AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Subjectivisme

Contrairement à Walras, qui suppose les individus homogènes selon leurs activités de production ou de consommation (hypothèse matérialisée par la notion d'agent représentatif), Menger affirme l'hétérogénéité fondamentale des agents économiques. Il montre que la valeur d'un bien est fonction non pas des caractéristiques objectives de ce bien mais de l'idée qu'un individu se fait de la satisfaction qu'il peut en tirer ou croit pouvoir en tirer. Les individus sont tous différents en termes de préférence et de choix. Ce sont des sujets hétérogènes qui doivent être étudiés comme tels. D'où la réticence des auteurs autrichiens à raisonner à partir de grandeurs agrégées. Celles-ci leur semblent impossibles à composer ou simplement dénuées de sens pour les individus.

Dans son ouvrage The Sensory Order (1952), Hayek tente de donner un fondement théorique solide au subjectivisme. Il y développe deux idées. Tout d'abord, les perceptions et donc les connaissances ne constituent pas le reflet du monde physique. Ensuite, étant donné que les individus ont des expériences passées différentes, leurs perceptions comme leurs connaissances sont spécifiques. Pour résumer la pensée de Hayek dans ce domaine, Bruce Caldwell écrit dans son article « Hayek and Socialism » (Journal of Economic Literature, 1997) : « Alors que nos esprits sont identiques, il y a une base physiologique à la notion de la dispersion des perceptions et des expériences, et finalement des connaissances. »

Cette conception de l'individu imprègne fortement l'analyse économique autrichienne. Le débat sur l'application du calcul socialiste à l'économie, qui opposa Mises et Hayek aux socialistes Otto Bauer et Oscar Lange, l'a parfaitement illustré. Pour les Autrichiens, ce n'est pas parce que le planificateur dispose des informations portant sur les prix et les quantités qu'il connaît ce que chacun des individus fait de ces informations. En supposant ces modes d'emploi identiques entre eux, le planificateur se trompe nécessairement.

Le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Classification

Autres références

«  AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois auteurs, trois traditions »  : […] Rétrospectivement, c'est Jevons qui nous apparaît comme le plus marginaliste des marginalistes. Son système théorique est, de tous, le plus directement relié à la tradition utilitariste et au projet de fonder une théorie des prix à partir des principes de l'utilité marginale décroissante et de la peine marginale croissante (le travail est de plus en plus pénible). Ces caractéristiques se retrouven […] Lire la suite

HAYEK FRIEDRICH AUGUST VON (1899-1992)

  • Écrit par 
  • Philippe NEMO
  •  • 1 294 mots

Prix Nobel d'économie en 1974, Friedrich von Hayek est beaucoup plus qu'un économiste : c'est un des grands maîtres de la philosophie sociale et politique du xx e  siècle. Né à Vienne le 8 mai 1899, mort à Fribourg-en-Brisgau le 23 mars 1992, il a fait des études de droit et de sciences politiques à l'université de Vienne. Il est d'abord engagé comme expert à l'Institut autrichien de recherche é […] Lire la suite

MENGER CARL (1840-1921)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 444 mots
  •  • 1 média

Considéré avec Jevons et Walras comme l'un des fondateurs de l'école marginaliste, titulaire de la chaire d'économie politique à l'université de Vienne et membre du Sénat, Carl Menger a exercé sur la pensée économique une influence considérable qui s'est manifestée tant au point de vue doctrinal qu'au point de vue méthodologique. L'apport théorique essentiel de Menger se trouve dans ses Grundsät […] Lire la suite

MISES LUDWIG VON (1881-1973)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 275 mots

Économiste autrichien, professeur à l'université de Vienne (1913-1938), puis à l'université de New York (1945-1969), Ludwig von Mises appartient à la seconde école marginaliste de Vienne. Dans son œuvre, trois centres d'intérêt complémentaires peuvent être distingués. Tout d'abord, et en particulier dans son Économie nationale ( Nationalökonomie. Theorie des Handelns und Wirtschaftens , 1940), l' […] Lire la suite

PRINCIPLES OF ECONOMICS, Carl Menger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 189 mots
  •  • 1 média

L'ouvrage de Carl Menger constitue le point d'ancrage de « l'école autrichienne ». En effet, si Carl Menger (1840-1921) est considéré, avec l'Anglais William Stanley Jevons et le Français Léon Walras, comme le co-inventeur en 1871 de l'approche marginaliste en économie, il a fondé l'école autrichienne dont ont fait partie des économistes aussi importants que Eugen von Böhm-Bawerk, Ludwig von Mis […] Lire la suite

SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)

  • Écrit par 
  • Claude JESSUA
  •  • 1 713 mots

Dans le chapitre « L'homme et son œuvre »  : […] Joseph Aloys Schumpeter est né à Triesch, petite ville de Moravie qui faisait alors partie de l'Empire austro-hongrois. Il reçut à Vienne une éducation aristocratique et cultiva particulièrement les humanités classiques. De 1901 à 1906, il fit à l'université de Vienne des études de droit et d'économie sous la direction de maîtres dont les plus célèbres étaient E. Böhm-Bawerk et F. von Wieser. Il […] Lire la suite

WIESER FRIEDRICH VON (1851-1926)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 485 mots

Dans ses principaux ouvrages —  L'Origine et les lois principales de la valeur économique ( Ursprung und Hauptgesetze des wirtschaftlichen Wertes , 1894) et La Valeur naturelle ( Der natürliche Wert , 1889) — ,Wieser, disciple de Menger, prolonge dans trois directions essentielles la doctrine de celui-ci. Tout d'abord, il précise la notion de valeur, montrant le divorce entre l'utilité et la val […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GARROUSTE, « AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-autrichienne-economie/