FRANCFORT ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la naissance de la théorie critique à sa phase pessimiste

Les travaux et la personnalité de Horkheimer ont largement dominé, dans les années trente, la phase classique de la théorie critique. C'est lui qui sut réunir autour de sa personne un groupe d'intellectuels ayant des orientations différentes, mais partageant tous le même idéal révolutionnaire d'une société fondée sur la raison et la liberté. Il organisa le travail scientifique de manière pluridisciplinaire entre des philosophes tels que Herbert Marcuse, des psychologues tels que E. Fromm, des historiens, des esthéticiens comme W. Benjamin, des sociologues de la littérature comme L. Löwenthal, et des économistes comme F. Pollock et H. Grossmann, faisant ainsi sortir la recherche d'une spécialisation outrancière. Les travaux de cette équipe débouchèrent sur la publication de deux grandes enquêtes : sur l'autorité et la famille, en 1936 ; sur l'antisémitisme et les potentialités fascistes dans la société américaine, en 1949-1950. Ce travail collectif s'est alors orienté vers l'analyse des nouveaux rapports, au sein de la théorie sociale, entre la philosophie et la recherche empirique. Horkheimer en présenta les résultats dans une série d'importants essais. Son ouvrage intitulé Théorie traditionnelle et théorie critique (1937), qui constitue un véritable programme de recherche, lui permet de définir le statut de la théorie critique par rapport aux systèmes de référence privilégiés que sont, à l'époque, un certain marxisme sclérosé et la philosophie idéaliste. Considérant les catégories de la critique de l'économie politique comme indispensables pour une stratégie qui demeure dominée par l'idée d'un souci d'émancipation, Horkheimer n'entend pas pour autant abandonner l'héritage de l'idéalisme allemand. Comme Marcuse (Philosophie et théorie critique, 1937), il refuse en effet de prendre la philosophie idéaliste de la raison (et ses intérêts pratiques) pour une simple idéologie.

Alors que, dans un premier temps, Horkheimer et ses collaborateurs avaient cru à une marche progressive de l'histoire, leurs expériences politiques pendant leur exil américain (1934-1949), puis en Allemagne à l'époque de la guerre froide, ont fait évoluer leur théorie dans un sens opposé. La défaite du fascisme due non pas à une révolution mais à la guerre, le terrorisme stalinien et la perversion du socialisme dans les pays de l'Est, la force d'intégration quasi infinie du système capitaliste, la manipulation de la conscience politique des masses par la Kulturindustrie ainsi que l'isolement de l'intelligentsia ont infléchi la pensée de Horkheimer et celle d'Adorno dans le sens du pessimisme et du scepticisme. Lorsqu'ils écrivent Eclipse of Reason et Dialectique de la raison (1947), les deux philosophes estiment que l'évolution du monde mène inévitablement à un « monde administré » qui forme une totalité close et n'offrant pas d'autre possibilité. Constituée d'une suite de catastrophes, l'histoire parviendrait à son terme lorsque toute pensée de résistance, attachée à dépasser cette « totalité fausse », serait définitivement éliminée.

La fonction et le statut de la théorie critique se trouvent du même coup modifiés. Quand elle demeure enfermée dans son propre cercle et sans référence externe, la théorie apparaît comme le principal lieu du refus. Aussi le pessimisme conduira-t-il à une radicalisation progressive de la théorie critique. La dénonciation toujours plus incisive du principe de la domination aveugle qui règne dans le capitalisme tardif devient pour Adorno la forme authentique de la pratique qui convient à la théorie critique. Ainsi, malgré son scepticisme, Adorno ne désespère-t-il pas de la force pratique que peut constituer cette dernière.

Le marxisme, en revanche, perd de son importance, et la référence à la philosophie s'investit dans une philosophie de l'histoire. Instruisant le procès de la raison historique, Adorno et Horkheimer démontrent que l'homme s'est émancipé par rapport à la nature grâce au développement de la raison, mais au prix d'une régression : avec le fascisme, la domination progressive de la nature (domination qui avait les caractères d'un progrès) s'est en effet transformée en une domination que l'homme exerce sur l'homme. Le concept de domination possédant désormais un fondement anthropologique, une troisième référence, à la psychanalyse cette fois, se trouve mise en évidence, notamment lorsque Adorno et Horkheimer analysent l'histoire de la civilisation comme étant celle du sacrifice et du renoncement, c'est-à-dire comme relevant de la pathologie.

