ECCLÉSIOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines et les sens du mot « église »

Le réflexion sur l'Église est liée à l'origine du terme. Le mot « église » vient du latin ecclesia, simple transcription du grec ἐκκλησία qui, comme εὐχαριστία, ἀπόστολος, n'a pas été traduit par les chrétiens de langue latine afin de lui garder sa signification primitive. Les chrétiens de langue anglo-saxonne, au contraire, ont adopté plus tard un terme de la langue populaire, Kirche, church. Le mot grec ecclesia, abréviation de ἐκκλησία του̃ Κυρίου (assemblée du Seigneur), traduit l'expression biblique qahal Yahvé, le « peuple de Dieu ». Cette expression apparaît dans la Bible surtout à trois moments de l'histoire du peuple juif : au temps de l'Exode, elle désigne la communauté du désert sortie de la servitude d'Égypte, la coalition des tribus en marche vers la Terre promise ; lors de la réforme du roi Josias et de la nouvelle promulgation de la loi (Deutéronome), l'expression apparaît chargée du contenu de la prédication des prophètes : elle exprime l'idée de l'élection du peuple d'Israël, témoin de Yahvé devant les nations (cf. Is., xlix, 22) ; après l'exil de Babylone, elle désigne l'assemblée culturelle des juifs dispersés et rassemblés autour du Temple de Jérusalem, dans l'observance de la Torah et l'offrande d'un sacrifice spirituel. Dans la version grecque des Septante, qahal est traduit en général par ἐκκλησία, mais quelquefois aussi par συναγωγή.

Dans le Nouveau Testament, l'ἐκκλησία désigne la communauté des derniers temps, le « reste d'Israël » qui confesse Jésus au nom de tout le peuple comme le Messie attendu. Le mot est fréquent chez saint Paul, et il est probable qu'il a été emprunté par l'apôtre à la communauté de Jérusalem. On le rencontre, en effet, dans l'Évangile judéo-chrétien de Matthieu (xvi, 18 ; xviii, 17) et dans les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : directeur du Centre d'études Istina et de la revue Istina

Classification


Autres références

«  ECCLÉSIOLOGIE  » est également traité dans :

ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Xavier LÉON-DUFOUR
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les évangiles et l'Église »  : […] Avant que les évangiles soient mis par écrit, l'Église a donc annoncé l'Évangile. L'idée mère qui commande cette prédication, c'est la certitude que Jésus de Nazareth est encore vivant après sa mort, car Dieu l'a glorifié en le ressuscitant. Or on peut discerner les orientations théologiques de cette première annonce à travers les formules récurrentes du Nouveau Testament : hymnes, confessions de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangiles/#i_23739

CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 7 122 mots

Dans le chapitre « Les dogmes chrétiens »  : […] On pourrait croire que les dogmes chrétiens constituent comme une superstructure de croyances par rapport à l'Évangile et même par rapport aux récits évangéliques. Le magistère ecclésiastique qui les a élaborés a cependant toujours protesté contre cette interprétation, quoi qu'il en soit de l'usage qui en fut fait parfois parmi les chrétiens. Dans l'intention du magistère, ils constituent plutôt l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christianisme/#i_23739

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

Dans le chapitre « La fortune de la philosophie politique d'Ockham »  : […] Ockham, du reste, se présente lui-même comme un novateur. Il est vrai que Duns Scot, avant lui, avait inauguré la doctrine du pacte social et insisté fortement sur la liberté humaine ; le Docteur subtil n'est pas sans avoir exercé une influence considérable sur le venerabilis inceptor. Pas plus que Duns Scot, Guillaume n'entend substituer la raison à la foi, comme on l'a dit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_23739

CONCILE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 669 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fonction des conciles »  : […] Une assemblée conciliaire n'est ni un parlement ni une réunion des « états généraux » de l'Église ; ce n'est pas non plus la curie romaine, élargie aux dimensions du monde. Contrairement à ces derniers organismes, qui ne sont qu'administratifs, un concile a ceci en propre de constituer l'acte privilégié par lequel s'exerce dans le temps de l'Église la fonction apostolique. Il détient dans l'Église […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile/#i_23739

ÉGLISE, théologie

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 171 mots

À la question de savoir ce qu'est l'Église (du grec ekklèsia , convocation), les Églises donnent des réponses théoriques et pratiques dont la divergence a pour conséquence la rupture de l'unité entre les chrétiens, séparés en grandes confessions, dont les trois principales sont le catholicisme, l'orthodoxie et le protestantisme, ce dernier comportant de nombreuses dénominatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-theologie/#i_23739

VATICAN (IIe CONCILE DU)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 6 130 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La troisième session : les textes ecclésiologiques et œcuméniques (14 sept.-21 nov. 1964) »  : […] La troisième session, qui s'ouvrit par une concélébration du pape avec vingt-quatre Pères, signe manifeste de la mise en application de la réforme liturgique, et se poursuivit durant les premières semaines dans une euphorie sans précédent, fut particulièrement fructueuse. D'une part, elle permit de mettre au point sans grande difficulté les constitutions sur l'Église et la Révélation, ainsi que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vatican-iie-concile-du/#i_23739

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos , « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-autocephales/#i_23739

BAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 083 mots

Dans le chapitre « L'ecclésiologie baptiste »  : […] Les divisions, parmi les baptistes, ont été innombrables au cours des âges. Il serait cependant erroné de leur prêter la même signification qu'aux divisions entre les grandes Églises. Dans une théologie congrégationaliste et dans le domaine de l'ecclésiologie, les baptistes sont hypercongrégationalistes : l'Assemblée locale (la paroisse si l'on veut, mais l'équivalence apparente est ambiguë) est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baptisme/#i_23739

BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

  • Écrit par 
  • André MALET
  •  • 2 306 mots

Dans le chapitre « La démythologisation »  : […] Tout l'élément miraculeux des Évangiles n'est que mythologie. Il faut donc, non pas le démythifier (ce qui serait le supprimer, comme le fait l'athéisme), mais le démythologiser, c'est-à-dire l'interpréter. Le mythe est, en effet, une « formation de compromis » entre le divin et l'humain. L'intention profonde du mythe est juste : il veut nous parler de Dieu. Mais il en parle très mal : en dégrada […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-bultmann/#i_23739

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Église peuple de Dieu »  : […] Nouvelle caractéristique importante du calvinisme : sa doctrine de la sainte cène. On sait que ce sacrement d'union, de communion, est celui sur lequel les Églises chrétiennes sont le plus divisées. Alors que la doctrine catholique enseigne qu'au moment de la consécration le pain est transformé en corps de Jésus-Christ et le vin en son sang ( transsubstantiation), la doctrine luthérienne admet la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_23739

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 001 mots

Dans le chapitre « Diverses écoles doctrinales »  : […] Cinquante ans d'application d'un Code latin, marqué par un esprit de rationalisation et de volontarisme juridiques, semblaient suffire à démontrer la nécessité d'une mise à jour des raisons essentielles du phénomène juridique dans l'Église. Il convient surtout d'affirmer que le Code de 1917 était le résultat d'une conception des rapports de l'Église catholique avec la société moderne où la volonté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-canonique/#i_23739

CARDINAUX COLLÈGE DES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 370 mots

Électeurs exclusifs du pape depuis le III e  concile du Latran de 1179 (can. 1), les cardinaux (du latin cardo , gond) sont devenus et demeurent, selon le Code actuel de droit canonique, « le sénat du pontife romain : ils l'assistent comme ses principaux conseillers et aides dans le gouvernement de l'Église » (can. 230). Contrairement à l'épiscopat, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/college-des-cardinaux/#i_23739

