EAU-FORTE

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 612 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre «  Histoire des notions d'acides et de bases »  : […] (la préparation de « l'huile de vitriol » par calcination du sulfate de fer, était connue avant 1600), nitrique (la préparation de l'eau-forte par calcination d'un mélange d'alun et de nitrate de potassium, est connue par un travail de Geber). À la fin du xvie siècle, Van Helmont avait rapproché les alcalis « fixes » de l'alcali « volatil » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_12221

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 753 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les chefs-d'œuvre »  : […] Sebald Beham. Auparavant, il avait peint un tableau et gravé plusieurs planches à l'eau-forte (une technique nouvelle, dont il fut un des premiers à faire usage) qui font de lui l'un des précurseurs de l'art du paysage comme genre. Contrairement à ses premiers dessins où les scènes, vues de près, étaient noyées dans la végétation, ses paysages à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-altdorfer/#i_12221

AQUAFORTISTES MOUVEMENT DES

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 854 mots

En 1862, la fondation de la Société des aquafortistes fut la première manifestation d'un mouvement de renaissance de l'eau-forte originale de peintre ; la Société était animée par l'imprimeur Auguste Delâtre (1822-1907) et par le marchand d'estampes Alfred Cadart (1828-1875). Ils publièrent trois cents eaux-fortes originales entre septembre 1862 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-des-aquafortistes/#i_12221

BLAKE WILLIAM (1757-1827)

  • Écrit par 
  • Claude DOUBINSKY, 
  • Régine LUSSAN
  •  • 5 461 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art insolite »  : […] t-il, lui aurait révélé en rêve le procédé de la gravure à l'eau-forte qu'il devait utiliser pour illustrer ses poèmes. Les mots et les motifs étaient dessinés sur la plaque de cuivre qui était ensuite gravée à l'acide. Le texte et le dessin restaient en relief, puis étaient peints à la main, à l'aquarelle par exemple. C'est le cas de ses poèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blake-william-1757-1827/#i_12221

BRACQUEMOND FÉLIX JOSEPH AUGUSTE (1833-1914)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 413 mots

Issu d'un milieu modeste, Félix Bracquemond (né le 28 mai 1833 à Paris) a été formé très jeune dans l'atelier du peintre Joseph Guichard (1806-1880), qui avait lui-même concilié les enseignements d'Ingres et de Delacroix. De cette formation très particulière, il gardera toute sa vie le goût de l'indépendance, la haine des compromis et de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-joseph-auguste-bracquemond/#i_12221

CALLOT JACQUES (1592-1635)

  • Écrit par 
  • Paulette CHONÉ
  •  • 1 949 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] l'héritage de la peinture « réformée » qui s'épanouit au lendemain du concile de Trente (Ludovico Cigoli, Francesco Vanni, Girolamo Muziano, Domenico Passignano). Simultanément, il découvre l'invention pittoresque et populaire de Francesco Villamena et fréquente l'atelier de l'aquafortiste Antonio Tempesta, qu'il suit à Florence à la fin de 1611 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-callot/#i_12221

DAUBIGNY CHARLES FRANÇOIS (1817-1878)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 754 mots
  •  • 1 média

Issu d'une lignée d'artistes qui compte plusieurs peintres en miniatures, Charles François Daubigny est initié à la peinture par son père, Edme François, qui est un élève de Victor Bertin. Très jeune, il doit travailler :« Il eut à naître artiste, dans une famille d'artistes, trouver dans son berceau d'enfant deux puissances irréconciliées encore, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-francois-daubigny/#i_12221

DELLA BELLA STEFANO (1610-1664)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 143 mots

Graveur florentin. Della Bella est célèbre en France parce qu'il séjourna à Paris de 1639 à 1650, où il fut connu sous le nom francisé d'Étienne de la Belle (il mourut à Florence), mais aussi parce qu'il est le meilleur aquafortiste à avoir exploité le genre innové par le Lorrain Jacques Callot. Il pratique une eau-forte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stefano-della-bella/#i_12221

DUNOYER DE SEGONZAC ANDRÉ (1884-1974)

