CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation de nouvelles pratiques sociologiques

Une série de circonstances se conjuguèrent pour donner aux travaux de ces sociologues, à partir du début des années 1920, une orientation inédite. Un lien étroit s'était établi dès la fondation de l'université entre celle-ci et les groupes réformateurs locaux : professionnels du travail social, activistes de la réforme des prisons ou de la gestion municipale, plus tard mouvements pour l'organisation des quartiers ou pour la planification urbaine. Ces interactions procuraient aux universitaires à la fois des questions, des informations de toute sorte sur les quartiers et les groupes populaires, et des méthodes pour observer ceux-ci. C'est ainsi que la préoccupation centrale des sociologues fut de déterminer les causes de la « désorganisation sociale » dans la grande ville et les moyens d'y remédier : question réformatrice traduite en question sociologique par la médiation d'un concept. Les étudiants envoyés dans les années 1920 à la découverte de la grande ville recueillaient beaucoup de leurs données auprès des travailleurs sociaux, des tribunaux, de la police, des églises. Burgess faisait reporter systématiquement toutes ces informations sur des cartes. Park, qui avait été jadis journaliste, recommandait de faire des interviews auprès des autorités, de récolter des documents dans les administrations, d'étudier la presse. Dans certains cas, il préconisait des « études de cas », pour lesquelles l'enquêteur faisait écrire aux sujets des récits de vie – technique inaugurée par William I. Thomas (1863-1947) lors de son étude sur les Polonais immigrés à Chicago (publiée en 1918-1920) et reprise par la suite, notamment avec des délinquants. En revanche, la participation directe et prolongée de l'étudiant aux situations dont il devait rendre compte – comme dans le cas de l'étude de Nels Anderson sur les sans-abri, dont il avait fait partie (1923), ou dans celui de l'enquête de Paul G. Cressey sur les dancings (1932) – restait exceptionnelle. C'est seulement vers la fin des années 1940 que la notion de « travail de terrain  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie  » est également traité dans :

LA TRADITION DE CHICAGO (J.-M. Chapoulie)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 084 mots

Les recherches empiriques en sciences sociales et, plus précisément, le « travail de terrain », ont eu aux États-Unis pour centre et pour cadre ce qu'il est convenu d'appeler l'école de Chicago. Robert E. Park, Ernest W. Burgess, Roderick D. McKenzie, cosignataires de The City (1925), sont, avec William I. Thomas – l'auteur principal de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-tradition-de-chicago/#i_15650

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 424 mots

Dans le chapitre « L’anthropologie à l’épreuve de la ville »  : […] Les chercheurs qui ont pris la ville pour objet d’étude à Berlin puis à Chicago au début du xx e  siècle se sont d’emblée questionnés sur la spécificité des modes de vie qu’ils y observaient. La culture urbaine a d’abord été définie de manière générique comme un art de vivre dans un environnement dense et hétérogène et comme un ensemble de compétences permettant de s’ajuster à la multitude et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-des-cultures-urbaines/#i_15650

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines d’un regard singulier sur la ville : de Berlin « Großstadt » à Chicago, ville mosaïque »  : […] La grande ville ou métropole comme phénomène de civilisation émerge en Europe du Nord et aux États-Unis à la charnière des xix e et xx e  siècles, et d’abord en Allemagne, où elle prend une ampleur particulière. Faisant jeu égal avec l’Angleterre industrielle, l’Allemagne connaît un développement urbain sans précédent. En quelques décennies, le pays passe d’un mode de vie globalement rural à un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-urbaine/#i_15650

BECKER HOWARD S. (1928- )

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 952 mots

Il faut être un drôle de sociologue, à l'instar de l'Américain Howard S. Becker, pour publier (en français) un livre-disque consacré à la musique où, pour interpréter quelques pièces de jazz, l'universitaire fait place au pianiste ( Paroles et musique , 2003). Né en 1928 à Chicago, Howard Becker affiche souvent un sourire ironique dont on ne sait s'il s'adresse aux autres, à lui-même ou à la vie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/howard-s-becker/#i_15650

BURGESS ERNEST W. (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Yves GRAFMEYER
  •  • 686 mots
  •  • 1 média

