qui domina le monde ancien, plus particulièrement dans les régions méditerranéennes. La ville aux sept collines put alors, à la suite de cette réforme monétaire, imposer son numéraire à tous les peuples soumis. Cette pièce d'argent a vraisemblablement été frappée pour la première fois peu avant — 211. À cette date, Rome doit reprendre en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denier-romain/#i_42304

L'ÉCONOMIQUE (Xénophon)

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 227 mots

Avec la rédaction vers — 380 de L'Économique , Xénophon – un élève de Socrate – introduit dans la pensée occidentale un terme d'avenir. Seul le premier des 21 chapitres de cet ouvrage d'une quarantaine de pages évoque un questionnement économique, au sens moderne, sur la nature des biens, l'utilité et l'échange. Mais l'économie y est déjà clairement définie comme « l'art d'administrer son domaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-economique/#i_42304

ÉGYPTE ANCIENNE : TRANSACTIONS

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 195 mots

Un conte du xi e  siècle avant notre ère écrit sur papyrus nous rapporte les aventures d'un certain Oun-Amon : cet homme se rend au Liban pour s'y procurer du bois destiné à construire pour son dieu une barque d'apparat ; il emporte avec lui des jarres et des sacs remplis d'or devant lui permettre d'effectuer les transactions nécessaires. Des fresques antérieures à cette époque montrent déjà des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-ancienne-transactions/#i_42304

FINLEY MOSES (1912-1986)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise BASLEZ
  •  • 1 063 mots

Né à New York en 1912, Moses Finley fit des études d'histoire du droit et de l'Antiquité à l'université Columbia, mûri en même temps, comme il le reconnaissait lui-même, par la conjoncture internationale : la crise de 1929, la montée du nazisme et la guerre d'Espagne ancrèrent pour toujours sa réflexion d'historien de l'Antiquité dans le monde moderne. Il fut très tôt influencé par les problématiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moses-finley/#i_42304

HELLÉNISTIQUE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 8 767 mots

Dans le chapitre « Une agriculture productrice de revenus fiscaux »  : […] Toute l'économie du monde hellénistique continuait à reposer sur une agriculture dont une littérature spécialisée, non seulement grecque, mais aussi punique, développa la théorie : le corpus des traités d'agriculture grecs en conserve des traces. Dans la pratique, toutefois, si l'on peut raisonner à partir de l'Égypte, les innovations ne concernèrent que de grands domaines, comme celui d'Apolloni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-hellenistique/#i_42304

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La grande maison aristocratique »  : […] L' oikos , la grande maison aristocratique, est au centre de L'Odyssée  : l'action du poème se déroule principalement dans les demeures d'Ulysse, de Nestor, de Ménélas et d'Alcinoos. Le terme oikos désigne à la fois la famille et les biens qui lui appartiennent. Une « grande maison » comprend le maître, son épouse, ses enfants légitimes (ainsi que, parfois, des brus et des gendres), quelquefois d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homere/#i_42304

IBÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre ROUILLARD
  •  • 3 349 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les acquis de la recherche »  : […] Depuis les découvertes de Pozo Moro et de Porcuna dans les années 1970, l'archéologie a profondément renouvelé le panorama que l'on peut dresser des Ibères. Parmi les acquis décisifs, le premier concerne la place des Ibères, longtemps perçus comme des partenaires passifs, dans les échanges méditerranéens. En réalité, les produits de l'économie locale, le vin, l'huile, étaient exportés sur de long […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iberes/#i_42304

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La République »  : […] Les informations dont on dispose ne concernent que les mines appartenant à l'État. En règle générale, l'État romain a répugné à exploiter lui-même ses metalla . Sous la République et encore au début de l'Empire, les censeurs louent, tous les cinq ans, les mines, comme les autres biens ou revenus de l'État ( publica ), soit à des individus, nommés publicani , soit à des compagnies appelées société […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/#i_42304