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 429 mots

Peintre, graveur et illustrateur français. Artiste réaliste, il est l'héritier des Le Nain, Courbet et Millet. Peintre indépendant, lié d'amitié avec Apollinaire, Max Jacob, Raoul Dufy, Vlaminck, Dunoyer de Segonzac n'adhéra jamais à aucun des grand mouvements esthétiques du début du siècle. Son style témoigne de l'exigence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-dunoyer-de-segonzac/#i_12221

FANTUZZI ANTONIO, dit FANTOSE (mort en 1550)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 225 mots

Parfois confondu avec le graveur italien Antonio da Trento, Antonio Fantuzzi est mentionné à Fontainebleau dans les comptes, entre 1537 et 1550. Il a travaillé surtout dans l'équipe de Primatice et à des ensembles aujourd'hui perdus qui rendent impossible l'identification de sa personnalité de peintre. Il a exécuté des patrons de grotesque au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-fantuzzi/#i_12221

FORTUNY MARIANO (1871-1949)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 1 134 mots

Célèbre surtout à travers ses créations de tissus et de robes, Mariano Fortuny est aussi un technicien et un artisan qui a exercé ses talents dans des domaines divers : de la peinture et de la photographie à la conception d'objets mécaniques et à la scénographie. Essentiellement autodidacte, cet inlassable chercheur (il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortuny-mariano-1871-1949/#i_12221

GRAF URS (1485 env.-env. 1527)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 242 mots

Orfèvre, peintre, graveur et verrier suisse, né à Soleure et mort à Bâle, Urs Graf est l'un des plus remarquables artistes parmi ceux qui empruntèrent les voies tracées par Dürer. À ses rares tableaux (musées de Bâle et de Zurich) et à ses travaux d'orfèvre, il ajouta de nombreuses gravures sur bois et quelques-unes sur métal, dans lesquelles il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urs-graf/#i_12221

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 561 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gravure en creux : le trait »  : […] de métal taillée en losange, le copeau dégagé étant ensuite enlevé (ou « ébarbé »). Dans le second, la gravure est mécanique et provoquée par le passage de la planche dans un bain d'acide, aqua fortis en latin, qui a donné le terme d'eau-forte. La planche est d'abord recouverte d'une couche de vernis protecteur, résistant à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_12221

JOHANNOT ALFRED (1800-1837) & TONY (1803-1852)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 379 mots
  •  • 1 média

Les plus célèbres et les plus prolifiques des illustrateurs romantiques furent les frères Johannot d'origine française. Le plus connu des trois frères est Tony, le plus jeune, qui naquit en Allemagne à Offenbach-sur-le-Main ; le père, François Johannot, avait été un pionnier de la lithographie. Alfred fut le collaborateur de Tony après avoir essayé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannot-alfred-et-tony/#i_12221

LANGLOIS EUSTACHE HYACINTHE (1777-1837)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 583 mots

« Je désirais mettre à la suite de saint Julien le vitrail de la cathédrale de Rouen ; il s'agissait de colorier la planche qui se trouve dans le livre de Langlois, rien de plus. Et cette illustration me plaisait précisément parce que ce n'était pas une illustration, mais un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eustache-hyacinthe-langlois/#i_12221

LECLERC SÉBASTIEN (1637-1714)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 709 mots

Sébastien Leclerc est certainement le graveur le plus représentatif du règne de Louis XIV dont il est le contemporain presque exact et dont il transcrit avec rigueur et élégance les manifestations essentielles. Sa carrière, longue et laborieuse, est cependant exempte des noirceurs du siècle, et son art échappe à toute brutalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-leclerc/#i_12221

LEPAUTRE LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 728 mots

Famille d'artistes français. Formé dans l'atelier d'Adam Philippon, « menuisier et ingénieur du roi », qui avait été envoyé à Rome pour étudier sur place les monuments antiques, Jean Lepautre (1618-1682) suivit sans doute son maître en Italie ; il fut le principal graveur du recueil que Philippon publia en 1645 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lepautre/#i_12221

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 564 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gravure sur cuivre »  : […] Jacques Callot, Abraham Bosse pousse l'obstination du praticien jusqu'à rechercher par l'eau-forte les effets du burin. Certaines de ses œuvres sont clairement réalistes (P. d'Hozier, Les Noms [...] armes [...] des chevaliers du Saint-Esprit, 1634). L'Énéide lui inspire des illustrations d'une imagination […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_12221