CHRIST CORPS MYSTIQUE DU

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 250 mots

Parmi les nombreuses images dont les chrétiens se servent pour décrire l'Église, trois ont une particulière importance : celle de « peuple de Dieu le Père », celle de « corps mystique du Christ » et celle de « temple de l'Esprit saint ». Elles renvoient, en effet, au mystère du Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit, de qui l'Église tire son existence. L'image de corps du Christ, particulièrement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-mystique-du-christ/#i_23739

CLERC & CLÉRICATURE

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 658 mots

Dès le iv e siècle, à l'époque constantinienne, les clercs sont apparus comme les fonctionnaires de l'Église. Ils ont été nombreux au Moyen Âge : tout étudiant, alors, était clerc ; ainsi le mot (du grec clêros , sort, héritage) devint synonyme de « savant », « celui qui sait ». Depuis la réforme du pape Paul VI (1972), la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerc-et-clericature/#i_23739

CONGAR YVES (1904-1995)

  • Écrit par 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 1 056 mots

Dans le chapitre « Un théologien œcuménique »  : […] Ordonné prêtre en 1930, le jeune théologien commence ses cours d'apologétique et d'ecclésiologie deux ans plus tard, au moment précis où Chenu accède à la régence des études. Le frère Congar s'intègre bien à l'équipe de ce dernier, dans laquelle la fidélité à saint Thomas d'Aquin ne s'accompagne d'aucune flagornerie envers sa postérité ni n'excuse aucune entorse à l'intégrité des faits, historiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-congar/#i_23739

CONGRÉGATIONALISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 1 410 mots

Contestant les décisions des autorités ecclésiastiques (pape et conciles), les réformateurs du xvi e siècle mirent l'accent sur l'existence d'une Église universelle invisible, au secret de Dieu et non au pouvoir des hommes. Les communautés locales ou congrégations, rassemblées pour écouter la Parole de Dieu et recevoir les sacrements, forment la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregationalisme/#i_23739

CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 950 mots

Dans le chapitre « Un témoin privilégié de la Tradition »  : […] Cyprien est un écrivain clair, formé aux règles de la rhétorique classique ; sa langue a déjà les caractéristiques du « latin chrétien ». Son œuvre la plus importante est le recueil des Epistulae , ses Lettres (quatre-vingt-une, dont seize de ses correspondants), document de première valeur pour l'histoire de l'Église du iii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-carthage/#i_23739

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 847 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le pontifical et son illustration »  : […] Le pontifical, livre de l'évêque, est le mieux étudié des livres liturgiques. Créé à la fin du x e  siècle, il commence à être illustré au xi e  siècle, le point culminant de cette production peinte se situant au xiii e  siècle. Depuis la réforme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enluminure/#i_23739

HÉRÉSIE

  • Écrit par 
  • Alain LE BOULLUEC
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Le terme d'hérésie renvoie à un schème idéologique emprunté au grec. Dans l'historiographie hellénistique, hairesis désigne un courant de pensée, rattaché de manière assez lâche aux écoles philosophiques pourvues d'institutions stables, telles que l'Académie de Platon ou le Lycée. Avant les chrétiens, les juifs d'expression grecque ont adopté le terme pour l'appliquer aux te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heresie/#i_23739

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le second jansénisme »  : […] Pasquier Quesnel (1634-1719) a publié en 1671 des Réflexions morales sur le Nouveau Testament progressivement enrichies jusqu'à la monumentale édition de 1695. Bossuet et Noailles – qui devient archevêque de Paris – ont approuvé cet ouvrage « plein d'onction » qui s'efforce d'être thomiste et prône une piété bérullienne. Mais il est vrai aussi qu'il refuse la rédemption univ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_23739

KHOMIAKOV ALEXEÏ STEPANOVITCH (1804-1860)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 341 mots

