EAU, écophysiologie

ABSORPTION VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Jean-Pierre RONA
  •  • 4 470 mots
  •  • 6 médias

Les plantes, pour la plupart, tirent du sol l'eau et les sels minéraux qui leur sont nécessaires. Les racines – qui forment l'appareil radiculaire – et les poils absorbants localisés sur les plus jeunes d'entre elles, jouent pour cela un rôle essentiel. En effet, elles absorbent les éléments minéraux sous forme d'ions, soit à partir de la solution du sol, qu'ils soient libres ou piégés dans des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absorption-vegetale/#i_1929

AQUACULTURE

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 11 428 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques et contraintes biologiques »  : […] Par rapport aux organismes terrestres, les organismes aquatiques vivent en permanence dans un milieu de densité à peu près égale à celle de leur corps. Il en résulte une réduction des structures squelettiques de soutien, une économie de l'énergie nécessaire au maintien de l'équilibre et aux déplacements, et, enfin, un rapport plus élevé entre tissus musculaires et tissus osseux. Les animaux qui s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aquaculture/#i_1929

AQUAPORINES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Les aquaporines sont des protéines qui favorisent le passage des molécules d'eau à travers les membranes cellulaires, réalisant une ingénieuse hydraulique au service des organismes. Un petit sac, au contenu immuable, baignant dans une eau minérale, de composition plus ou moins variable : cela décrit toute cellule, animale ou végétale. Mais certaines cellules sont gorgées d'eau de par leur fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aquaporines/#i_1929

CLOPORTE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 591 mots

Crustacé de petite taille (2 cm), au corps segmenté et aplati dorso-ventralement, qui s'est adapté à une vie uniquement terrestre. Embranchement : Arthropodes ; sous-embranchement : Antennates ; super-classe : Crustacés ; classe : Malacostracés ; super-ordre : Péracarides ; ordre : Isopodes ; sous-ordre : Oniscoïdes. Les isopodes terrestres ou cloportes appartiennent au sous-ordre des Oniscoïdes q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloporte/#i_1929

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 848 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le problème de l'eau »  : […] La grande sécheresse des zones arides est due non seulement à la rareté des précipitations, mais aussi à une forte évaporation, ayant pour conséquence une diminution de la quantité d'eau dans les tissus vivants. Si tout animal peut survivre un certain temps au manque de nourriture solide, la privation d'eau, sous une forme ou sous une autre, qui produit une perte de poids relativement faible, l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deserts/#i_1929

DÉSHYDRATATION, médecine

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 398 mots

On distingue trois grands types de déshydratation. La déshydratation globale , où la perte en eau et en sodium est proportionnelle, provoquée souvent par des pertes d'origine digestive : diarrhées, vomissements, fistules. Dans ce type de déshydratation, la natrémie est souvent peu modifiée. La déshydratation extracellulaire , où la perte en sodium a ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deshydratation-medecine/#i_1929

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Influences édaphiques »  : […] L' action du sol s'exerce à l'échelon local, parfois régional et joue un grand rôle dans la productivité forestière : la vitesse de croissance, la résistance aux maladies, la présence même d'une espèce donnée, sous un climat donné, en dépendent (tabl. 2 et 3 ). La teneur en eau est un facteur important ; il existe généralement une végétation particulièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_1929

HOMÉOSTASIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET
  •  • 4 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Homéostasie du milieu intérieur »  : […] Dans l'organisme, l' eau est répartie dans deux grands compartiments, de volume et de constitution différents, séparés par les barrières cellulaires : l'un est intracellulaire ; l'autre est extracellulaire (interstitiel et vasculaire). Le compartiment extracellulaire, appelé milieu intérieur par Claude Bernard, comprend le sang et la lymphe, et fournit aux 100 000 milliards […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeostasie/#i_1929