MARCOUSSIS LOUIS CASIMIR LADISLAS MARKOUS dit (1878-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 414 mots

Né dans une riche famille bourgeoise cultivée de Varsovie, Louis Markous préfère le dessin aux études de droit : il part en 1901 étudier la peinture à l'Académie des beaux-arts de Cracovie, où la vie artistique est très ouverte à la culture française. Puis il vient s'installer à Paris en 1903, où il fréquente quelques mois l'académie Julian […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcoussis/#i_12221

MERIAN L'ANCIEN MATTHÄUS (1593-1650)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 292 mots

Graveur suisse, spécialisé dans les paysages et les vues topographiques, Matthäus Merian l'Ancien est né à Bâle le 22 septembre 1593, d'une famille d'orfèvres. Il travailla dans plusieurs villes : Francfort, Nancy, Paris, puis à nouveau Bâle, Augsbourg et Stuttgart (1616), Francfort (1617). Lors de son séjour à Paris, vers 1613-1615, il grava des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-merian/#i_12221

MERYON CHARLES (1821-1868)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 524 mots

« L'énigme et la solitude de Meryon demeurent intactes », a pu dire Henri Focillon. En effet, avec son court recueil des Eaux-Fortes sur Paris, Meryon s'est installé d'un seul coup parmi « les maîtres de l'estampe », aux côtés de Dürer, de Rembrandt, de Goya, sans que l'on puisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-meryon/#i_12221

MILLET JEAN-FRANÇOIS (1814-1875)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 968 mots
  •  • 2 médias

La peinture de Millet, longtemps très populaire, a été appréciée en vertu de critères d'ordre social ou moral, mais rarement en tant qu'œuvre plastique : c'est ce qu'a justement entrepris la critique récente. Par ses origines, comme par l'univers de toute son œuvre, Millet fait figure de personnalité à part, généralement estimée pour ses qualités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-millet/#i_12221

MORIN JEAN (1610 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 521 mots

Parmi les artistes qui illustrèrent la gravure française au xviie siècle, il en est peu qui soient autant appréciés des amateurs d'estampes que Jean Morin et dont l'existence soit aussi obscure. On ne connaît avec certitude que la date de son décès, à Paris, au mois de juin 1650 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-morin/#i_12221

NANTEUIL CÉLESTIN (1813-1873)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 393 mots

À dix-neuf ans, Célestin Nanteuil atteint en même temps la célébrité et sans doute le sommet de son talent. Ce « jeune homme moyen âge », selon l'expression de Théophile Gautier, s'impose dans ses eaux-fortes et ses lithographies comme l'interprète idéal des romantiques, de Victor Hugo à Alexandre Dumas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-nanteuil/#i_12221

PIRANÈSE (1720-1778)

  • Écrit par 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 2 196 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La jeunesse »  : […] résonance poétique et dramatique des paysages architecturaux de Piranèse, sa science de l'eau-forte qui varie à l'infini les effets des blancs et des noirs (le trait continu est banni au profit des hachures dont le sens est toujours diversifié ; le vernis dur qui empêchera l'action de l'acide et ménagera les blancs de la gravure est posé après coup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piranese/#i_12221

POINTE-SÈCHE

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 608 mots

Outil dont se servent les artistes pour graver une plaque de métal ; par extension, le terme désigne le procédé qui découle de l'utilisation de la pointe ou même l'épreuve imprimée qui en résulte. Les premiers graveurs en taille douce utilisaient un burin, qui demeura l'instrument de prédilection de la gravure classique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pointe-seche/#i_12221

REMBRANDT (1606-1669)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 6 465 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Motifs, styles et techniques : un expérimentateur infatigable »  : […] 1666, l'abbé-collectionneur Michel de Marolles vend à Louis XIV ses deux cent vingt-quatre eaux-fortes de Rembrandt, qu'il venait de recenser dans un ouvrage, et, en 1751, c'est le marchand parisien Gersaint qui en fournit aux amateurs un catalogue critique. De 1626 à 1660 environ, Rembrandt a produit quelque deux cent quatre-vingt-dix estampes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rembrandt/#i_12221