À la même époque, s'inspirant de la pensée judéo-chrétienne, ces deux philosophes affirment qu'une rupture complète avec la logique du système social existant est impossible si l'on ne fait pas référence à l'espoir utopique de ce qui serait totalement autre (das ganz Andere), mais dont ils s'interdisent toutefois de forger une image positive. Il y a là une fidélité à la tradition de la théologie négative qui s'explique par le souci de penser la « totalité fausse » sans se laisser prendre dans le réseau des mensonges qu'elle a tissé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : docteur de l'Université de Paris, chercheur, écrivain

Classification

Autres références

«  FRANCFORT ÉCOLE DE  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Philosophe, sociologue et musicologue allemand, Theodor Wiesengrund Adorno est né le 11 septembre 1903 à Francfort-sur-le-Main. (Au cours de l'émigration, il abandonna le patronyme Wiesengrund pour prendre le nom de sa mère, Adorno.) Il connaît une enfance très protégée entre un père juif, négociant prospère, une mère catholique, cantatrice d'opéra, et une tante également musicienne et passionnée […] Lire la suite

BENJAMIN WALTER (1892-1940)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révélation et tragédie. La question de l'origine »  : […] Si Walter Benjamin, dans une Allemagne où la crise de la conscience européenne atteint son sommet en ce début de xx e  siècle, demeure en marge des courants établis, c'est pour mieux opérer entre leurs diverses positions. Parmi ses interlocuteurs privilégiés, il a compté, outre Theodor W. Adorno (représentant, avec Max Horkheimer, de la « théorie critique » propre à ce qu'il est convenu d'appeler […] Lire la suite

FRANCFORT-SUR-LE-MAIN

  • Écrit par 
  • Antoine LAPORTE
  •  • 1 071 mots
  •  • 1 média

Francfort-sur-le-Main ( Frankfurt am Main en allemand) est une ville d’Allemagne située dans le Land de Hesse. Avec 750 000 habitants en 2019, c’est la cinquième ville du pays . En tant que première place financière d’Allemagne, Francfort est souvent considérée comme la capitale économique du pays. La ville est située à 540 kilomètres au sud-ouest de Berlin. La ville ancienne de Francfort a été […] Lire la suite

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les freudo-marxismes »  : […] Chaque freudo-marxisme puise différemment dans l'œuvre de Freud, mais aussi, dans une moindre mesure, dans celle de Marx, de sorte qu'il existe presque autant de freudo-marxismes que de freudo-marxistes. Ce mouvement fut essentiellement une préoccupation de psychanalystes, parmi lesquels Alfred Adler, Siegfried Bernfeld, Carl Furmüller, Wilhelm Reich – son représentant le plus éminent –, Otto Feni […] Lire la suite

FROMM ERICH (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 186 mots

Né à Francfort-sur-le-Main, Erich Fromm étudia la sociologie à Heidelberg, à Francfort et à Munich : il s'initia à la psychanalyse à l'université de Munich et auprès de l'Institut de psychanalyse de Berlin de 1923 à 1925. Il fut analysé par Hanns Sachs. À Berlin, il admire les travaux de G. Groddeck, qui n'est pas accepté par la communauté analytique de l'époque. Psychanalyste d'obédience freudien […] Lire la suite

HABERMAS JÜRGEN (1929- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 793 mots

Représentant de la deuxième génération de la « Théorie critique », baptisée « École de Francfort » après le retour d'exil de ses fondateurs, Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, Habermas est sans nul doute le penseur allemand contemporain le plus en vue. Ses prises de position sont largement relayées par les médias, en Allemagne et au-delà. Il est peu de domaines, jusqu'à la bio-éthique, sur lesq […] Lire la suite

L'HOMME UNIDIMENSIONNEL. ESSAI SUR L'IDÉOLOGIE DE LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE AVANCÉE, Herbert Marcuse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Reprenant les grandes lignes de l'essai « Sur quelques conséquences sociales de la technologie moderne » (1941), l'ouvrage fait suite à Éros et civilisation (1955) dans lequel Herbert Marcuse (1898-1979) revisitait de façon critique les conceptions freudiennes de la civilisation. Accueillant principalement les influences de Marx, Hegel, Freud et Heidegger, L'Homme unidimensionnel s'inscrit, d'un […] Lire la suite

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Axel Honneth est né le 18 juillet 1949 à Essen. Professeur à Francfort-sur-le-Main et à l’université Columbia de New York, il représente la troisième génération de la Théorie critique, baptisée « école de Francfort », après le retour d’exil de ses fondateurs, Max Horkheimer et Theodor W. Adorno. Il dirige également l’Institut de recherches sociales de Francfort, héritier de l’institut dirigé dans […] Lire la suite

HORKHEIMER MAX (1895-1973)

  • Écrit par 
  • Gerhard HÖHN
  •  • 615 mots

Rien ne laissait prévoir la carrière intellectuelle de Max Horkheimer : cofondateur (1924), puis directeur de l'Institut de recherche sociale à Francfort (1930), il fut le principal penseur de la « théorie critique » des années 1930 pour devenir finalement l'inspirateur du mouvement étudiant des années 1960. On peut, en effet, se demander comment ce fils d'un fabricant de textile, successeur tout […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique méthodique »  : […] Certains, opposant à l'œuvre de Gadamer celle de E. Betti ( Teoria generale della interpretatione , 1955 ; Die Hermeneutik als gemeine Methodik der Geisteswissenschaften , 1952), dans lequel ils voient le véritable héritier de Dilthey, développent l'herméneutique dans le sens d'une logique de la preuve ; ainsi E. Hirsch ( Validity in Interpretation , 1969), s'appuyant d'abord sur les Recherches l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gerhard HÖHN, « FRANCFORT ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-francfort/