Le sociologue Ernest Burgess est l'un des principaux représentants de l'école de l'écologie humaine qui s'est constituée au début du xx e siècle à l'université de Chicago. Né au Canada, Burgess passe sa jeunesse dans le Middle West et fait ses études supérieures à Chicago entre 1908 et 1913. Il y suit en particulier les enseignements de William Thomas. Après un court passage à l'université du Kan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-w-burgess/#i_15650

COMMERCES URBAINS ET MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Lucine ENDELSTEIN
  •  • 1 096 mots

Avec la confection et l’artisanat, le commerce de détail est une activité associée de longue date aux migrations, au point que Georg Simmel déclarait dès 1908 que « l’étranger fait partout son apparition comme commerçant, et le commerçant comme étranger » (Simmel, 1990). Les réseaux de solidarité entre compatriotes, les obstacles liés au manque de maîtrise de la langue du pays d’accueil et la pos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerces-urbains-et-migrations/#i_15650

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Sociologie »  : […] L'identité a d'abord été un objet d'étude avant de devenir un concept sociologique posant des problèmes épistémologiques importants. Elle s'impose à l'attention des sociologues, notamment nord-américains, dans un contexte intellectuel et politique particulier qui ne sera pas sans conséquences sur son succès en sciences sociales et sur les critiques qu'elle provoque aujourd'hui. Des auteurs comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_15650

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Les incivilités : l'invention d'un thème »  : […] Les incivilités ont donné lieu, tout au long des années 1990, à une série de publications qui en font un des problèmes majeurs de la société contemporaine. Au premier rang de celles-ci figurent les études de Sébastien Roché. Le Sentiment d'insécurité (1993), Insécurité et libertés (1994), La Société incivile (1996) et surtout Sociologie politique de l'insécurité (1998) disposent les éléments d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incivilite/#i_15650

INTÉGRATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gilles FERREOL
  •  • 1 272 mots

De la thèse d'Émile Durkheim, De la division du travail social (1893), aux Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), le terme intégration – qui désigne, dans son acception la plus générale, l'opération consistant à adjoindre un élément à d'autres, afin de former une totalité – est au cœur du lexique durkheimien et se rattache à la problématique du lien social. Celle-ci met l'accent sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integration-sociologie/#i_15650

INTERACTIONNISME SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 1 344 mots

L'expression « interactionnisme symbolique » désigne globalement un courant sociologique d'origine américaine fondé sur l'idée que la société est le produit des interactions entre les individus. L'épicentre historique de ce courant est le département de sociologie de l'université de Chicago au milieu du xx e  siècle. Cette première définition posée, il faut ensuite préciser que l'expression « i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactionnisme-symbolique/#i_15650

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premiers sondages »  : […] Ce type d'enquête , se répand dans les années 1930 aux États-Unis. La crise a, selon plusieurs analyses, dirigé des millions d'Américains vers leurs bibliothèques et, par là même, mis l'accent sur nombre d'inégalités dans l'offre de lecture. Inégalités qui sont alors moins souvent pensées en termes sociaux qu'en termes géographiques. On met en avant les disparités qui existent entre États, entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_15650

MODE DE VIE

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 1 230 mots

Dans le chapitre « De la morphologie au mode de vie »  : […] Focalisant l'attention sur l'influence des conditions géographiques et climatiques, d'une part, et sur les facteurs technologiques (outils et usages), d'autre part, la géographie humaine définit le genre de vie comme un ensemble d'activités habituelles qui permettent à un groupe humain d'assurer son existence en utilisant les ressources d'un milieu donné. Dans une perspective homologue, l'approc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-de-vie/#i_15650

OBSERVATION (sciences sociales)

  • Écrit par 
  • Laurent WILLEMEZ
  •  • 1 075 mots

L’observation, qu’elle soit ou non participante, fait désormais partie des méthodes canoniques des sciences sociales, transmises aux étudiants dans les enseignements de sociologie et d’anthropologie et utilisées dans un grand nombre de recherches et sur une multiplicité de terrains. En France, cette généralisation des usages de l’observation renvoie à ce que l’on pourrait appeler un « tournant et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/observation-sciences-sociales/#i_15650

