ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Interdiction des lampes énergivores en Europe

Interdiction des lampes énergivores en Europe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Principe du fonctionnement de la lampe halogène

Principe du fonctionnement de la lampe halogène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Schéma de principe du fonctionnement de la lampe fluocompacte

Schéma de principe du fonctionnement de la lampe fluocompacte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principe de fonctionnement d’une lampe à LED

Principe de fonctionnement d’une lampe à LED
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les technologies des sources de lumière modernes pour l’éclairage résidentiel

Avec la disparation des lampes à incandescence classiques, quasiment effective depuis 2012, le consommateur a le choix entre trois technologies de remplacement : les lampes halogènes, les lampes fluocompactes et les diodes électroluminescentes (LED pour light emitting diode). Ces deux dernières, moins consommatrices d’énergie, sont dites « lampes basse consommation ». Cette appellation est souvent réservée de façon abusive aux seules lampes fluocompactes (les LED étant alors dites à « très basse consommation »). Mais, dans les faits, toutes les technologies utilisant la luminescence à la place de l’incandescence sont plus efficaces ; les lampes qui les utilisent consommant moins d’énergie pour produire la même quantité de lumière, elles sont donc « basse consommation ».

Les lampes halogènes

Mises au point en 1959 par Edward G. Zubler et Frederick Mosby, les lampes halogènes sont une amélioration des lampes à incandescence ordinaires. Elles fonctionnent donc selon le même principe : un filament émet de la lumière lorsqu’il est traversé par un courant électrique qui le chauffe. Contrairement à la lampe à incandescence classique, qui ne contient qu’un gaz inerte pour protéger le filament, la lampe halogène renferme également un gaz halogéné – qui se présente dans ce cas sous la forme d’un composant organique du brome, élément chimique de la famille des halogènes. Ce gaz permet d’augmenter la température du filament de tungstène (donc le rendement de la lampe) sans détériorer ce dernier – les atomes de l’halogène se recombinent avec les atomes métalliques qui se sont échappés du filament chaud puis viennent s’y redéposer, ce qui évite sa dégradation – et aussi de miniaturiser les dimensions de l’ampoule, le noircissement provoqué par le dépôt des atomes métalliques quittant définitivement le filament étant évité. Ces lampes ont été populaires pendant de nombreuses années, en particulier pour les spots et projecteurs au sol. Elles ont été déclinées sous de [...]

Principe du fonctionnement de la lampe halogène

Principe du fonctionnement de la lampe halogène

Dessin

Évolution de la lampe à incandescence classique, la lampe halogène, plus efficace, fonctionne sur le même principe : le courant électrique (i), chauffe un filament de tungstène (1) qui émet alors une lumière blanche. Soumis à une température très élevée (de l'ordre de 300 0C),... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du groupe de recherche Lumière et matière du laboratoire plasma et conversion d'énergie (Laplace), université Toulouse-III-Paul-Sabatier

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges ZISSIS, « ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclairage-domestique/