ÉCHEC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les conduites d'échec

Dans sa Psychopathologie de l'échec, René Laforgue tente de cerner les aspects cliniques du syndrome d'échec. Par là même, il se situe dans la ligne d'un des ouvrages les plus lus de Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, qui souligne l'intention sous-jacente aux ratés courants de la vie. L'acte « manqué » est une explicitation réussie qui se fait malgré nous. Accompagné ou non d'angoisse, il se situe dans la ligne d'un refus face à un projet inassumé. Il y a, pour Freud, dans la superstition même, une preuve de « l'existence d'une connaissance inconsciente et refoulée de la motivation des actes manqués et accidentels ».

La psychopathologie de l'échec s'inscrit, plus largement, dans un refus du sens de notre relation au milieu. Comme le dit Laforgue, la conduite d'échec montre, dans les cas graves, un individu qui ne parvient pas à s'intégrer avec sa personnalité dans le cadre de l'activité collective de son milieu. Les cas cliniques sont nombreux. Ils témoignent d'une volonté obstinée du sujet de détruire son propre projet, voire de se détruire. Tel jeune homme prépare un examen : il accumule les matériaux, livres, documents, pendant des semaines, mais ne parvient jamais à lire ou à écrire effectivement une ligne. Tel autre, cité par Laforgue, sabote inconsciemment tout l'équilibre de sa vie professionnelle et conjugale après une réussite matérielle. Tel autre encore vise haut dans son choix conjugal, s'en glorifie, accumule ensuite jusqu'au divorce les conduites d'échec pour se jouer avec des partenaires dérisoires la comédie de l'amour perdu. Ses catégories, au niveau de l'idéal du moi, s'effritent face aux possibilités réelles pour se porter transférentiellement dans des sit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCHEC  » est également traité dans :

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_38703

ASPIRATION NIVEAU D', psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 157 mots

Notion utilisée par Kurt Lewin pour l'analyse de l'influence du succès et de l'échec sur les conduites. On ne peut parler de succès et d'échec pour un individu que par rapport à un but qu'il s'est fixé, par rapport à un niveau de performance qu'il s'est donné comme objectif à atteindre : on appelle « niveau d'aspiration » ce but momentané par rapport auquel l'individu apprécie sa performance. On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niveau-d-aspiration-psychologie/#i_38703

Voir aussi

Pour citer l’article

Eliane AMADO LEVY-VALENSI, « ÉCHEC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/echec/