NAISSANCE DE LA BANQUE

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 240 mots

Le roi Ur-bau (— 2164-— 2144) contrôle la ville d'Ur ; il est le souverain de l'un des petits États de Sumer, celui de Lagash, qui connaît une grande prospérité. Une de ses filles est la grande prêtresse du dieu Nanna et les excédents de récolte, en particulier, sont déjà thésaurisés, sous son contrôle, dans les temples et réinvestis dans la construction de temples, l'achat de lances, de cuirasses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-de-la-banque/#i_42304

ORIGINE DES CONTRATS À TERME

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 350 mots

Les contrats à terme, tels que nous les connaissons, sont le fruit d'une longue évolution des pratiques commerciales et financières. Déjà, des documents originaires d'Assyrie et datant de la première année du règne de Hammourabi (1792-1750 avant J.-C.) font état de l'utilisation de lettres de change négociables permettant à leur porteur « de recevoir dans 15 jours, à la Cité d'Eshama sur le Tigre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-des-contrats-a-terme/#i_42304

OUGARIT ou UGARIT

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT, 
  • Marguerite YON
  •  • 5 937 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le territoire »  : […] Les textes administratifs et fiscaux de Ras Shamra, complétés par ceux que l'on a trouvés dans le site satellite de Ras ibn Hani (résidence royale du xiii e  s., située à 5 km) éclairent l'organisation territoriale du royaume. Il est alors divisé en trois régions administratives – villages de la montagne de l'est ; plaine agricole du sud ; région forestière et montagneuse du nord – qui entourent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ougarit-ugarit/#i_42304

"OUVERTURE" DE LA ROUTE DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 260 mots

Inventée à la fin du xix e  siècle par un savant allemand, Ferdinand von Richthofen, l'expression la « Route de la soie » désigne les différentes voies par lesquelles des biens ont transité entre la Chine centrale et l'Orient méditerranéen. Après le couloir du Gansu, les marchandises étaient acheminées par l'une des deux routes contournant le désert du Taklamakan, et par celles qui le traversaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouverture-de-la-route-de-la-soie/#i_42304

PÉTRA

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 8 198 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un royaume en marge des monarchies hellénistiques »  : […] Tant que les monarchies hellénistiques issues de la chute de l'empire d'Alexandre ont conservé sur les régions qu'elles contrôlaient, de la Macédoine à l'Égypte, une autorité forte, les Nabatéens n'ont pas pu sortir des confins désertiques où ils étaient cantonnés. Au cours de cette première époque, qui couvre la fin du iv e et le iii e  siècle, les Nabatéens étaient encore nomades mais exerçai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petra/#i_42304

PREMIERS SALAIRES, PREMIÈRES AMENDES

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 189 mots

Dès la III e  dynastie d'Ur (— 2113-— 2006), on connaît la valeur relative de différents métaux : en raison de sa plus grande rareté, le fer a une valeur supérieure à celle de l'or ; quant au cuivre, il vaut de 80 à 140 fois moins que l'argent. On n'ignore pas non plus le prix des produits agricoles, ni le montant de certains « salaires ». Un bœuf représentait alors 75 sicles d'argent de 8 gramme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiers-salaires-premieres-amendes/#i_42304

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le poids des contraintes : l'économie »  : […] Cette armée ne pouvait fonctionner qu'avec un recrutement de qualité : il lui fallait des salaires attractifs, ce qui dépendait de la prospérité de l'Empire, elle-même soumise à de fortes contraintes, le poids de l'histoire et de la géographie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_42304

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'artisanat sous l'Empire

  • Écrit par 
  • Roger HANOUNE
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « Le prix du travail »  : […] Le prix des produits antiques manque souvent, d'où l'intérêt des indications données par des textes comme l'édit du maximum ou quelques trouvailles comme celle d'une stèle d'Escolives (Yonne), dédiée à la déesse Rosmerta et sur laquelle le prix – 21 sesterces – est resté marqué. Un autre exemple nous est donné par une belle statuette de bronze de la région de Lincoln (Angleterre), d'un poids équi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-artisanat-sous-l-empire/#i_42304

