EAUDessalement de l'eau de mer

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le problème thermodynamique

Le dessalement peut s'appliquer soit à des eaux provenant des océans et des mers, soit à des eaux saumâtres (eaux de nappes ou de lagunes). La salinité des océans et des mers ouvertes varie légèrement autour d'une composition moyenne (tabl. 1). Les mers fermées ont une salinité plus faible ou plus élevée suivant l'intensité de l'évaporation et la nature des eaux de rivières qui s'y jettent (tabl. 2) . Des compositions typiques de quelques eaux de nappes saumâtres figurent au tableau 3.

Eau de mer : composition

Eau de mer : composition

Tableau

Composition moyenne de l'eau de mer. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mers fermées : salinité

Mers fermées : salinité

Tableau

Salinité globale de mers fermées. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Eaux de nappes salées : composition chimique

Eaux de nappes salées : composition chimique

Tableau

Composition chimique d'eaux de nappes salées exprimée en mg/l. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dessaler l'eau conduit à fractionner une quantité initiale d'eau salée, en deux parties, l'une dépourvue de sel, l'autre plus salée. Une certaine dépense minimale d'énergie théorique sera nécessaire alors pour effectuer ce fractionnement en fonction du pourcentage d'eau pure produite ; ramené au mètre cube d'eau pure, ce travail minimal est donné par le tableau 4 pour deux cas, celui d'une eau titrant 35 kilogrammes par mètre cube de chlorure de sodium (assimilée à l'eau de mer) et celui d'une eau saumâtre titrant 5 kilogrammes par mètre cube de chlorure de sodium.

Énergie nécessaire au dessalement

Énergie nécessaire au dessalement

Tableau

Énergie minimale nécessaire au dessalement. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans la pratique, qui est loin des rendements thermodynamiques parfaits, quel que soit le processus utilisé, le dessalement de l'eau de mer (35 kg de sel par mètre cube) demandera une quantité importante d'énergie. Dans la réalité industrielle, elle est de l'ordre de 11 à 16 kilowattheures par mètre cube d'eau douce produit (un peu moins dans certains procédés à membranes où une partie de l'énergie est récupérée au prix d'une sophistication plus poussée et d'un investissement plus élevé). Ce seul besoin d'énergie est de 75 à 100 fois plus élevé que celui qui est nécessaire pour élever 1 mètre cube d'eau naturellement douce aux 50 mètres de pression d'eau assurés dans une distribution publique. Le dessalement est donc lié à la disponibilité d'une énergie abondante et d'un coût peu élevé ou, plus exactement, d'un coût acceptable dans la conjoncture locale. On comprend pourquoi les possibilités d'application du dessalement son [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Médias de l’article

Eau de mer : composition

Eau de mer : composition
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Mers fermées : salinité

Mers fermées : salinité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Eaux de nappes salées : composition chimique

Eaux de nappes salées : composition chimique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Énergie nécessaire au dessalement

Énergie nécessaire au dessalement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 11 médias de l'article





Écrit par :

  • : ingénieur-conseil, président d'honneur de la Société d'études des techniques de l'urbanisme et de l'environnement
  • : docteur ès sciences, professeur des Universités, directeur du laboratoire de chimie de l'eau et de l'environnement (U.M.R. 6008, C.N.R.S.), École supérieure d'ingénieurs de Poitiers (université de Poitiers)

Classification


Autres références

«  EAU  » est également traité dans :

EAU - Les défis de l'eau

  • Écrit par 
  • Ghislain de MARSILY
  •  • 7 679 mots
  •  • 8 médias

Allons-nous manquer d'eau au xxie siècle ? Cette question revient périodiquement dans la presse et les médias, la plupart du temps sans réponse satisfaisante. Par ailleurs, les problèmes de l'eau défrayent bien souvent la chronique, qu'il s'agisse de qualité de l'eau potable, de dégradation d'écosystèmes aqu […] Lire la suite

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 256 mots
  •  • 4 médias

Composé chimique de formule H2O, l'eau se rencontre à la surface du globe, sous les trois états de la matière. Bien connue sous la forme de glace ou de neige, l'eau solide est également présente dans d'innombrables minéraux, les hydrates naturels. Les eaux naturelles sont des mélanges, le dioxyde d' […] Lire la suite

EAU - Approvisionnement et traitement

  • Écrit par 
  • Georges BREBION, 
  • Cyrille GOMELLA, 
  • Bernard LEGUBE
  •  • 10 031 mots
  •  • 5 médias

L'approvisionnement en eau d'un particulier ou d'une collectivité implique au préalable la découverte d'une ressource en eau de qualité, son captage, son transport, son traitement (même pour les eaux de qualité) et sa distribution collective et individuelle (réseau public, plomberie domestique), avant sa consommation au sens large du terme.Il y a lieu de remarquer que l'eau, quel que soit son usag […] Lire la suite

EAU (notions de base)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 6 212 mots
  •  • 5 médias

De toutes les planètes du système solaire, la Terre est la seule à être pourvue d'une hydrosphère. Celle-ci recouvre plus des deux tiers de sa surface. Les propriétés de l'eau sont tout à fait exceptionnelles : condition de la vie, solvant quasi universel, vecteur de chaleur, puissant régulateur thermique, etc. La disponibilité en eau est l'une des clés de […] Lire la suite

EAU DU MANTEAU TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 2 658 mots
  •  • 3 médias

