IONS ÉCHANGEURS D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisations

Le domaine d'application le plus important et le plus vaste est celui des séparations, dont nous avons déjà vu quelques exemples dans le domaine de l'analyse de mélanges complexes de substances très voisines.

Permutations d'ions

La permutation d'ions est le mode d'utilisation le plus simple et le plus fréquent, tant au laboratoire que dans l'industrie. Si les conditions chimiques sont telles que la solution contienne une espèce capable de se fixer dans la résine, la solution abandonne le soluté jusqu'à ce que toute la résine de la colonne soit en équilibre avec la solution. On dit qu'il y a permutation de l'ion initial de la résine par l'ion apporté par la solution. Une fois la permutation terminée, la résine est saturée et doit être régénérée avant de pouvoir être utilisée à une nouvelle opération. Ce procédé extrêmement simple permet d'effectuer des séparations entre le composé fixé par la colonne et d'autres espèces non fixées qui passent dans l'effluent. Le choix des conditions chimiques est le facteur essentiel qui permet de rendre une fixation sélective.

L'exemple typique le plus important au point de vue économique (99 p. 100 de toutes les résines échangeuses d'ions) est le traitement des eaux naturelles. Ces eaux contiennent des sels dissous, qui sont gênants pour certains usages et doivent donc être éliminées. Parfois, on se contente d'« adoucir » l'eau en remplaçant les ions alcalino-terreux (Ca2+, Mg2+), qui donnent des dépôts de calcaire et de tartre, par des ions alcalins (Na+) :

Une fois la résine saturée en calcium, on la régénère par une solution de chlorure de sodium concentrée.

Dans de nombreux cas, on a besoin d'eau totalement débarrassée de ses impuretés. Supposons que le sel dissous soit du chlorure de sodium. Par passage sur une colonne de résine échangeuse de cations sulfonate sous forme H+, on a :

On recueille ainsi une solution d'acide chlorhydrique, que l'on fait passer sur une colonne de résine échangeuse d'anions sous forme OH- :

On recueille donc de l'eau pure, qui est dite « bipermutée » ou « désionisée ».

Très souvent, on mélange dans une même colonne de la résine échangeuse de cations et de la résine échangeuse d'anions en proportions équivalentes du point de vue des capacités. Une fois les résines saturées, on doit, bien sûr, les séparer (on utilise pour cela le fait qu'elles n'ont pas la même densité), puis régénérer l'échangeur de cations par l'acide chlorhydrique, l'échangeur d'anions par la soude. L'eau obtenue est très pure ; en particulier, le gaz carbonique dissous et la silice sont éliminés :

Les eaux contiennent des matières organiques provenant de la dégradation des végétaux (feuilles des arbres, etc.), qui sont des mélanges complexes d'acides polycarboxyliques de grande masse moléculaire que l'on désigne sous le nom d'acides humiques (ceux qui sont insolubles dans HCl à pH 1) et d'acides fulviques (solubles dans HCl à pH 1). Les concentrations de ces acides varient avec le lieu et avec la saison, le maximum étant atteint au milieu de l'hiver. Ces substances se fixent sur les échangeurs d'anions, de façon irréversible, c'est-à-dire qu'une fois fixées, du fait de leur taille importante, elles ne sont pas chassées lors de la régénération. Peu à peu, la résine « s'empoisonne » et sa capacité diminue. Vu l'importance économique du traitement des eaux, le problème a été très étudié et a conduit à la synthèse de résines macroporeuses, qui permettent la fixation réversible des acides humiques et fulviques. Ces résines ont la particularité d'être constituées d'un réseau comportant des pores qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de nanomètres et sillonnées de petits canaux rigides où les molécules de taille notable peuvent pénétrer, mais aussi d'où elles peuvent être chassées facilement.

Une autre application importante de la permutation d'ions est le traitement des solutions d'attaque des minerais. Par exemple, les minerais d'uranium sont attaqués par l'acide sulfurique. On obtient une solution de sulfate d'uranyle accompagnée d'impuretés telles que fer, aluminium, magnésium, calcium, etc. En milieu sulfurique, l'uranium est le seul, en pratique, à donner des complexes anioniques qui peuvent être fixés dans une résine échangeuse d'anions sous la forme de sulfate et séparés des impuretés précédentes. Une fois la colonne saturée, on recueille l'uranium par passage d'une solution de chlorure ou de nitrate, anions qui ne donnent que des com [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Résines du type sulfonate

Résines du type sulfonate
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hydroquinone et triméthylammonium

Hydroquinone et triméthylammonium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Grain de résine

Grain de résine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Polymères macroporeux

Polymères macroporeux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles, Paris, ingénieur, École supérieure de physique et de chimie industrielles

Classification

Autres références

«  IONS ÉCHANGEURS D'  » est également traité dans :

