UTRECHT ÉCOLE D', peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Concert, G. van Honthorst

Le Concert, G. van Honthorst
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

William, duc de Craven, G. van Honthorst

William, duc de Craven, G. van Honthorst
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Marie-Madeleine repentante, J. Moreelse

Marie-Madeleine repentante, J. Moreelse
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Jeune Homme chantant, D. Van Baburen

Jeune Homme chantant, D. Van Baburen
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Les caravagismes utrechois

On peut distinguer schématiquement deux phases dans le caravagisme utrechtois. La première, de 1615 à 1622, époque à laquelle les peintres nordiques, formant la Schilderbent, parmi lesquels on compte les Utrechtois Jan van Bijlert, Paulus Bor surnommé Orlando, Jan Woutersz, Pietersz Crabeth, originaire de Gouda, Christian van Couwenberg de Delft, dominent à Rome, avec Baburen et Honthorst qui reçoivent de grandes commandes officielles (Ter Brugghen est rentré à Utrecht depuis 1614). Cette première phase est marquée par une plus stricte fidélité à Caravage (les thèmes traités sont alors uniquement religieux), soit dans les compositions, par exemple la Mise au tombeau de Baburen, de 1627 environ (San Pietro in Montorio, Rome), le Couronnement d'épines et la Vocation de saint Matthieu de Ter Brugghen, tous deux en 1620 (coll. Speelman, Londres, et musée du Havre), soit dans le luminisme : ainsi Honthorst reprend-il le violent clair-obscur des œuvres tardives du maître en l'amplifiant ; il substitue en effet à l'éclairage latéral venant d'un point situé hors du tableau un éclairage artificiel, chandelle ou flambeau, dont le foyer est souvent caché par un des protagonistes et dont le rôle est de mettre l'accent sur l'axe de la composition, seul point éclairé, le reste du tableau étant dans les ténèbres (d'où le surnom de Gherardo delle Notte que l'artiste reçut des Italiens), et d'accuser le caractère dramatique de la scène. Ces nocturnes à la chandelle, dans lesquels Honthorst se montre, si l'on peut dire, plus caravagesque d'esprit que Caravage lui-même, connaîtront une grande fortune à Rome auprès du Français Trophime Bigot, plus tard du Nordique Mathias Stomer, et sans doute peut-on y voir la source des nocturnes de Georges de La Tour.

La seconde phase, qui s'étend de 1623 environ, trois ans après le retour de Honthorst à Utrecht, jusque vers 1640, est celle d'un caravagisme apaisé, classicisant en quelque sorte, d'une peinture claire : à partir de 1627, Honthorst ne peindra plus de nocturn [...]

William, duc de Craven, G. van Honthorst

William, duc de Craven, G. van Honthorst

Photographie

Gerrit van HONTHORST, William, duc de Craven, huile sur toile. Fitzwilliam Museum, Cambridge, Royaume-Uni. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  UTRECHT ÉCOLE D', peinture  » est également traité dans :

CUYP LES

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Installée à Dordrecht, la famille des Cuyp donna à la Hollande du xvii e  siècle plusieurs grands peintres, dont le plus célèbre est Albert Cuyp. Jacob Gerritz Cuyp, né en 1594 à Dordrecht, y meurt en 1652. Élève de Blomaert à Utrecht, il travailla toujours par la suite à Dordrecht où il s'inscrit à la gilde dès 1617, à l'exception d'un court voya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cuyp/#i_26867

LEYSTER JUDITH (1609-1660)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots

Peintre néerlandaise, Judith Leyster fut l'une des rares artistes féminines de son temps à sortir de l'ombre. Parmi ses œuvres les plus connues figurent des portraits, des peintures de genre et des natures mortes. Fille d'un brasseur, baptisée le 28 juillet 1609 à Haarlem, non loin d'Amsterdam, Judith Leyster commence à peindre à un très jeune âge et, à vingt-quatre ans, devient membre de la guil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judith-leyster/#i_26867

TER BRUGGHEN HENDRICK (1588-1629)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 983 mots
  •  • 1 média

Tempérament secret au comportement mélancolique, Ter Brugghen fit peu parler de lui de son vivant et les renseignements concernant sa vie et sa production sont rares ; son fils Richard le fait mentionner après sa mort dans l' Histoire de la peinture de Houbraken. On sait qu'il est né dans la province d'Overijsel, d'une famille aisée et catholique qui s'installa peu après à U […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hendrick-ter-brugghen/#i_26867

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « UTRECHT ÉCOLE D', peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-d-utrecht-peinture/