PARK ROBERT EZRA (1864-1944)

  • Écrit par 
  • Yves GRAFMEYER
  •  • 1 020 mots

Si William I. Thomas doit être considéré comme le fondateur de l'école sociologique de Chicago, c'est Robert Park qui en devient la figure la plus marquante au cours des années 1920. Ce dernier n'entre pourtant à l'université de Chicago qu'à l'âge de quarante-neuf ans, après un parcours mouvementé. D'abord journaliste pendant une dizaine d'années, il est ensuite l'élève de William James à Harvard, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-ezra-park/#i_15650

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie anglo-américaine des professions  »  : […] C'est durant l'entre-deux-guerres que les universitaires de Grande-Bretagne, puis des États-Unis, ont donné naissance à une tradition de recherches consacrée à cet objet particulier, dont on peut dresser un portrait idéal type en mêlant aux définitions canoniques données dans les articles d'Abraham Flexner (1915) et de Harold L. Wilensky (1964) les apports plus récents d'Eliot Freidson (1986) et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-des-professions/#i_15650

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « Désintégration des communautés »  : […] À un niveau plus élevé, la société de masse s'exprime par une continuelle désintégration des communautés locales. Celles-ci abandonnent aujourd'hui une grande part de leur autonomie, alors que, pour Tocqueville, elles représentaient l'instrument d'autorégulation par excellence. L'école de Chicago, et notamment Robert Park ( The City ), a étudié les conséquences de l'industrialisation et de l' urba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-de-masse/#i_15650

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 616 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'observation »  : […] L'observation systématique est, dans de nombreuses disciplines, un instrument de base de la démarche scientifique. En un sens, tout être humain, quels que soient sa catégorie sociale, son âge, son sexe, ne cesse d'« observer » la réalité, physique et sociale, autour de lui : c'est même sur la base de cette pratique spontanée que s'est déployée la discipline sociologique, comme se sont déployées av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-methodes/#i_15650

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « L'élan nord-américain »  : […] Même si elles donnent le ton, la France et l'Allemagne ne sont pas les seuls creusets de la sociologie naissante. L'Italie par exemple peut revendiquer une riche tradition en matière de criminologie positive et se targuer des travaux de Vilfredo Pareto, auteur d'un volumineux Traité de sociologie générale (1916). Les sciences sociales bénéficient également d'un accueil favorable outre-Atlantique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_15650

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 716 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'interactionnisme symbolique »  : […] Qualifiant ceux qu'on appelle parfois les sociologues de la « seconde école de Chicago » (Everett C. Hughes, Anselm Strauss, Howard Becker, Erving Goffman) et leur nombreuse postérité, le terme interactionnisme symbolique a été inventé par Herbert Blumer (1900-1987), qui est radicalement opposé au fonctionnalisme et qui propose une thèse alternative au culturalisme (très présent dans la première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_15650

THOMAS WILLIAM ISAAC (1863-1947)

  • Écrit par 
  • Daniel DERIVRY
  •  • 371 mots

À la fois sociologue et psychosociologue, William Isaac Thomas fut, jusqu'en 1918, le personnage central de l'école de sociologie de Chicago. Ses travaux constituent une contribution importante à l'élaboration de plusieurs concepts fondamentaux. Thomas se consacra principalement à l'étude des groupes d'immigrants et aux différents problèmes d'assimilation que ces groupes connaissent dans une commu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-isaac-thomas/#i_15650

WIRTH LOUIS (1897-1952)

  • Écrit par 
  • Yves GRAFMEYER
  •  • 681 mots

Né dans une famille de juifs ruraux de Rhénanie, Louis Wirth émigre aux États-Unis à l'âge de quatorze ans. Il suit à l'université de Chicago les enseignements de Thomas, Park et Burgess, et rédige en 1925 sa thèse ( The Ghetto ) qui devient un classique de la sociologie américaine. Dans le sillage de ses maîtres, il s'affirme très vite comme l'un des principaux chefs de file de l'école dite de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-wirth/#i_15650

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian TOPALOV, « CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-chicago-sociologie/