ÉCOLE LITTÉRAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion d'école littéraire est rarement employée en un sens rigoureux. Qui dit école, en effet, dit ou devrait dire relation de maître à disciple(s), transmission réglée d'un enseignement. La littérature, dans la définition même la plus vague, se laisse assez mal décrire en ces termes – plus mal encore sans doute que la peinture, où l'équivalent « école picturale » peut du moins s'appuyer (certes pour largement les déborder) sur des pratiques d'atelier, de formation artisanale, et attachées à un lieu, ce qui est le sens premier du mot école. « École littéraire » sera donc plus ou moins synonyme de courant ou de mouvement littéraires, l'accent étant mis sur un degré plus affirmé d'organisation.

Dans certains cas, un écrivain émerge de tels courants et cristallise autour de lui un groupe qui, lui reconnaissant une autorité particulière, peut être qualifié d'école littéraire. Mais même alors l'appréciation peut varier : Stéphane Mallarmé, admiré de tous ceux qui lui rendaient visite en son appartement parisien de la rue de Rome, n'a pour autant jamais revendiqué un tel rôle, au lieu que deux écrivains de moindre envergure, René Ghil avec le Traité du Verbe (auquel le poète accepta cependant de donner une préface, Avant-Dire), et Jean Moréas avec le Manifeste littéraire, en 1866, semblaient se poser en chefs de file du symbolisme. À la même époque, Émile Zola affiche un tempérament tout différent. Le titre de l'un de ses premiers textes critiques publiés : Mes Haines (1886), dit assez sa volonté de publicité et de combat ; dans les années 1876-1884, qui marquent l'apogée de son œuvre romanesque, il réunit autour de lui des écrivains plus jeunes qui, l'effet générationnel aidant, le reconnaissent spontanément comme leur maître (lui-même invoque Flaubert, mais l'homme est un solitaire, très peu disposé à jouer les meneurs, et indépendant de toute théorie). Le groupe se fait connaître par une p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ÉCOLE LITTÉRAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-litteraire/