ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

La mathématique alexandrine

L'enseignement supérieur des mathématiques comprenait évidemment la lecture commentée des écrits majeurs des grands classiques : Éléments d'Euclide, ouvrages d'Archimède, traités des Coniques d'Euclide d'abord, d'Apollonios ensuite. Nous savons par exemple que Théodose commenta la Méthode mécanique (ou Lettre à Ératosthène) d'Archimède, que Théon d'Alexandrie procura de nouvelles éditions des Éléments et que sa fille Hypatie donna un commentaire des Coniques d'Apollonios.

Mais, à côté de ces grands traités, et à un niveau légèrement inférieur, celui de nos propédeutiques, Pappus nous a conservé tout au moins des analyses d'ouvrages, remarquables, de didactique et d'heuristique mathématiques. Cet ensemble impressionnant constitue le livre VII de sa « collection » : Données et Porismes d'Euclide ; Section d'aire, Section de rapport, Contacts, Inclinaisons, Lieux plans d'Apollonios ; Lieux solides d'Aristée ; Lieux à la surface d'Euclide.

Nous devons à l'école alexandrine, d'abord en géométrie, une technique analytique remarquable que Zeuthen a appelée l'« algèbre géométrique » des Grecs. Elle est, de nos jours, complètement tombée en désuétude, remplacée avantageusement par l'analyse de Viète et de Descartes. Il est cependant indispensable de la connaître pour lire les grands classiques grecs.

Mais c'est encore à cette école que l'on doit un autre aspect de l'analyse représenté par les Arithmétiques de Diophante d'Alexandrie. Il s'agit de l'analyse indéterminée, dite de nos jours encore « analyse diophantienne ». Ses procédés sont identiques à ceux de notre algèbre élémentaire quant aux fondements. Elle ne s'applique qu'aux nombres rationnels. Bien que les Arithmétiques soient un ouvrage tardif, cette analyse devait être cultivée dès les débuts de l'École, où son rôle éducatif était loin d'être négligeable. C'est la confrontation par Viète et ses émules des deux courants alexandrins – analyse géométrique représentée par Pappus, analyse « numéreuse » de Diophante – qui amena la naissance de la mat[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'  » est également traité dans :

APOLLONIOS DE PERGA (-262?-? -190)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 412 mots

Mathématicien grec de l'école d'Alexandrie, Apollonios de Perga est né probablement vingt-cinq ans après Archimède (donc vers ~ 262) et est mort sous le règne de Ptolémée IV (~ 222-~ 205). La renommée de son ouvrage principal, le Traité des sections coniques, lui valut le surnom de Grand Géomètre. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollonios-de-perga/#i_26434

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 10 813 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Aristarque de Samos (~ 310 env.-~ 230) est le premier grand astronome de l'école d'Alexandrie. C'est aussi le précurseur de Copernic, de dix-sept siècles en avance sur ses contemporains quand il affirme que la Terre, loin d'être fixe, non seulement tourne sur elle-même comme l'a proposé Héraclide, mais aussi décrit une orbite circulaire autour du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_26434

DIOPHANTE D'ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • Roshdi RASHED
  •  • 2 918 mots

De la vie de Diophante, nous ne connaissons presque rien : Alexandrin, il vécut après Hypsiclès et avant Théon d'Alexandrie, c'est-à-dire après la première moitié du iie siècle avant notre ère, et avant la seconde moitié du ive siècle de notre ère. Nos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diophante-d-alexandrie/#i_26434

ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (-275--195)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 414 mots

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode, sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eratosthene-de-cyrene/#i_26434

EUCLIDE (-IVe--IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un homme ou une école ? »  : […] au début du Théétète. D'après Proclus, Euclide enseignait, à Alexandrie, sous le premier Ptolémée, soit entre 323 et 285 avant notre ère. Il appuie son affirmation sur l'autorité d'Archimède « car, écrit-il, Archimède qui survint postérieurement au premier Ptolémée mentionne Euclide ». Dans les œuvres du Syracusain telles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euclide/#i_26434

HÉRON D'ALEXANDRIE (Ier s.?)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 848 mots

Géomètre grec et inventeur, actif au ier siècle après J.-C. à Alexandrie (Égypte), Héron a transmis à la postérité les connaissances mathématiques et techniques de Babylone et du monde gréco-romain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heron-d-alexandrie/#i_26434

MACHINISME

  • Écrit par 
  • Bertrand GILLE, 
  • Pierre NAVILLE
  •  • 6 783 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] C'est à l'école d'Alexandrie, à partir du début du iiie siècle avant notre ère, que l'on doit certainement la constitution du machinisme antique. Héron d'Alexandrie et Philon de Byzance rassemblèrent, après leur maître Ctesibios (iie siècle av. J.-C.), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/#i_26434

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 699 mots

Dans le chapitre « Méthode des tangentes (ou de Newton) »  : […] L'école d'Alexandrie, et en particulier Archimède, utilise fréquemment des encadrements des racines carrées d'un nombre entier par des nombres rationnels. À cet effet, on utilise l'algorithme d'Euclide de divisions successives. Héron d'Alexandrie part d'une autre idée. Pour approcher a, il écrit a sous la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_26434

PAPPUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 412 mots

Né probablement à Alexandrie vers 320, Pappus fut le dernier grand mathématicien de l'école d'Alexandrie. Son œuvre, moins considérable que celles d'Euclide, d'Archimède et d'Apollonios (écrites plus de cinq cents ans auparavant), mais venant après une longue période où les recherches s'étaient limitées à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pappus/#i_26434

PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 730 mots
  •  • 3 médias

. Mais l'histoire ne sait de lui que le dernier éclat qu'il donna à l'école d'Alexandrie au milieu du iie siècle de l'ère chrétienne. Sans doute fut-il davantage mathématicien qu'astronome, plus polygraphe que savant. Mais il sut transmettre et perfectionner, et en définitive constituer, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-ptolemee/#i_26434

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-mathematique-d-alexandrie/