ROUGE MER

  • Écrit par 
  • Colette DUBOIS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 9 696 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité à la période ottomane »  : […] Au cours de ces siècles, malgré les obstacles naturels (courants et vents saisonniers souvent violents, côtes inhospitalières), malgré les vicissitudes politiques, la navigation en mer Rouge ne cesse de s'affirmer. Si, dans un premier temps, les marins se limitent aux rivages de cette mer semi-fermée, une fois surmontés les périls de la porte des Lamentations, ils poursuivent, avec plus ou moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-rouge/#i_42304

SEL

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 11 192 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'impôt du sel (gabelle) »  : […] Sur la nécessité biologique du sel était fondée l'existence de l'impôt passé à l'histoire, en France, sous le nom de gabelle. On suit le développement de cet impôt depuis la plus haute Antiquité. Dans le monde antique, exploitation et consommation du sel étaient déjà source de recettes fiscales, grâce auxquelles le légionnaire romain touchait sa solde en sel. C'était le salarium , devenu notre « s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sel/#i_42304

TRAJAN (53-117)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 3 137 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un politique »  : […] Le « meilleur des princes » exerce sa charge dans une monarchie absolue : sans cette évidence fondamentale, on ne peut pas comprendre la vie de l'État romain. Et il semble même que cet absolutisme ait été renforcé à partir de 112, quand s'annonça la guerre contre les Parthes. Chef des armées, l' imperator commande de manière concrète ; il se met à la tête de l'état-major et décide de tout en dern […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trajan/#i_42304

TRÉSORS MONÉTAIRES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 243 mots

« Trésor », le mot a un parfum d'exotisme, évoquant L'Île au trésor et les pirates des Caraïbes. Pour le numismate, un trésor est un lot de monnaies, rassemblées volontairement (ce qui exclut les pièces réunies au hasard, par exemple dans un égout) et perdues par leur propriétaire, au cours d'une guerre, d'un naufrage ou de toute autre circonstance. Ainsi définis, les trésors constituent une sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tresors-monetaires-grece-antique/#i_42304

TYRANNIE DE PISISTRATE ET DE SES FILS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

Pisistrate dut s'y reprendre à trois fois à partir de — 560 pour installer à Athènes un pouvoir personnel durable (544-528) ; quant à ses fils Hipparque (528-514) et Hippias (514-510), ils auront à cœur de prolonger le « despotisme éclairé » de leur père. Pisistrate s'appuie d'abord sur les petits paysans au détriment de l'aristocratie, leur prête de l'argent pour développer leur activité, avant d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tyrannie-de-pisistrate-et-de-ses-fils/#i_42304

VIX TOMBE DE

  • Écrit par 
  • Claude ROLLEY
  •  • 2 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Échanges, trafics, commerce ? »  : […] Il restait à s'interroger sur les modalités de la circulation des objets méditerranéens, en particulier dans des cas aussi exceptionnels que celui du cratère de Vix. L'anthropologie a paru fournir des modèles adéquats. On a fait appel à la notion du don et du contre-don, élaborée par Marcel Mauss. L'échange de cadeaux, comme on le voit très bien dans l' Odyssée , est au centre des relations entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tombe-de-vix/#i_42304


Affichage 

Belgique, Antiquité

carte

Économie et industrie de la Belgique romaine (Belgica) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Gaule romaine, économie et commerce

carte

La vie économique gauloise : agriculture, industries et commerce 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Monnaie grecque antique

photographie

Première monnaie de Grèce continentale (frappée sur l'île d'Égine), au type de la tortue de mer Vers 600 avant J-C 

Crédits : D.R.

Afficher

Rome, économie sous le Haut-Empire

carte

Les activités productives et commerciales sous le Haut-Empire, entre 27 avant JC et 282 après JC 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Belgique, Antiquité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gaule romaine, économie et commerce
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Monnaie grecque antique
Crédits : D.R.

photographie

Rome, économie sous le Haut-Empire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte