EAU, physico-chimie

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 257 mots
  •  • 5 médias

Composé chimique de formule H2O, l'eau se rencontre à la surface du globe, sous les trois états de la matière. Bien connue sous la forme de glace ou de neige, l'eau solide est également présente dans d'innombrables minéraux, les hydrates naturels. Les eaux naturelles sont des mélanges, le dioxyde d'hydrogène étant souillé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-proprietes-physico-chimiques/#i_1916

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 612 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Rôle du solvant »  : […] par rapport à son volume, H+ n'existe pas comme tel en solution, mais se fixe sur le solvant (dénommé SH) qui se trouve jouer ainsi le rôle de base. Par conséquent, l'ionisation d'un acide dans l'eau ne s'écrira pas :mais :et la constante d'acidité est, en réalité :et de façon générale : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_1916

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 052 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Soulignons enfin que l'ammoniac liquide possède une grande affinité pour l'eau et qu'on a pu l'utiliser comme déshydratant basique, notamment pour éliminer l'eau la moins liée des gels de silice et d'alumine, en montrant ainsi que H2SiO3 et H2Si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/#i_1916

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 322 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Dioxyde »  : […] L'eau qui a dissous du dioxyde de carbone a des propriétés faiblement acides. On estime que cette solution est le siège de réactions dues à un diacide très faible non isolé dont la formule correspondrait à H2CO3 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbone/#i_1916

CAVENDISH HENRY (1731-1810)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 847 mots

Dans le chapitre « Une étape décisive de la chimie »  : […] humidité de l'air, mais de la combustion de l'air inflammable avec une proportion déterminée de l'air commun. Il obtient encore de l'eau par combustion de l'air inflammable avec l'« air déphlogistiqué », c'est-à-dire l'oxygène que Priestley venait de séparer. L'eau est la combinaison dans la proportion de 2 à 1 de ces deux gaz, c'est ce qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-cavendish/#i_1916

CELSIUS ANDERS (1701-1744)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 734 mots

Ferchault de Réaumur. Ainsi qu’il le rapporte dans un article publié en 1742 dans une revue scientifique suédoise, Celsius remarque que la température de solidification de l’eau est indépendante de la latitude et même de la pression atmosphérique. En revanche, il quantifie la variation de la température d’ébullition de l’eau avec la pression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anders-celsius/#i_1916

CÉMENTATION ZONE DE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 398 mots

Dans le schéma général de la circulation des eaux en terrain homogène, on peut distinguer trois zones superposées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zone-de-cementation/#i_1916

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 166 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  La stœchiométrie »  : […] éléments, il admit arbitrairement que, en ce cas, ces deux éléments s'unissent atome pour atome. Pour Dalton, l'eau est composée d'un atome d'hydrogène et d'un atome d'oxygène, contrairement à ce qui sera admis par la suite. Si, avec Dalton, on prend 1 pour masse atomique de l'hydrogène, il est impossible par simple analyse chimique de décider […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_1916

COLLAGE, physique

  • Écrit par 
  • Jacques COGNARD
  •  • 6 456 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'influence de l'eau et de la température »  : […] Àl'influence de la température sur les propriétés des polymères s'ajoute celle de l'eau chaude. Lors des tests, il est d'usage d'accélérer le vieillissement en augmentant la température. Comme l'eau a plusieurs effets qui n'ont pas la même cinétique, le risque est grand de faire apparaître des phénomènes qui n'ont pas lieu en pratique. Un consensus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage-physique/#i_1916

COLLOÏDES

  • Écrit par 
  • Didier ROUX
  •  • 5 985 mots

Dans le chapitre « Les micelles sphériques »  : […] Lorsque l'on solubilise des molécules tensioactives dans l'eau, à très basse concentration et au-dessous d'une concentration micellaire critique (C.M.C.), les molécules sont dispersées de façon homogène et on a une solution moléculaire vraie. Au-dessus de la C.M.C., les molécules s'assemblent spontanément pour former de petits objets sphériques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colloides/#i_1916

CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 228 mots

d'un liquide en gaz montre déjà le caractère limité et relatif de la distinction. L'eau de la casserole que nous mettons sur le feu voit sa température augmenter régulièrement et continûment – jusqu'à ce qu'elle commence à bouillir, c'est-à-dire à se transformer en vapeur. Pendant l'ébullition, la température reste constante, fixée à la valeur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continuite-et-discontinuite-physique/#i_1916

EAU DURETÉ DE L'

  • Écrit par 
  • Cyrille GOMELLA
  •  • 305 mots

La dureté d'une eau traduit sa teneur globale en ions calcium (Ca++) et magnésium (Mg++). Elle est exprimée en degrés hydrotimétriques : un degré français correspond à 4 mg/l de calcium ou à 2,4 mg/l de magnésium. Les praticiens distinguent la dureté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durete-de-l-eau/#i_1916

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 286 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  L'électrolyse de l'eau »  : […] Ainsi, l'eau additionnée d'un sel dissocié correspondant à un électrolyte fort dont les constituants ioniques sont nettement moins réactifs vis-à-vis des électrodes que l'eau elle-même peut être décomposée électrolytiquement : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrochimie/#i_1916

FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 444 mots

Grâce à ces thermomètres, Fahrenheit put étudier plus précisément les phénomènes de changements de phase de l’eau. Il découvrit ainsi que la température d’ébullition de l’eau dépend de la pression atmosphérique. Il inventa aussi une méthode permettant de refroidir l’eau sous sa température normale de solidification sans qu’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gabriel-fahrenheit/#i_1916

FORMULE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 539 mots

Dans le chapitre « Ce qu'une formule raconte »  : […] Toute formule récapitule une histoire, à commencer par celle de sa propre élaboration. L'eau ne fut pas toujours H2O. John Dalton (1766-1844), au début du xixe siècle, hésitait entre les trois formulations HO, HO2 et H2O. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formule-chimie/#i_1916

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1783 Henry Cavendish, comme Antoine Laurent Lavoisier, détermine la composition chimique de l'eau (H2O) par combustion de l'hydrogène. Antoine Laurent Lavoisier et Pierre Simon de Laplace calculent la quantité de chaleur produite au cours de la respiration animale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-de-l-air-reperes-chronologiques/#i_1916

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 963 mots
  •  • 9 médias

L'homme a connu et baptisé la forme solide de l'eau depuis les temps les plus reculés, ce qui nous vaut des noms très différents selon les langues : glace, ghiaccio, hielo... dans les langues latines ; is, Eis, ice... dans les langues germaniques ; led, lod... dans les langues slaves. Si cette découverte avait été le fait des naturalistes, nous n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_1916

IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE DE DIFFUSION (IRMD)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 860 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principes de l’IRM de diffusion »  : […] Ces signaux sont brouillés par la diffusion aléatoire à l’échelle atomique des molécules d’eau qui introduit un bruit dans le signal. Pour limiter ce problème, il est possible d’utiliser des champs magnétiques pulsés de grande intensité et de durées courtes. Inversement, des gradients de champ magnétique pulsés de sens opposés peuvent au contraire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-par-resonance-magnetique-de-diffusion/#i_1916

IONS ÉCHANGEURS D'

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 6 130 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Permutations d'ions »  : […] au point de vue économique (99 p. 100 de toutes les résines échangeuses d'ions) est le traitement des eaux naturelles. Ces eaux contiennent des sels dissous, qui sont gênants pour certains usages et doivent donc être éliminées. Parfois, on se contente d'« adoucir » l'eau en remplaçant les ions alcalino-terreux (Ca2+, Mg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echangeurs-d-ions/#i_1916

LAVOISIER ANTOINE LAURENT (1743-1794)

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 6 968 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands travaux scientifiques »  : […] et l'air inflammable tiré du fer par l'acide vitriolique. L'opération produisit de l'eau pure, qui ne rougissait pas la teinture de tournesol. Lavoisier en conclut que l'eau n'est pas une substance simple et qu'elle est composée d'air inflammable et d'air vital. En juillet suivant, l'Académie royale des sciences nomma Lavoisier l'un des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-laurent-lavoisier/#i_1916

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison hydrogène

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 325 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Méthodes thermodynamiques »  : […] ébullition. L'eau et les alcools bouillent à des températures plus hautes que ce que leur masse moléculaire laisserait prévoir. Par exemple, pour l'eau, si l'on extrapole les valeurs obtenues pour TeH2, SeH2 et SH2, on prévoit une température de fusion de l'ordre de − 100 0C et une température d'ébullition de − 80 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-hydrogene/#i_1916

LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

  • Écrit par 
  • Antoine DANCHIN
  •  • 5 910 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Morphogenèse des macromolécules et de leurs associations »  : […] (complexes multi-enzymatiques, organites comme les ribosomes, microtubules et microfilaments, membranes, etc.), de même, on a pu montrer l'extrême importance du solvant universel qu'est l'eau et des ions qui y sont dissous. Et, dans tous les cas, il est clairement apparu que la contribution entropique de l'eau avait un rôle majeur et que c' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaisons-biochimiques-faibles/#i_1916

LOTUS EFFET, physique

  • Écrit par 
  • David QUÉRÉ
  •  • 872 mots

dont les larges feuilles ont la propriété spectaculaire d'être très peu mouillées par l'eau. Que l'on jette une poignée de gouttes sur ces feuilles, et on verra autant de billes qui roulent sans la moindre friction apparente, et disparaissent très vite de la surface de la feuille. Et si c'est du miel que l'on dépose, son comportement est tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-lotus-physique/#i_1916

LYOPHILISATION

  • Écrit par 
  • Charles ROMOND
  •  • 3 591 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Principe »  : […] La lyophilisation consiste à extraire l'eau contenue dans les substances organiques ou minérales par interaction des techniques du vide et du froid. Le produit, préalablement congelé à basse température, est placé dans une enceinte sous vide. L'abaissement de la pression en deçà du point d'équilibre (point triple) sur la courbe de tension de vapeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyophilisation/#i_1916

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historique de la recherche sur l'état de la matière »  : […] présence d'un des éléments les plus communs et les plus présents dans la vie de l'homme, l'eau. Le processus de congélation a alimenté tous les courants scientifiques s'interrogeant sur la composition des corps depuis que l'homme s'interroge sur la nature. Empruntons cette fois un exemple à l'Asie – en avance sur l'Europe sur plusieurs points : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etats-de-la-matiere/#i_1916

MATIÈRE (physique) - État liquide

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIVAIL
  •  • 3 247 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les potentiels intermoléculaires et les modèles de l'état liquide »  : […] dirigées. Elles sont connues sous le nom de liaisons hydrogène, comme celles qui se forment entre deux molécules d'eau voisines (cf. eau - Propriétés physico-chimiques). Ces liaisons intermoléculaires imposent à la glace une structure très lacunaire. Leur rupture partielle à la fusion provoque l'augmentation de masse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-liquide/#i_1916

MEMBRANES, transferts

  • Écrit par 
  • Michel RUMEAU
  •  • 5 890 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Osmose »  : […] e siècle. Les membranes denses utilisées sont perméables à l'eau, mais imperméables aux solutés. Si deux compartiments, l'un concentré, l'autre dilué, sont séparés par une telle membrane, l'équilibre des potentiels chimiques ne peut être obtenu que par transfert d'eau vers le milieu concentré, jusqu'à une différence de niveau telle que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membranes-transferts/#i_1916

MESURE - Étalons fondamentaux

  • Écrit par 
  • Pierre GIACOMO
  •  • 3 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Température »  : […] kelvin (K), unité de température thermodynamique, est défini en assignant la valeur 273,16 K à la température thermodynamique du point triple de l'eau (C.R., 10e C.G.P.M., 1954, p. 79). Le degré Celsius (0C) lui est égal, mais le zéro de l'échelle Celsius correspond à 273,15 K dans l'échelle thermodynamique. Le point triple de l'eau est la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesure-etalons-fondamentaux/#i_1916

MOUILLAGE

  • Écrit par 
  • David QUÉRÉ
  •  • 3 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Non-mouillage »  : […] . Le premier, issu du groupe japonais Kao, montre que l' eau forme des perles presque parfaites quand on la pose sur des matériaux couvert de microtextures désordonnées et hydrophobes. Plutôt qu'une découverte originale (des travaux des années 1930 relataient déjà cet effet), ce travail a eu le mérite de souligner l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouillage/#i_1916

NEIGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 3 585 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Métamorphose de la neige humide »  : […] On parle de neige humide en présence d’eau liquide. Les trois phases de l’eau (vapeur, liquide, solide) peuvent alors interagir. Cette situation s’observe quand les températures sont élevées ou lors de la survenue d’une pluie sur la surface enneigée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neige/#i_1916

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 401 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Réacteurs à eau ordinaire »  : […] U.R.S.S. – eurent naturellement tendance à construire des réacteurs nucléaires utilisant l'eau ordinaire à la fois comme modérateur et comme réfrigérant. L'économie neutronique est moins bonne qu'avec le graphite et l'eau lourde, mais le réacteur est plus simple et de plus petite dimension. Dès 1944, des réacteurs destinés à la recherche ou à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_1916

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Isotopes

  • Écrit par 
  • René BIMBOT, 
  • René LÉTOLLE
  •  • 5 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système 18O/16O »  : […] Les processus physiques ont surtout été étudiés dans le cas de l'eau. Ils aboutissent aux différences relativement considérables de composition isotopique des eaux naturelles. L'évaporation conduit à un enrichissement de la phase vapeur en 16O et, corrélativement, de la phase liquide en 16O, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-isotopes/#i_1916

ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 4 236 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Réaction des composés à hydrogène mobile »  : […] des acides forts aux hydrocarbures acétyléniques vrais en passant par les acides faibles, les phénols, l'eau, les alcools, les amines non tertiaires. La nature de MgXA dépend de celle de A ; MgXA peut se comporter comme un sel métallique si A est un halogène, ou comme un complexe solvaté lorsque A = OR ; l'alcoolate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composes-organometalliques/#i_1916

ORIGINE DE LA VIE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 11 454 mots

Dans le chapitre « Les enzymes »  : […] , trop complexe pour être qualifié de prébiotique, permet néanmoins de mettre en évidence le double rôle joué par l'eau : solvant mais aussi réactif pilotant la condensation sélective des acides aminés dans l'eau. Le CDI permet de condenser efficacement les acides α-aminés dans l'eau. L'activation porte sur la fonction NH2 de l'acide aminé. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-de-la-vie/#i_1916

PNEUMATIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 052 mots

Un développement ultérieur de la chimie pneumatique fut la combustion de l'hydrogène dans l'air. Elle fournit un liquide pur, dont l'analyse montra qu'il était constitué d'eau. Lavoisier fut le premier, en 1783, à interpréter ce résultat, auquel contribuèrent aussi Cavendish et Priestley, comme démontrant que l'eau était un corps composé et non un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-pneumatique/#i_1916

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 491 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Transformation de phase fluide-solide »  : […] dT/dP = (T/L). ΔV. Plusieurs corps font exception à cette règle, l'eau en particulier, parce que la densité du liquide est supérieure à celle du solide ; mais cela n'est vrai que dans le domaine des pressions relativement basses, le comportement redevenant normal aux pressions plus élevées : ainsi la forme allotropique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_1916

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 689 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Action sur les composés »  : […] L'eau est violemment décomposée dès la température ambiante avec libération d'hydrogène et formation de l'hydroxyde NaOH, base forte, fusible à 328 0C, sans déshydratation. La réaction des alcools qui conduit aux alcoolates RONa est moins vive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodium/#i_1916