RICCI MARCO (1676-1729)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 250 mots

Parallèlement aux « védutistes » du xviiie siècle, Marco Ricci, neveu de Sebastiano, donne son autonomie au paysage vénitien. Il trouve une source d'inspiration à Venise, dans l'œuvre de Titien et dans les gravures de Campagnola, mais surtout hors de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-ricci/#i_12221

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 149 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les arts graphiques et le livre illustré »  : […] et exaltent l'auteur des Prisons, l'exemple initiateur de Goya sont à l'origine d'un renouveau de l'eau-forte. Autour des aquafortistes des années trente à cinquante (Célestin Nanteuil, 1813-1873 ; Paul Huet ; Rodolphe Bresdin, 1822-1885) se cristallise une vision en clair-obscur qui va se poursuivre à travers le xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_12221

SAINT-AUBIN GABRIEL DE, dit L'AÎNÉ (1724-1780)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 677 mots

« Un Monsieur de Saint-Aubin vient de mourir : c'était le plus fécond dessinateur qu'on ait peut-être jamais vu. On ne le rencontrait que le crayon à la main », écrivait un mémorialiste le 13 février 1780. Gabriel de Saint-Aubin, fils d'un brodeur du roi et le plus connu de quinze enfants, tous plus ou moins doués pour le dessin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-de-saint-aubin/#i_12221

SEGHERS HERCULES (1590 env.-env. 1638)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 451 mots

Dans l'art hollandais du xviie siècle, la place d'Hercules Seghers, paysagiste visionnaire, est désormais aux côtés de Vermeer ou de Rembrandt. Son œuvre, une quinzaine de tableaux identifiés et de rares et singulières gravures, est empreint de mystère, tout comme sa vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hercules-seghers/#i_12221

WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 210 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les années françaises (1855-1859) »  : […] remarqué par Courbet. D'autre part, sur les conseils et avec les encouragements de son beau-frère, le graveur Francis Seymour Haden, il publie la même année chez l'imprimeur Auguste Delâtre une suite de douze eaux-fortes, scènes de genre et paysages, le French Set ou Suite française, s'intégrant ainsi naturellement au renouveau de l'eau-forte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-abbott-whistler/#i_12221


Affichage 

Au bord de la rivière, John Crome

photographie

Au bord de la rivière, John Crome (1768-1821), eau-forte Central Saint Martins College of Art and Design, Londres 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Incendie de Londres, septembre 1666

photographie

L'incendie qui ravagea Londres du 2 au 6 septembre 1666 eut notamment pour effet de susciter la création des premières assurances incendie Eau-forte de Jan Luyken (1649-1712) tirée de H Ludolff, «Historische Schaubühne», Francfort, 1718 

Crédits : AKG

Afficher

La Fuite en Égypte, Rembrandt

photographie

La Fuite en Égypte, Rembrandt, 1654 Eau-forte Don Walter Hussey Pallant House Chichester, Grande-Bretagne 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le sommeil de la raison engendre les monstres

photographie

Le sommeil de la raison engendre les monstres, planche 43 des Caprices de Goya, 1799 Eau-forte et lavis à l'aquatinte Collection particulière 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

Les Désastres de la guerre, F. Goya

photographie

Cycle d'eaux-fortes réalisé par Francisco de Goya de 1810 à 1815 Ici, l'estampe no 36, intitulée « Tampoco », 15,5 cm × 20,6 cm Le titre original du cycle des Désastres de la guerre était « Conséquences fatales de la guerre sanglante menée en Espagne contre Bonaparte et autres caprices... 

Crédits : Collection Dagli Orti/ Musée des Arts Décoratifs Paris/ Picture Desk

Afficher

Au bord de la rivière, John Crome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Incendie de Londres, septembre 1666
Crédits : AKG

photographie

La Fuite en Égypte, Rembrandt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le sommeil de la raison engendre les monstres
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Les Désastres de la guerre, F. Goya
Crédits : Collection Dagli Orti/ Musée des Arts Décoratifs Paris/ Picture Desk

photographie