ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'astronomie

La formation des astronomes semble avoir demandé des études plus poussées. Nous pouvons nous en faire une idée grâce à la collection appelée la Petite Astronomie conservée surtout par la tradition arabe, mais dont Pappus nous donne de précieux commentaires. Nous trouvons dans cette collection des traités de géométrie plane comme les Données d'Euclide, les Lemmes d'Archimède et sa mesure du cercle, des traités de la géométrie de la sphère comme les Sphériques de Théodose et de Ménélaos, la Sphère en mouvement d'Autolycus de Pitane (ive s. av. J.-C.), les Phénomènes d'Euclide, des traités plus directement astronomiques comme Les Jours et les nuits de Théodose, Les Levers et couchers des étoiles d'Autolycus, Les Ascensions d'Hypsiclès, Les Grandeurs et les distances du Soleil et de la Lune d'Aristarque.

Déjà avec Hypsiclès et surtout à partir d'Hipparque, les calculs astronomiques sont faits dans un système de numération à base 60 dérivé de la numération babylonienne. Les entiers sont écrits dans le système littéral grec. Cette numération mixte gréco-babylonienne est le fait de l'école alexandrine. Très souple, elle sera ultérieurement adoptée par les astronomes arabes. Lorsque l'écriture hindoue des nombres entiers – la nôtre – fut introduite en Occident, le système alexandrin s'y adapta très aisément, la base 60 restant la base fondamentale. Ce n'est qu'avec Viète et Stevin que la numération décimale prolongée du côté décimal commencera à s'imposer. Encore subsiste-t-il, aujourd'hui, quelques résidus de l'ancienne numération alexandro-babylonienne.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'  » est également traité dans :

APOLLONIOS DE PERGA (262 av. J.-C.?-? 190 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 412 mots

Mathématicien grec de l'école d'Alexandrie, Apollonios de Perga est né probablement vingt-cinq ans après Archimède (donc vers ~ 262) et est mort sous le règne de Ptolémée IV (~ 222-~ 205). La renommée de son ouvrage principal, le Traité des sections coniques , lui valut le surnom de Grand Géomètre. Le traité se compose de huit livres : les quatre premiers nous sont parvenus d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollonios-de-perga/#i_26434

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Aristarque de Samos (env. 310-230 av. J.-C.) est le premier grand astronome de l'école d'Alexandrie. C'est aussi le précurseur de Copernic, de dix-sept siècles en avance sur ses contemporains quand il affirme que la Terre, loin d'être fixe, non seulement tourne sur elle-même comme l'a proposé Héraclide, mais aussi décrit une orbite circulaire autour du Soleil, qui devient le centre de tous les mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_26434

DIOPHANTE D'ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • Roshdi RASHED
  •  • 2 918 mots

De la vie de Diophante, nous ne connaissons presque rien : Alexandrin, il vécut après Hypsiclès et avant Théon d'Alexandrie, c'est-à-dire après la première moitié du ii e  siècle avant notre ère, et avant la seconde moitié du iv e  siècle de notre ère. Nos certitudes s'arrêtent là, pour céder la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diophante-d-alexandrie/#i_26434

ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (275-195 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 414 mots

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode , sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de certaines de ses découvertes. Ératosthène, qui a sans doute suivi des études encyclopédiques à Cyrè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eratosthene-de-cyrene/#i_26434

EUCLIDE (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un homme ou une école ? »  : […] On ignore tout de la vie d'Euclide et il fut longtemps confondu avec le philosophe Euclide de Mégare que Platon fait intervenir au début du Théétète. D'après Proclus, Euclide enseignait, à Alexandrie, sous le premier Ptolémée, soit entre 323 et 285 avant notre ère. Il appuie son affirmation sur l'autorité d'Archimède « car, écrit-il, Archimède qui survint postérieurement au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euclide/#i_26434

HÉRON D'ALEXANDRIE (Ier s.?)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 848 mots

Géomètre grec et inventeur, actif au i er  siècle après J.-C. à Alexandrie (Égypte), Héron a transmis à la postérité les connaissances mathématiques et techniques de Babylone et du monde gréco-romain. Le travail de géométrie le plus important de Héron, les Metrica , n'a été découvert qu'en 1896. C'est un manuel, en trois vol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heron-d-alexandrie/#i_26434

MACHINISME

  • Écrit par 
  • Bertrand GILLE, 
  • Pierre NAVILLE
  •  • 6 783 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité »  : […] Il semble que le machinisme ait commencé réellement à se développer en Grèce à partir des vi e et v e  siècles av. J.-C., grâce à l'apport de techniques en provenance du Proche-Orient. L'effort porta au début, d'une part, sur les machines de guerre, avec l'emploi du nouveau ressort formé de nerfs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machinisme/#i_26434

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Méthode des tangentes (ou de Newton) »  : […] L'école d' Alexandrie, et en particulier Archimède, utilise fréquemment des encadrements des racines carrées d'un nombre entier par des nombres rationnels. À cet effet, on utilise l' algorithme d'Euclide de divisions successives. Héron d'Alexandrie part d'une autre idée. Pour approcher a , il écrit a sous la forme a  =  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_26434

PAPPUS (IVe s.)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 412 mots

Né probablement à Alexandrie vers 320, Pappus fut le dernier grand mathématicien de l'école d'Alexandrie. Son œuvre, moins considérable que celles d'Euclide, d'Archimède et d'Apollonios (écrites plus de cinq cents ans auparavant), mais venant après une longue période où les recherches s'étaient limitées à l'astronomie, à la trigonométrie et à l'algèbre, sut donner un nouvel essor à la géométrie. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pappus/#i_26434

PTOLÉMÉE CLAUDE (90 env.-env. 168)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 729 mots
  •  • 3 médias

Le nom de Ptolémée n'est guère connu aujourd'hui qu'en tant qu'il désigne un système : le système astronomique qui plaçait la Terre immobile au centre du monde et dont la mise en question, de Copernic à Newton, a commandé la révolution scientifique. Ce fut pourtant le nom d'une œuvre considérable, dont l' Almageste et ses élaborations astronomiques ne sont qu'une part. Œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-ptolemee/#i_26434

Pour citer l’article

Jean ITARD, « ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-mathematique-d-alexandrie/