LA HAYE ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Rue dans une ville hollandaise, J. H. Weissenbruch

Rue dans une ville hollandaise, J. H. Weissenbruch
Crédits : AKG

photographie

«Scène d'hiver», J. B. Jongkind

«Scène d'hiver», J. B. Jongkind
Crédits : Collection privée

photographie


Pleinairisme et amour de la terre

Dès le milieu du xixe siècle, passé l'épisode romantique, d'ailleurs vécu sans grande conviction et principalement, comme en Belgique, à travers la renaissance d'un certain rubénisme (Cool, Anthony Vincent, Hendrick Schmidt), les artistes hollandais avaient renoué avec la tradition du paysage. « La religion des maîtres, écrit encore Focillon, est intacte, et chacun des vivants semble s'attacher filialement à la mémoire d'un grand mort » : Jacob van Strij, J. Van der Laen, Jan Kobell, Westenberg, Van Trootswijk, Schelfhout, qui sera le maître de Jongkind, Van Os et Van de Sande Backhuijzen, chacun se fait une spécialité de marcher dans les pas de tel ou tel grand devancier, Vermeer, Cuyp, Potter, Van Goyen ou Rembrandt. La lumière est évidemment au centre de ces recherches.

Une étape importante est franchie avec la fondation, en 1847, de la Société picturale de La Haye, mieux connue sous le nom de Pulchri Studio « Atelier du Beau », au sein de laquelle va s'exprimer une sensibilité nouvelle pour la terre, les paysages et les modes de vie nationaux. Vingt ans plus tard, à l'Exposition universelle de Paris, les représentants de cette mouvance inspiraient cette remarque au critique Thoré-Bürger, célèbre pour avoir redécouvert la personnalité et l'art de Vermeer de Delft : « S'ils n'ont plus de grande peinture civique, comme au xviie siècle, les Hollandais ont toujours du moins le sentiment de la vie familière et l'amour de la terre. » Par un jeu de miroirs très frappant, ce milieu va se ressentir de l'influence grandissante des peintres de Barbizon, en particulier Millet, Corot et Daubigny, qui partagent leur « sentiment de la vie familière et l'amour de la terre », et qui, dans leur redécouverte du pleinairisme, reconnaissent eux-mêmes une dette importante envers la tradition hollandaise...


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LA HAYE ÉCOLE DE  » est également traité dans :

JONGKIND JOHAN BARTHOLD (1819-1891)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 386 mots
  •  • 2 médias

Huitième enfant d'une famille paysanne, Jongkind entre à l'académie de La Haye à dix-sept ans. Il apprend alors la technique du dessin, mais surtout de l'aquarelle d'après nature. Lors d'un premier séjour en France, il se lie en 1846 avec Isabey qui lui fait découvrir les couleurs et les effets de lumière des plages normandes. En 1862, il rencontre, grâce à Moret, élève d'Isabey, Boudin qui jouera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-barthold-jongkind/#i_26897

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 144 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une tradition réaliste nationale »  : […] Ce regain d'une tradition réaliste nationale se montre avec le plus d'évidence en Espagne, plus précisément en Castille. Alors que partout, en Europe et aux États-Unis, il semble que l'emprise des courants abstraits ou bien de courants intellectualistes comme l'Art conceptuel, où la théorie prime sur la pratique, ait entraîné la décadence de l'enseignement de l'art et la perte de tout métier, à Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retour-au-realisme/#i_26897

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOHR, « LA HAYE ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-la-haye/