KALAHARI

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN, 
  • GEORGE BERTRAND SILBERBAUER
  •  • 3 524 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Hydrographie »  : […] Dans le sud et le centre du Kalahari, les eaux superficielles sont limitées à de petits points d'eau très dispersés, et les cours d'eau superficiels sont pratiquement inexistants. La quasi-totalité des eaux de pluie s'infiltre immédiatement dans le sable. Une partie est absorbée par les roches sous-jacentes. Une autre partie remonte à la surface par capillarité et s'évapore. Une dernière partie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalahari/#i_1929

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau »  : […] Solvant universel de la biosphère, indispensable à toute réaction biochimique, l'eau constitue à la fois le milieu environnant des organismes aquatiques et le milieu intérieur de tous les organismes aquatiques ou terrestres. Les cellules vivantes sont en effet constituées de solutions, suspensions et émulsions aqueuses, dans lesquelles les proportions pondérales en eau vont de 70 p. 100 (tissus t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-ecologie/#i_1929

PERMÉABILITÉ SÉLECTIVE

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 898 mots

Les membranes biologiques ne laissent passer que certaines molécules ou ions, et pas à la même vitesse. Cette perméabilité sélective est la résultante d'une perméabilité passive différentielle, qui limite plus ou moins la traversée des particules mues par les forces osmotiques et électrostatiques, et d'une perméabilité biologique ou perméation, qui assure les transports actifs par des mécanismes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/permeabilite-selective/#i_1929

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Réserves hydriques »  : […] Un type particulier de réserves se rencontre parmi les plantes adaptées aux régions arides et semi-arides qui accumulent d'abondantes quantités d' eau, qu'elles emploieront durant les périodes de sécheresse. Selon leur morphologie et leur physiologie, plusieurs catégories de plantes peuvent être distinguées : – Les arbres-bouteilles , dont le tronc épaissi est surmonté le plus souvent d'une malin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reserves-physiologiques-reserves-vegetales/#i_1929

TELLURIQUE MILIEU

  • Écrit par 
  • Roger DAJOZ
  •  • 4 881 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le sol, milieu physique »  : […] Les particularités abiotiques du sol les plus importantes sont sa température, son hydratation, son pH, son chimisme, sa texture et sa structure. En profondeur, les variations de température sont très atténuées par rapport à celles de l'air et surtout par rapport à celles de la surface. À partir d'une certaine profondeur, variable suivant les sols, la température reste à peu près constante. Chaqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/#i_1929

TOURBIÈRES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 3 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les conditions »  : […] La formation de tourbe nécessite deux bilans excédentaires : celui de la matière organique, dont la production doit l'emporter sur la décomposition ; celui de l'eau, le sol, malgré l'évapotranspiration, devant rester engorgé. L'eau est en fait le facteur essentiel : elle permet la vie des hygrophytes turfigènes ; sa stagnation rend le milieu asphyxiant, d'où un effet sélectif sur les micro-organi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tourbieres/#i_1929

VIE ANIMALE DANS L'AIR ET DANS L'EAU

  • Écrit par 
  • Pierre DEJOURS
  •  • 3 754 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Économie de l'eau et excrétion »  : […] Les animaux aquatiques semblent disposer de toute l'eau dont ils peuvent avoir besoin. Toutefois, cette abondance d'eau peut n'être qu'apparente, car la composition de l'eau ambiante, qu'elle soit douce, ou bien très salée comme l'eau de mer, diffère souvent beaucoup de la composition du milieu intérieur des animaux : sang, hémolymphe, liquide interstitiel, liquide cœlomique. Aussi, l'organisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-vie-dans-l-eau-et-dans-l-air/#i_1929


Affichage 

Réserves en eau

tableau

Exemples de réserve en eau des sols 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Rôle comme réservoir d'eau

dessin

Représentation schématique du rôle du sol comme réservoir d'eau (d'après R Gras et S Trocmé) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Réserves en eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Rôle comme réservoir d'eau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin