ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (E.H.E.S.S.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les principales institutions françaises d'enseignement supérieur et de recherche, l'École des hautes études en sciences sociales est relativement jeune. Sous cette appellation, elle n'existe que depuis 1975, date à laquelle elle s'est substituée à l'ancienne VIe section de l'École pratique des hautes études, section elle-même créée en 1947. Il faut cependant remonter bien plus loin dans le temps si l'on veut comprendre les traits caractéristiques et l'esprit d'un projet qui a fort longtemps cherché sa voie.

C'est dans les dernières années du second Empire que Victor Duruy, ministre de l'Instruction publique, lui-même historien, décide de renouveler le haut enseignement français : non pas, comme ce sera le cas à la fin du xixe siècle, en le réformant de l'intérieur, mais plutôt en ajoutant une création périphérique à la vieille université, comme on l'avait fait jadis avec le Collège de France, l'École normale supérieure ou l'École polytechnique. Pour sa création, Duruy ne cachait pas son ambition. Il aurait alors annoncé : « L'École des hautes études est un germe que je dépose dans les murs lézardés de la vieille Sorbonne ; en se développant, il les fera crouler. » De fait, il s'agit de promouvoir des enseignements et des manières d'enseigner que l'Université française ignore encore, en s'inspirant du séminaire à l'allemande. L'E.P.H.E. doit être une institution d'érudition et de recherche dont le rôle sera, en outre, d'initier par l'exemple des étudiants à ces pratiques (d'où son nom). L'institution n'aura pas à se préoccuper de la collation des grades, demeurée privilège universitaire ; il lui faudra se consacrer à la production et à la transmission de connaissances, sans égards pour les titres académiques de ses étudiants (ni, dans une certaine mesure, de ses professeurs appelés « directeurs d'études »). Des quatre sections mises en place par le décret de 1868, trois relèvent des sciences exactes et la quatrième rassemble les « sciences historiques et philologiques ». Un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (E.H.E.S.S.)  » est également traité dans :

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Économies, sociétés, civilisations »  : […] Pour Braudel et pour les historiens de sa génération, la clé de la compréhension demeure cependant l'économie. Camille-Ernest Labrousse, l'autre figure qui s'impose au lendemain de la guerre propose, lui aussi, dans le sillage des travaux de sociologie économique de Simiand, un modèle interprétatif global mais notablement différent car plus sensible à l'analyse des crises économiques et à leur a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-annales/#i_85339

BETTELHEIM CHARLES (1913-2006)

  • Écrit par 
  • Bernard CHAVANCE
  •  • 704 mots

Économiste marxiste, universitaire, analyste des économies capitalistes et socialistes, conseiller de différents gouvernements dans le domaine de la planification du développement, Charles Bettelheim a exercé une influence internationale importante de 1950 à 1980. Né à Paris le 20 novembre 1913, il commence des études de droit, d'économie politique et de philosophie au début des années 1930. Marq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-bettelheim/#i_85339

GUILLERMAZ JACQUES (1911-1998)

  • Écrit par 
  • Yves CHEVRIER
  •  • 814 mots

Jacques Guillermaz, historien du Parti communiste chinois en même temps qu'officier et diplomate, devait « sa vie pour la Chine » au hasard d'une nomination. Diplômé de Saint-Cyr, il devient attaché militaire adjoint à Pékin en mai 1937, à la veille de l'invasion japonaise. Alors que les combats s'étendent vers le centre et le sud, obligeant le gouvernement de Tchiang Kai-chek à quitter Nankin, sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-guillermaz/#i_85339

HÉRITIER FRANÇOISE (1933-2017)

  • Écrit par 
  • Salvatore D'ONOFRIO
  •  • 1 493 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’exercice de la parenté »  : […] C’est précisément chez les Samo qu’elle va repérer des structures de la parenté dont l’étude lui permet de faire progresser la théorie générale. Il s’agit des structures semi-complexes de l’alliance, véritable point de soudure entre les structures complexes, qui se limitent à indiquer les individus non épousables définis par leur position généalogique, et les structures élémentaires, fondées sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-heritier/#i_85339

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 645 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La résurrection de l'histoire politique »  : […] C'est précisément dans la brèche abandonnée par ces courants dominants que va se renouveler l'histoire politique au milieu des années 1970. Plusieurs phénomènes concomitants rendent compte de ce phénomène, dont certains dépassent très largement le cadre de la recherche historique. En premier lieu, la perte de prestige du modèle communiste en Europe entraîne une crise de l'approche marxiste dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-politique/#i_85339

LE GOFF JACQUES (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Étienne ANHEIM
  •  • 1 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un rayonnement intellectuel et institutionnel »  : […] L’influence intellectuelle de Jacques Le Goff dépasse cependant largement le cadre de son œuvre personnelle. Son rôle institutionnel au sein de la VI e  section de l’E.P.H.E., dont il assure la transformation en École des hautes études en sciences sociales en 1975, alors qu’il assure la présidence de l’institution (1972-1977), contribue à façonner le paysage des sciences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-goff/#i_85339

MORAZÉ CHARLES (1913-2003)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 889 mots

Historien français. Fils d'officier de l'armée du Rhin, Charles Morazé a commencé au lycée français de Mayence des études qu'il a poursuivies à la faculté des lettres de Paris. Reçu premier à l'agrégation d'histoire et de géographie, il est nommé, en 1941, professeur d'histoire économique et sociale à l'École libre des sciences politiques, futur Institut d'études politiques. À la Libération, il a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-moraze/#i_85339

PIKETTY THOMAS (1971- )

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « Parcours d’un économiste engagé »  : […] Deux ans après avoir obtenu un baccalauréat scientifique à seize ans, en 1987, Thomas Piketty intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. À vingt-deux ans, il achève son doctorat (École des hautes études en sciences sociales [E.H.E.S.S.] - London School of Economics), puis devient assistant professor au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T., Boston), une des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-piketty/#i_85339

Pour citer l’article

Jacques REVEL, « ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (E.H.E.S.S.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-des-hautes-etudes-en-sciences-sociales/