CADMIUM

  • Écrit par 
  • Alexandre TRICOT
  •  • 8 049 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Production de l'éponge de cadmium »  : […] L'élaboration du zinc s'opère suivant deux voies métallurgiques : la voie sèche, désignée plus spécialement par « extraction par voie thermique » ou « pyrométallurgie », et la voie humide, le plus souvent désignée par « hydrométallurgie ». Les minerais sulfurés de zinc – les blendes – sont concentrés à la mine par flottation (laveries) et livrés aux usines métallurgiques du zinc sous une forme pul […] Lire la suite

CHROMATOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET, 
  • Louis SAVIDAN, 
  • Alain TCHAPLA
  •  • 16 961 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Chromatographie liquide sur résines échangeuses d'ions ou chromatographie ionique »  : […] On peut également faire appel, en chromatographie, à des phénomènes d'échanges chimiques, pourvu qu'ils soient, comme les échanges physiques précités, réversibles, et qu'ils aient lieu entre deux systèmes physiquement non miscibles. Tel est le cas des réactions d'échange d'ions entre solutions et résines. [Il s'agit de silices greffées par des chaînes hydrocarbonées fonctionnalisées par des group […] Lire la suite

EAU - Dessalement de l'eau de mer

  • Écrit par 
  • Cyrille GOMELLA, 
  • Bernard LEGUBE
  •  • 3 178 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'électrodialyse à membranes sélectives »  : […] Le procédé utilise la mobilité des ions d'un électrolyte soumis à un champ électrique. Les anions sont transférés vers l'anode, les cations vers la cathode ; le transfert des charges électriques est effectué par les ions qui se déchargent sur les électrodes. Le dessalement proprement dit est assuré par la mise en place de membranes de deux sortes jouant le rôle de « clapets ioniques », les membra […] Lire la suite

ÉLECTRODES SPÉCIFIQUES

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 219 mots

Il existe des interfaces entre deux solutions électrolytiques telles que seul un ion donné puisse franchir ces interfaces. Il en est ainsi avec une membrane sélective, perméable à un seul type d'ion. Il s'établit alors entre les deux faces de la membrane une différence de potentiel qui est reliée à l'activité de l'ion considéré par une loi de type nernstien. C'est cette idée qui est à la base des […] Lire la suite

INTERFACES

  • Écrit par 
  • Simone BOUQUET, 
  • Jean-Paul LANGERON
  •  • 8 288 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Équilibre solide-liquide »  : […] Deux possibilités se présentent : ou bien il y a attraction du type force de Van der Waals, ou bien il existe des forces dues à la présence de charges à la surface du solide (effets polaires, effets du type acide-base de Lewis). Ce type d'interaction qui existe entre les surfaces et certains polymères en solution dans les liquides entraîne, au voisinage d'une surface solide, des variations de conc […] Lire la suite

LANTHANE ET LANTHANIDES

  • Écrit par 
  • Concepcion CASCALES, 
  • Patrick MAESTRO, 
  • Pierre-Charles PORCHER, 
  • Regino SAEZ PUCHE
  •  • 11 276 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Extraction liquide-solide »  : […] Dès 1893, Hoffmann et Kruss montrèrent que le gadolinium et l'yttrium pouvaient être séparés par adsorption sélective. On utilise des supports solides (généralement des résines synthétiques), « échangeurs d'ions », qui fixent les terres rares par adsorption physique. Cette technique est peu sélective en raison des affinités voisines de toutes les terres rares. La séparation effective se fait au mo […] Lire la suite

MEMBRANES, transferts

  • Écrit par 
  • Michel RUMEAU
  •  • 5 892 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Membranes ionophores »  : […] On appelle membranes ionophores celles qui comportent des charges électriques et qui sont capables d'échanger des ions de signe contraire à leurs charges fixes. On distingue des membranes perméables aux anions et d'autres perméables aux cations ; il existe également des membranes amphotères, perméables à la fois aux anions et aux cations. […] Lire la suite

SOLS - Physico-chimie

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHET
  •  • 1 554 mots
  •  • 1 média

Parmi les constituants des sols, les colloïdes argileux et humiques (cf. argiles , humus ), étroitement associés, possèdent des propriétés d'échange d'anions et surtout de cations comparables à celles des résines échangeuses d'ions (cf. échangeurs d' ions ). La capacité d'échange, le pH et le degré de saturation en cations métalliques de cette capacité d'échange constituent les caractères importan […] Lire la suite

ZÉOLITES

  • Écrit par 
  • Pierre Auguste JACOBS
  •  • 3 543 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Échangeurs de cations »  : […] Chaque fois qu'un ion Si 4+ est substitué dans le réseau zéolitique par un ion A1 3+ , une charge négative est créée qui doit être compensée par des cations échangeables. Le nombre d'ions échangeables détermine la capacité d'échange de cations (C.E.C.). Les zéolites, les plus riches en aluminium dans le réseau, ont une C.E.C. plus élevée. Toutes les applications comme échangeur cationique sont ba […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert ROSSET, « IONS ÉCHANGEURS D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/echangeurs-d-ions/