Dans la Russie de la première moitié du xix e  siècle, les intellectuels s'interrogeaient sur la signification de leur patrie. Les uns rêvaient de l'occidentaliser radicalement, les autres de revenir aux sources idéalisées de la culture nationale. Khomiakov sut dépasser les nostalgies slavophiles pour dégager, à la faveur du dialogue inévitable av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-stepanovitch-khomiakov/#i_23739

KÜNG HANS (1928- )

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 141 mots

Théologien catholique né le 19 mars 1928 à Sursee (Suisse), Hans Küng fait ses études de philosophie et de théologie à l'Université grégorienne de Rome. Il est ordonné prêtre en 1954. Tour à tour assistant à Münster (1959-1960), professeur de théologie fondamentale (1960-1963), puis de théologie dogmatique à Tübingen, il dirige depuis 1980 l'Institut de théologie œcuménique rattaché à l'université […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-kung/#i_23739

LAÏCAT

  • Écrit par 
  • Henri-Jacques STIKER
  •  • 734 mots

Notion qui, dans les Églises chrétiennes et notamment dans l'Église catholique, recouvre une réalité ancienne, qui se trouve soumise aujourd'hui à une évolution notable. Le terme laïc (en latin ecclésiastique, laicus , qui vient du grec laos , « peuple ») ne se trouve pas dans la Bible, où il est question cependant soit du « peuple » au sens de populatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicat/#i_23739

LANGENSTEIN HEINRICH VON (1325-1397)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 144 mots

Écrivain fort savant, originaire de Hesse, professeur de théologie et vice-chancelier de l'université de Paris de 1363 à 1383, puis professeur à Vienne, Heinrich von Langenstein composa de nombreux ouvrages de philosophie, de sciences naturelles, d'astrologie, d'exégèse, de théologie et de spiritualité. Son œuvre la plus célèbre concerne l'ecclésiologie, le Grand Schisme d'Occident, surgi en 1378, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-langenstein/#i_23739

MÉTROPOLITAIN, ecclésiologie

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 239 mots

Ce terme désigne, dans l'Église latine, l'archevêque qui est à la tête d'une province ecclésiastique. Du fait de l'adoption par l'Église antique du principe d'accommodement qui lui fit calquer son organisation, à quelques exceptions près, sur les divisions administratives de l'Empire, une hiérarchie de droit coutumier s'est établie entre les Églises locales, pourtant théologiquement égales en prin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metropolitain-ecclesiologie/#i_23739

MÉTROPOLITE

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 808 mots

Le titre de métropolite, qui ne correspond pas exactement à celui de métropolitain dans l'Église latine, bien qu'il soit actuellement employé en un sens assez large dans l'orthodoxie, appartient, à l'origine, à l'ecclésiologie russe. Son histoire a été d'abord marquée par l'importance qu'ont eue, en Russie, les sièges métropolitains de Kiev, puis de Moscou. Dès la reconnaissance par saint Vladimir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metropolite/#i_23739

NEWMAN JOHN HENRY (1801-1890)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 747 mots

Dans le chapitre « Le tractarien »  : […] La première partie de la carrière de John Henry Newman, né à Londres, se déroula à l'université d'Oxford (1833-1841), où il rencontra ceux qui allaient lancer avec lui le mouvement des Tracts for the Times  : R. H. Froude, J. Keble, J. H. Bowden, E. B. Pusey, R. W. Church. Ce mouvement fut, à l'origine, une protestation contre le régime d'une Église établie soumise à un État […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-henry-newman/#i_23739

NICÉE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Henri Irénée MARROU
  •  • 1 690 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'importance historique du concile »  : […] L'importance historique du concile de Nicée tient, au moins autant qu'à cette définition dogmatique, au précédent qu'il avait créé : ainsi, la notion même du concile œcuménique comme moyen de résoudre les problèmes doctrinaux et disciplinaires intéressant l'ensemble de l'Église ; même lorsque, en réaction contre les excès du conciliarisme des conciles de Constance (1414-1418) et de Bâle (1431-1437 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicee-concile-de/#i_23739

