UTRECHT ÉCOLE D', peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De nouvelles orientations

Dès leur retour à Utrecht, les caravagesques ont entraîné dans leur sillage, pour un temps plus ou moins bref, des artistes, Utrechtois ou non, qui n'étaient pas allés en Italie : à Utrecht, Bronckhorst et Johan Moreelse, le Leydois Jacob III de Gheyn et Cesar van Everdingen d'Amsterdam ; à Delft, Vermeer... Honthorst, le plus populaire, car le plus facile à imiter, finira même par influencer le vieux Bloemaert, maniériste qui avait formé les trois grands maîtres du caravagisme d'Utrecht. Frans Hals lui-même sera marqué par le luminisme clair des Utrechtois, auxquels il doit ce sens du modelé des visages et des mains.

Marie-Madeleine repentante, J. Moreelse

Marie-Madeleine repentante, J. Moreelse

Photographie

Johan Moreelse, «Marie-Madeleine repentante», 1630. Huile sur toile, 58 cm × 71 cm. Musée des Beaux-Arts, Caen. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Vers 1645, le caravagisme décline à Utrecht et, même si un Van Galen à Hasselt peint encore dans les années 1660 des scènes de théâtre tout à fait dans la manière de Honthorst, depuis longtemps Ter Brugghen d'une part et Honthorst de l'autre ont abandonné la leçon de Caravage, le second pour se souvenir de celle des Carrache et s'inspirer de l'art de Rubens. Et sans doute ne devrait-on pas isoler le caravagisme d'Utrecht de son contexte ; tout comme le souvenir de l'art italien prébaroque que les Utrechtois ont également connu à Rome explique le déclin du caravagisme nordique, en particulier chez Honthorst ; on peut voir dans l'influence de Bassano, encore très présente à Utrecht au début du siècle, la raison pour laquelle le luminisme caravagesque a été si bien accueilli et compris dans cette ville (alors qu'en Flandre, et surtout à Anvers, l'influence de Caravage chez un peintre comme Rombouts, contrariée par les fortes personnalités de Rubens et de Van Dyck, dont l'art offre des solutions nouvelles, s'éteindra peu après son retour de Rome). À Utrecht, en outre, la veine maniériste, dont l'art de Ter Brugghen et de Baburen conservera pendant un temps certaines caractéristiques (chairs boursouflées et poses contorsionnées), resurgit ou se prolonge dans certains traits du nouveau courant caravagesque ; certains thèmes comme celui de l'entremetteu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Le Concert, G. van Honthorst

Le Concert, G. van Honthorst
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

William, duc de Craven, G. van Honthorst

William, duc de Craven, G. van Honthorst
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Marie-Madeleine repentante, J. Moreelse

Marie-Madeleine repentante, J. Moreelse
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jeune Homme chantant, D. Van Baburen

Jeune Homme chantant, D. Van Baburen
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie




Écrit par :

Classification


Autres références

«  UTRECHT ÉCOLE D', peinture  » est également traité dans :

CUYP LES

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Installée à Dordrecht, la famille des Cuyp donna à la Hollande du xvii e  siècle plusieurs grands peintres, dont le plus célèbre est Albert Cuyp. Jacob Gerritz Cuyp, né en 1594 à Dordrecht, y meurt en 1652. Élève de Blomaert à Utrecht, il travailla toujours par la suite à Dordrecht où il s'inscrit à la gilde dès 1617, à l'exception d'un court voyage à Amsterdam en 1625. Sa spécialité est le portra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cuyp/#i_26867

LEYSTER JUDITH (1609-1660)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots

Peintre néerlandaise, Judith Leyster fut l'une des rares artistes féminines de son temps à sortir de l'ombre. Parmi ses œuvres les plus connues figurent des portraits, des peintures de genre et des natures mortes. Fille d'un brasseur, baptisée le 28 juillet 1609 à Haarlem, non loin d'Amsterdam, Judith Leyster commence à peindre à un très jeune âge et, à vingt-quatre ans, devient membre de la guil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judith-leyster/#i_26867

TER BRUGGHEN HENDRICK (1588-1629)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 983 mots
  •  • 1 média

Tempérament secret au comportement mélancolique, Ter Brugghen fit peu parler de lui de son vivant et les renseignements concernant sa vie et sa production sont rares ; son fils Richard le fait mentionner après sa mort dans l' Histoire de la peinture de Houbraken. On sait qu'il est né dans la province d'Overijsel, d'une famille aisée et catholique qui s'installa peu après à Utrecht, ville restée f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hendrick-ter-brugghen/#i_26867

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « UTRECHT ÉCOLE D', peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-d-utrecht-peinture/