ÉCLIPSE SOLAIRE DU 29 MAI 1919

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mesure directe de l’effet de la masse du Soleil sur la lumière

Aussi, alors que la Première Guerre mondiale n’est pas encore terminée, l’astronome royal de Greenwich, Sir F. W. Dyson, décide de préparer deux expéditions pour observer l’éclipse solaire du 29 mai 1919, dans l’étroite bande géographique où celle-ci sera totale : l’une à Sobral, au nord du Brésil, menée par Andrew Crommelin ; l’autre sur l’île de Príncipe (appartenant au Portugal), au large des côtes ouest-africaines, dirigée par Arthur Eddington. Chacune de ces missions, dans des lieux où l’éclipse est totale, est chargée d’observer les étoiles situées près du disque solaire grâce à de petits télescopes et d’obtenir des clichés. La comparaison de la position des étoiles observées pendant l’éclipse avec leur position sur des clichés antérieurs (alors pris loin du bord solaire) permet de mesurer sur ceux-ci un déplacement des étoiles qui est de 1,98 seconde d’arc pour les observations de Sobral et de 1,61 seconde d’arc pour celles de Príncipe. Avec les marges d’incertitude calculées, ces valeurs confirment directement la théorie d’Einstein et la publication de ces résultats en 1920 conclut sobrement : « Les résultats des observations de Sobral et Príncipe ne laissent guère de doute sur le fait que la lumière soit déviée au voisinage du Soleil, et que cette déviation a la valeur prévue par la théorie de la relativité générale d’Einstein, comme causée par le champ gravitationnel du Soleil. » Dès le 10 novembre 1919, informé de l’analyse des clichés, le New York Times avait titré « La théorie d’Einstein triomphe », permettant à ce dernier de devenir célèbre du jour au lendemain auprès d’une opinion publique qui jusque-là l’ignorait.

Instruments ayant permis d’observer l’éclipse solaire du 29 mai 1919

Photographie : Instruments ayant permis d’observer l’éclipse solaire du 29 mai 1919

Transportées depuis l'Angleterre, deux lunettes astronomiques ont été installées à Sobral (Brésil) par l'expédition en charge d'observer l'éclipse solaire totale de 1919. Ces deux instruments sont équipés d'un objectif formé d'une lentille, l'une de 13 pouces d'ouverture... 

Crédits : SSPL/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Éclipse solaire du 29 mai 1919

Éclipse solaire du 29 mai 1919
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Instruments ayant permis d’observer l’éclipse solaire du 29 mai 1919

Instruments ayant permis d’observer l’éclipse solaire du 29 mai 1919
Crédits : SSPL/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Pour citer l’article

Pierre LÉNA, « ÉCLIPSE SOLAIRE DU 29 MAI 1919 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eclipse-solaire-du-29-mai-1919/