ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES (E.P.H.E.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du second Empire, la France prend conscience de son retard sur l'Allemagne en matière d'organisation scientifique. Une commission de savants se réunit, qui comprend de grands noms de la science française. Entre autres : Henri Milne-Edwards, Elie de Beaumont, Claude Bernard, Jules Quicherat, Michel Bréal, Alfred Maury. Une série de rapports sont adressés au ministre de l'Instruction publique, Victor Duruy. Ces évaluations aboutissent à la création de l'École pratique des hautes études, par décret impérial du 31 juillet 1868. L'École était dite pratique, parce que les élèves devaient participer activement à des travaux, différents selon la discipline : expérimentation scientifique en laboratoire, recherche sur le terrain, déchiffrement de sources manuscrites. Seconde originalité : chacun pouvait être admis à l'École, sans distinction d'âge, de nationalité, de diplôme, après un stage probatoire. Ainsi verra-t-on quelques préparateurs de laboratoire parvenir au Collège de France. L'École se composait de quatre sections : mathématiques, physique et chimie, sciences naturelles et physiologie, sciences philologiques et historiques. Une cinquième section, destinée aux sciences juridiques et économiques, créée par décret impérial du 30 janvier 1869, ne vit jamais le jour et son numéro d'ordre sera affecté ultérieurement à la section des sciences religieuses.

La première et la deuxième section ont été fermées par décret du 14 mars 1986. La section de mathématiques s'était auparavant illustrée en appelant Henri Poincaré à donner une « conférence » (c'est-à-dire un cours) et en publiant le Bulletin des sciences mathématiques. La troisième section coiffait des laboratoires installés à l'École normale supérieure, au Collège de France, parfois en province. Elle a poursuivi des recherches originales principalement dans trois branches du savoir : l'anthropologie physique, avec Paul Broca et ses successeurs ; la micropaléontologie, et ses effets sur la prospection pétrolière, avec Georges Deflandre ; la psychologie expérimentale, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., membre associé, Centre d'étude des religions du livre (C.E.R.L.)

Classification


Autres références

«  ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES (E.P.H.E.)  » est également traité dans :

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Le temps des sciences sociales »  : […] Il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et même la succession de Febvre, en 1956, à la direction de la revue pour que le mouvement prenne de l'ampleur autour et au-delà des Annales . Malgré l'assistance de Fernand Braudel, qui lui succède au Collège de France, et la formation d'une nouvelle équipe avec le sociologue Georges Friedmann et l'historien Charles Morazé, Febvre continue de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-annales/#i_97690

DIETERLEN GERMAINE (1903-1999)

  • Écrit par 
  • Michel IZARD
  •  • 872 mots

Au sein de l'école d'ethnologie française, le nom de Germaine Dieterlen – avec ceux de Solange de Ganay, Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Denise Paulme, André Schaeffner – est inséparable de la haute histoire des recherches menées depuis les années 1930 chez les Dogon de l'ancien Soudan français, l'actuel Mali. Née à Paris en 1903 dans une famille protestante cévenole, Germaine Die […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-dieterlen/#i_97690

DUPÂQUIER JACQUES (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 737 mots

Avec Jacques Dupâquier, décédé le 23 juillet 2010, disparaît une figure phare de la démographie historique. Cet homme de caractère et de convictions avait trouvé sa voie sous l'effet des circonstances. Né le 30 janvier 1922 à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) dans une famille de la bourgeoisie industrielle, il envisage initialement, face à la menace allemande, une carrière d'officier de marine. Aprè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-dupaquier/#i_97690

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (E.H.E.S.S.)