SOLUTION ÉQUILIBRES EN

  • Écrit par 
  • Claude COLIN, 
  • Alain JARDY
  •  • 9 740 mots
  •  • 20 médias

son origine dans le caractère polaire des molécules de la plupart des solvants usuels – eau, alcools, amides... (interactions ion-dipôle ou dipôle-dipôle). Pendant la dissolution, le solvant exerce une action de solvatation (hydratation dans le cas de l'eau) au cours de laquelle chaque espèce dissoute (ion ou molécule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibres-en-solution/#i_1916

SONS - Production et propagation des sons

  • Écrit par 
  • Michel BRUNEAU, 
  • André DIDIER, 
  • Jean-Claude RISSET
  •  • 13 389 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Absorption et dispersion du son dans les fluides »  : […] (viscosité et conduction thermique) peut être expliqué par la relaxation thermique. Cependant ce n'est pas le cas pour l'eau. La meilleure théorie proposée (Hall, 1948) suppose que les molécules d'eau peuvent prendre deux types d'arrangement. Dans l'un, elles sont disposées à peu près selon un système tétragonal comme dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-production-et-propagation-des-sons/#i_1916

SULFURE D'HYDROGÈNE ou HYDROGÈNE SULFURÉ

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 362 mots

Formule brute : H2S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfure-d-hydrogene/#i_1916

ZINC

  • Écrit par 
  • Noël DREULLE, 
  • Paule DREULLE, 
  • Jean-Louis VIGNES, 
  • Bernard WOJCIEKOWSKI
  •  • 5 309 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Propriétés »  : […] L'eau, et en particulier l'eau pure dégazée, attaque normalement le zinc avec formation d'oxyde ou d'hydroxyde. Cette attaque n'est pas négligeable, car les produits de corrosion ne constituent pas une couche homogène et protectrice. Lorsque l'eau contient de l'anhydride carbonique en solution, le métal se recouvre d'une couche de carbonate basique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zinc/#i_1916


Affichage 

Eau : propriétés

tableau

Propriétés de l'eau 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Effet lotus

photographie

Les feuilles de nombreuses plantes ont la propriété spectaculaire d'être très peu mouillées par l'eau Si on jette une poignée de gouttes sur ces feuilles, on verra autant de billes qui roulent sans la moindre friction apparente 

Crédits : I. Tischenko/ Shutterstock

Afficher

Interaction entre l'eau et les molécules lipidiques

dessin

Interaction entre l'eau et les molécules lipidiques 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Molécule d'eau

dessin

La molécule d'eau, dipôle permanent (en haut) et la liaison ion-dipôle, dans le cas de l'ion potassium (K+) en solution dans l'eau (en bas) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Molécule d'eau et cristal de glace

dessin

La molécule d'eau et le cristal de glace 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Osmose directe

graphique

Osmose directe : ajustement de la concentration de part et d'autre de la membrane, entre de l'eau pure et une solution concentrée La pression osmotique est supérieure à la pression hydrostatique, il y a transfert d'eau avec apparition d'un gradient de concentration en aval de la membrane, ce qui... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Structure de l'eau

dessin

Structure de l'eau : a, dissymétrie de la molécule ; b, réseau tridimensionnel dissociable comme le montre le détail de gauche en libérant des ions : OH+3 est le proton hydraté (hydronium des solutions aqueuses, oxonium dans les autres cas), OH- est l'anion... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chaîne complexe et structure de l'eau dans un hydrate

dessin

Chaîne complexe [Li H2O]x3x+ et structure de l'eau dans un hydrate M, 17 H2O 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Stabilité et électrolyse

graphique

Stabilité de l'eau et l'électrolyse 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eau : propriétés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Effet lotus
Crédits : I. Tischenko/ Shutterstock

photographie

Interaction entre l'eau et les molécules lipidiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécule d'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécule d'eau et cristal de glace
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Osmose directe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Structure de l'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chaîne complexe et structure de l'eau dans un hydrate
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Stabilité et électrolyse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique