NEW YORK ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Genèse et sources du mouvement

Prenant conscience de la nécessité absolue de dégager leur art du provincialisme dans lequel ils se trouvaient depuis des siècles, les artistes de l'école de New York tentent de créer, à partir de la réalité et du tempérament propres à leurs pays, une tradition picturale nouvelle, à laquelle va s'ajouter et pour longtemps, « ce sentiment totalement nouveau, écrit Clement Greenberg, d'être au centre de l'art de leur temps ».

Parmi les jalons importants qui ont permis cette évolution, un certain nombre d'événements ont eu une influence considérable sur toute une génération, notamment le scandale de l'Armory Show en l913, l'arrivée de Marcel Duchamp à New York dans les années 1920, l'activité du photographe et galeriste Alfred Stieglitz, la constitution des grandes collections d'art européen et, enfin, l'exposition, organisée par Alfred Barr, Cubism and Abstract Art au Museum of Modern art de New York en 1936. Par ailleurs, le Federal Art Project mis en œuvre à partir de 1935 par la Works Progress Administration sous l'impulsion du New Deal, qui a donné du travail à Gorky, de Kooning ou Pollock, fut une donnée capitale qui favorisa la constitution d'un milieu et d'une dynamique communautaire.

Une autre source importante fut l'enseignement très suivi du peintre allemand Hans Hofmann, qui dégage l'expressionnisme de toute réalité pour le réduire à un ensemble de tensions essentielles immédiates, spontanées et irrationnelles. Enfin, comme l'écrit Harold Rosenberg, « la chute de Paris ferma le laboratoire du xxe siècle. Pour le peintre américain, non seulement le laboratoire dont il avait si avidement étudié les productions était fermé, mais beaucoup de ses principaux éléments débarquaient à New York ». Parmi eux, notamment, cert [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NEW YORK ÉCOLE DE  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La promotion des avant-gardes internationales »  : […] Il est relativement aisé de définir le marché de l'art contemporain en l'opposant à celui de l'art ancien. L'offre est potentiellement indéfinie et l'estimation de la valeur esthétique dominée par l'incertitude. Le renouvellement continu des avant-gardes et la concurrence des idéologies artistiques, au cours des dernières décennies, interdisent tout consensus des professionnels du jugement esthéti […] Lire la suite

BAZIOTES WILLIAM (1912-1963)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 394 mots

Né à Pittsburgh, ce peintre américain d'origine grecque est généralement associé à l' action painting — au sens que lui donne le critique Harold Rosenberg : une peinture qui se fait dans l'acte, sans idée préalable de son résultat. Mais à la différence de la gestualité impulsive d'un De Kooning, de l'investissement corporel d'un Pollock, c'est dans l'action lente que se réalise la peinture de Wil […] Lire la suite

DE KOONING WILLEM (1904-1997)

  • Écrit par 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Universalis
  •  • 1 213 mots
  •  • 1 média

Willem De Kooning occupe une place essentielle et contradictoire dans l'histoire de l'art récent. Dans un siècle qui privilégie les positions esthétiques claires, il refuse toujours de choisir entre abstraction et figuration, pratiquant alternativement l'une et l'autre approche, souvent en contradiction avec la tendance dominante de l'époque. Dernier survivant majeur des expressionnistes abstrait […] Lire la suite

ÉCRITS (B. Newman) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 088 mots

Plus de vingt ans après leur parution aux États-Unis en 1990, les Écrits du peintre Barnett Newman sont enfin publiés en France en 2011. Les éditions Macula et son directeur, Jean Clay, ont souhaité, bien au-delà des seuls écrits, rendre un hommage exhaustif à l' une des personnalités les plus fascinantes de l'école de New York. Ainsi, les textes de l'artiste sont accompagnés d'un appareil critiq […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre «  Le modèle américain »  : […] Saul Steinberg, l'illustrateur attitré de l'hebdomadaire The New Yorker , propose pour sa couverture de l'édition du 19 mai 1962 une allégorie des Beaux-Arts au cœur de laquelle un aigle symbolisant l'école de New York prend appui, à défaut de la piétiner, sur une guitare censée représenter l'école de Paris. Le dessin ne fait que confirmer ce que nul ne peut démentir : au tournant des années 196 […] Lire la suite

GORKY ARSHILE (1904-1948)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 852 mots

Né en Arménie turque, Gorky, le premier peintre américain qui ait suscité une véritable légende, avait perdu l'usage de la parole à l'âge de trois ans, sous le choc du départ de son père, qui s'enfuit en Amérique pour se dérober au service militaire turc. Un professeur lui rendit l'usage de la parole deux ans plus tard en faisant semblant de se jeter devant lui du haut d'un rocher. À seize ans, il […] Lire la suite

GOTTLIEB ADOLPH (1903-1974)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 586 mots

Le peintre américain Adolph Gottlieb est né à New York en 1903 ; il interrompt très jeune ses études secondaires pour entrer à l'Art Student League, où il a pour professeur John Sloan et Robert Henri. À dix-sept ans, il s'embarque pour l'Europe, séjourne à Paris, où il peint et étudie à l'académie de la Grande Chaumière. Il découvre Paul Cézanne, Fernand Léger et surtout Henri Matisse qui marquera […] Lire la suite

GRAFFITI

  • Écrit par 
  • Glen D. CURRY, 
  • Scott H. DECKER, 
  • William P. MCLEAN
  • , Universalis
  •  • 5 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art populaire »  : […] L'intérêt et la valeur esthétique de certains des graffiti littéraires sont indiscutables. Il en est de même pour bon nombre de graffiti figuratifs, qui ont su inspirer des artistes tels que Picasso et Cocteau. C'est pourtant le poète Apollinaire qui comprit le mieux – comme le démontrent ses Calligrammes  – que cette expression constitue un véritable art populaire, rivalisant parfois, par sa beau […] Lire la suite

KLINE FRANZ (1910-1962)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 335 mots

Le peintre américain Franz Kline est l'un des principaux représentants de l'expressionnisme abstrait. Selon le critique Clement Greenberg (qui fut l'un des théoriciens influents de ce courant novateur), ses œuvres ont « la tension évidente qui s'identifie avec la peinture moderniste depuis Cézanne. Kline aussi a « démonté » son art ». Né dans une ville minière de Pennsylvanie, Kline fait ses étude […] Lire la suite

MOTHERWELL ROBERT (1915-1991)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 1 069 mots

Le nom du peintre américain Robert Motherwell est associé aux débuts de l'expressionnisme abstrait, c'est-à-dire au premier grand mouvement artistique, aux États-Unis, qui soit émancipé de l'influence du Vieux Continent. Pourtant, Motherwell est sans doute le plus européen des membres de l'École de New York, ainsi nommée pour la distinguer de (et l'opposer à) celle de Paris. Dès 1938, le jeune h […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis – Afghanistan. Discours du président Barack Obama sur la stratégie américaine en Afghanistan. 1er décembre 2009

Le président Barack Obama, lors d'un discours prononcé à l'école militaire de West Point (État de New York) sur la stratégie à adopter pour l'Afghanistan, annonce l'envoi de trente mille soldats américains supplémentaires, portant ainsi les effectifs des États-Unis à cent mille hommes. Il compte […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « NEW YORK ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/