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 564 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le point de vue latin »  : […] En son principe, l'attitude latine se fondait sur les décisions du concile de Florence, prises solidairement : respect de l'originalité de chaque Église et des droits traditionnels de ses hiérarques, mais unanimité doctrinale, s'accommodant toutefois d'une diversité de formulations (par exemple pour le Filioque ). Cependant, dans le contexte de la Contre-Réforme, on se mit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-chretiennes-d-orient/#i_23739

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sens de l'Église »  : […] Dans ce qu'elle a de durable, l' ecclésiologie orthodoxe exprime directement les mystères du Christ, de l'Esprit, de la Trinité. Elle apparaît comme une ecclésiologie de communion qui se fonde sur trois principes fondamentaux. Le premier est le principe christologique ou eucharistique  : l'eucharistie intègre de la manière la plus r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_23739

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Le mot papatus dérive du titre de papa (titre d'honneur signifiant père), donné jusqu'au vii e siècle à tous les évêques, mais plus spécialement à celui de Rome. Papatus apparaît dans le dernier tiers du xi e siècle, en même temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papaute/#i_23739

PAROISSE, ecclésiologie

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 710 mots

Cellules de base dans l'Église catholique et dans la plupart des Églises de la Réforme, les paroisses, unités selon lesquelles tout diocèse est nécessairement divisé, ont toujours joué un rôle essentiel dans la vie chrétienne. Personne morale décentralisée, la paroisse comprend, sur un territoire déterminé : une communauté chrétienne qui a son pasteur propre, le curé ; son église avec le baptistèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paroisse-ecclesiologie/#i_23739

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une société an-institutionnelle »  : […] Une dans sa puissance de masse non différenciée, quelle est donc la réalité organique de la société pèlerine ? Nos classifications deviennent tout de suite traîtresses ; car celle-ci n'est pas spécifiquement d'église et pas davantage laïque. Il suffit de la regarder vivre. Elle peut se soumettre à l'ordre, à la conduite, aux pratiques d'une Église, s'inscrire, comme une forme d'exister religieux, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerinages-et-lieux-sacres/#i_23739

SAINT-ESPRIT

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Richard GOULET
  •  • 3 912 mots

Dans le chapitre « Du Moyen Âge à l'époque contemporaine »  : […] On peut ramener à trois les directions dans lesquelles, de l'époque médiévale à nos jours, s'est poursuivie et approfondie, en rapport avec la vie des croyants et des Églises, la réflexion sur l'Esprit saint (techniquement, la «  pneumatologie »). Il faut tout d'abord faire état – c'est l'évidence, après ce qui a été dit ci-dessus sur la fin de l'époque patristique – d'une direction proprement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-esprit/#i_23739

SYNODE

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 1 030 mots

Terme ecclésiastique d'origine grecque, équivalent de concile, qui est d'origine latine. Il désigne, dans les diverses Églises, une assemblée délibérante représentative au cours de laquelle sont prises les principales décisions concernant la vie de ces Églises. On peut dire que la synodalité exprime la coopération commune dans les Églises et communautés chrétiennes. Dans l'Église catholique, on ut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/synode/#i_23739

WYCLIFF JOHN (1330-1384)

  • Écrit par 
  • Michel ARNAUD
  •  • 1 546 mots

Dans le chapitre « Formation et doctrine »  : […] John Wycliff naît vers 1330 dans une famille de la petite noblesse du Yorkshire. À la mort de son père, il devient seigneur de son pays ; quoiqu'il ait toujours gardé des liens étroits avec ces régions du nord de l'Angleterre, il est avant tout, et jusqu'à la fin de sa vie, un homme d'Oxford, étudiant d'abord, professeur ensuite. Élève du collège de Balliol, il y acquiert la maîtrise en 1358 et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wycliff/#i_23739

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DUPUY, « ECCLÉSIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/