EAU TERRESTRE (ORIGINE DE L')

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Estimer la quantité d'eau sur Terre

Pour comprendre d'où vient l'eau de la Terre, il faut d'abord en faire l'inventaire et déterminer où et sous quelle forme cette eau est stockée sur notre planète. La quantité d'eau en surface est estimée à 1 360 000 000 km3, dont plus de 97 p. 100 d'eau océanique, 2 p. 100 d'eau stockée sous forme de glaces (inlandsis, banquise, glaciers) et environ 0,5 p. 100 d'eau douce souterraine. Les eaux de surface continentales constituent moins de 0,02 p. 100 de l'eau de surface, quant à l'eau atmosphérique à l'état de vapeur, elle se limite à 0,001 p. 100. Toutefois, l'eau en surface ne représente que le sommet de l'iceberg.

En effet, de l'eau est stockée en profondeur, dans le manteau terrestre (enveloppe interne de la Terre située entre 30 et 2 900 km), ce qui s'illustre dans le dégazage de vapeur d'eau lors des éruptions volcaniques, laquelle représente de 50 à 90 p. 100 des gaz libérés. On estime qu'environ 5 × 1012 kg d'eau sont ainsi extraits du manteau chaque année. Par ailleurs, le phénomène inverse s'observe également : de l'eau est entraînée en profondeur dans les zones de subduction où la croûte océanique hydratée plonge dans le manteau, emportant annuellement 1011 kg d'eau. Plusieurs hypothèses sont formulées quant à la localisation et à la forme de l'eau mantellique : le manteau est constitué de péridotite, une roche elle-même composée de minéraux nominalement anhydres (notamment l'olivine, de formule [MgFe]2SiO4). Au niveau des zones de subduction, l'eau libérée par les minéraux de la croûte océanique hydrate le manteau sus-jacent : l'olivine se transforme en serpentine, un minéral hydraté de formule (Mg, Fe)3Si2O5(OH)4. La serpentinisation demeure toutefois un phénomène superficiel. Entre 400 et 525 km de profondeur environ, les conditions de pression et de température font que l'olivine est sous forme wadsleyite (olivine β), un polymorphe pouvant faire office de réservoir d'eau profonde. Certains chercheurs estiment ainsi que l [...]

Enclaves de péridotites dans du basalte

Enclaves de péridotites dans du basalte

Photographie

Enclaves de manteau dans un basalte du Massif central. En remontant, le volcanisme peut arracher des fragments de roche du manteau (ici des péridotites plus claires), qui se retrouvent en surface incluses dans la lave (ici du basalte plus foncé). 

Crédits : M.-L. Pons

Afficher


Médias de l’article

Lac du Jökulsárlón : les trois états de l'eau

Lac du Jökulsárlón : les trois états de l'eau
Crédits : M.-L. Pons

photographie

Enclaves de péridotites dans du basalte

Enclaves de péridotites dans du basalte
Crédits : M.-L. Pons

photographie

Accrétion de la Terre

Accrétion de la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Rapport D/H de l'eau de la Terre

Rapport D/H de l'eau de la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur du laboratoire de géologie de Lyon Terre, planètes, environnement à l'École normale supérieure de Lyon
  • : chercheuse au laboratoire de géologie de Lyon Terre, planètes, environnement, géochimie, agrégée préparatrice à l'École normale supérieure de Lyon

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis ALBARÈDE, Marie-Laure PONS, « EAU TERRESTRE (ORIGINE DE L') », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-terrestre-origine-de-l/