  • Écrit par 
  • Jacques REVEL
  •  • 2 892 mots

Parmi les principales institutions françaises d'enseignement supérieur et de recherche, l'École des hautes études en sciences sociales est relativement jeune. Sous cette appellation, elle n'existe que depuis 1975, date à laquelle elle s'est substituée à l'ancienne VI e  section de l'École pratique des hautes études, section elle-même créée en 1947. Il faut cependant remonter bien plus loin dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-hautes-etudes-en-sciences-sociales/#i_97690

FEBVRE LUCIEN (1878-1956)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 2 134 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un entrepreneur culturel »  : […] Après la Revue de synthèse et les Annales , le troisième engagement essentiel de Lucien Febvre est aujourd’hui largement sous-estimé. En 1932, Anatole de Monzie, ministre de l’Éducation nationale, lui confie la direction de l’ Encyclopédie française dont il fera son « entreprise », au point d’y sacrifier la direction des Annales et la conduite de son œuvre personnelle. Lucien Febvre ne pouvait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/febvre-lucien-1878-1956/#i_97690

HELLER CLEMENS (1917-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 198 mots

Chercheur international en sciences sociales. Naturalisé américain, ayant mené l'essentiel de sa carrière en France, ce fils d'un éditeur viennois grandit dans un milieu d'intellectuels et d'artistes. En 1937, l'approche du péril hitlérien l'incite à poursuivre ses études d'histoire aux États-Unis, où il acquiert la nationalité américaine. La paix revenue en 1945, il se voue à la reconstruction i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemens-heller/#i_97690

LE GOFF JACQUES (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Étienne ANHEIM
  •  • 1 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un rayonnement intellectuel et institutionnel »  : […] L’influence intellectuelle de Jacques Le Goff dépasse cependant largement le cadre de son œuvre personnelle. Son rôle institutionnel au sein de la VI e  section de l’E.P.H.E., dont il assure la transformation en École des hautes études en sciences sociales en 1975, alors qu’il assure la présidence de l’institution (1972-1977), contribue à façonner le paysage des sciences sociales en France. Il es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-goff/#i_97690

MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Naissance d'une historiographie et naissance d'un régime, la République »  : […] En dépit de la reconstruction de l'érudition critique après la dispersion, sous la Révolution, des ordres monastiques (Bénédictins de Saint-Maur), les institutions savantes, comme l'Académie des inscriptions et belles-lettres, le Comité des travaux historiques et scientifiques, l'École des chartes, n'en demeurent pas moins distantes de l'histoire narrative qu'Augustin Thierry prônait sous la Resta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-methodique-histoire/#i_97690

MORAZÉ CHARLES (1913-2003)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 889 mots

Historien français. Fils d'officier de l'armée du Rhin, Charles Morazé a commencé au lycée français de Mayence des études qu'il a poursuivies à la faculté des lettres de Paris. Reçu premier à l'agrégation d'histoire et de géographie, il est nommé, en 1941, professeur d'histoire économique et sociale à l'École libre des sciences politiques, futur Institut d'études politiques. À la Libération, il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-moraze/#i_97690

STEIN ROLF ALFRED (1911-1999)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 911 mots

Spécialiste des religions chinoises et tibétaines, Rolf Alfred Stein a profondément marqué les études dans ces domaines qu'il a su unir dans une perspective comparatiste, grâce à une érudition qui les débordait et englobait aussi bien le Japon et la Mongolie que l'Asie du Sud-Est. Les intitulés des chaires qu'il occupa successivement à l'École pratique des hautes études (1951-1974) : Religions co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rolf-alfred-stein/#i_97690

VAJDA GEORGES (1908-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 1 299 mots

Orientaliste d'une remarquable érudition, historien de la théologie et de la philosophie juives médiévales, Georges Vajda a formé deux générations de professeurs, de chercheurs et de rabbins français et étrangers, en ciselant une œuvre dont la forme et l'esprit ont porté à sa maturité la science du judaïsme en France. L'encyclopédisme de Georges Vajda, la connaissance qu'il avait de plusieurs lang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-vajda/#i_97690

Pour citer l’article

François LAPLANCHE, « ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES (E.P.H.E.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-pratique-des-hautes-etudes-e-p-h-e/