On qualifie souvent la Terre de « planète bleue » parce que l'eau des océans recouvre plus des deux tiers de sa surface. Les géologues spécialistes de l'intérieur de la Terre pourraient la qualifier plutôt de « planète verte », car le manteau – enveloppe la plus importante de la planète qui s'étend de la base de la croûte jusqu'à la surface du noyau métallique à 2 900 kilomètres de profondeur – es […] Lire la suite

EAU TERRESTRE (ORIGINE DE L')

  • Écrit par 
  • Francis ALBARÈDE, 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 117 mots
  •  • 5 médias

La Terre, troisième planète du système solaire, est un corps tellurique aujourd'hui couvert d'eau (H2O) liquide sur plus de 70 p. 100 de sa surface. Outre cette eau océanique, notre planète se caractérise également par la présence de glace et de vapeur d'eau à l'air libre : l'eau est donc présente sous ses trois états en surface. Par ailleurs, l'émergence de l […] Lire la suite

ABSORPTION VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Jean-Pierre RONA
  •  • 4 470 mots
  •  • 6 médias

Les plantes, pour la plupart, tirent du sol l'eau et les sels minéraux qui leur sont nécessaires. Les racines – qui forment l'appareil radiculaire – et les poils absorbants localisés sur les plus jeunes d'entre elles, jouent pour cela un rôle essentiel. En effet, elles absorbent les éléments minéraux sous forme d'ions, soit à partir de la solution du sol, qu'ils soient libres ou piégés dans des […] Lire la suite

AGENCE FRANÇAISE POUR LA BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Denis COUVET
  •  • 1 548 mots
  •  • 1 média

La création de l’Agence française pour la biodiversité (A.F.B.), promise dès 2012 par le gouvernement, a été votée en première lecture par l’Assemblée nationale le 18 mars 2015. Instrument d’une politique générale et ambitieuse de la biodiversité, elle a comme objectifs la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité et de l’eau ainsi que le développement des ressources, des usa […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La faiblesse des ressources en eau et les politiques hydrauliques  »  : […] L'Algérie est un pays aux ressources en eau très limitées, une situation qui est aggravée par la faiblesse des précipitations, l'insuffisante mobilisation de cette ressource et la forte concurrence entre les différentes consommations (domestique, industrielle et agricole). La soixantaine de barrages algériens existants, qui ont un taux moyen de remplissage de 66 p. 100, permet une réserve d'eau de […] Lire la suite

AQUAPORINES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Les aquaporines sont des protéines qui favorisent le passage des molécules d'eau à travers les membranes cellulaires, réalisant une ingénieuse hydraulique au service des organismes. Un petit sac, au contenu immuable, baignant dans une eau minérale, de composition plus ou moins variable : cela décrit toute cellule, animale ou végétale. Mais certaines cellules sont gorgées d'eau de par leur fonctio […] Lire la suite

ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Dominique GAUZIN-MÜLLER
  •  • 5 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maîtrise du cycle de l'eau »  : […] La démarche environnementale englobe aussi le confort acoustique, le confort visuel, avec l'éclairage naturel et artificiel, la gestion des déchets et la maîtrise du cycle de l'eau. La préservation de cette ressource vitale demande de réserver l'eau potable aux emplois où elle est indispensable et de choisir des équipements économes pour robinets et chasses d'eau. Il est aussi conseillé de récupé […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu de l'eau et des hydrocarbures »  : […] Au-delà des clivages ethniques ou religieux, l'appropriation des ressources constitue encore un enjeu socio-spatial et écologique considérable. La question de l'eau – eau potable, irrigation, prévention des inondations – occupe une place centrale dans le quotidien des populations asiatiques comme dans les politiques des États, tant au sein des espaces désertiques, arides et semi-arides du Moyen-O […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La mobilisation des eaux et la question alimentaire »  : […] La quête de l'eau et sa maîtrise sont des impératifs absolus dans cette région où se juxtaposent à la fois des montagnes relativement arrosées grâce aux dépressions cycloniques d'hiver qui parviennent jusqu'en Méditerranée orientale et des déserts qui occupent plus de la moitié de l'espace. Les ressources hydrauliques annuelles renouvelables sont estimées à 520 km 3 , ce qui autorise une dotation […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 814 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Masse  »  : […] La pression atmosphérique est définie comme l’intensité des forces qu'exerce l’atmosphère par unité de surface. En absence de vent, elle représente l’intensité du poids  P (produit de la masse  m  par l'accélération de la pesanteur  g , soit P  =  m   ×  g ) de la colonne d’air qui se trouve au-dessus d’une surface horizontale d’aire unité (1 m²). Ainsi, la pression atmosphérique moyenne mesurée a […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Chimie

  • Écrit par 
  • Marcel NICOLET
  •  • 3 572 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Action des constituants minoritaires »  : […] Des études expérimentales montrent que l'ozone peut être réduit par l'action d'un cycle catalytique du type suivant : X désigne un atome ou une molécule comme l'hydrogène, le monoxyde d'azote ou des radicaux hydroxyle ou perhydroxyle, ou même des atomes halogénés. Ainsi, à la réaction (5) de reformation de O 2 s'ajoute l'action des réactions de l'ensemble catalytique (6). En d'autres termes, les […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 715 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Sursaturation et surfusion dans les changements d’état de l’eau »  : […] La situation est toutefois légèrement différente lorsqu’on est initialement en présence d’une seule phase de l’eau et que les molécules en quête de changement d’état ne trouvent aucune organisation préexistante de cette autre phase. Les transformations ne sont alors plus symétriques car si les molécules ont tendance à passer facilement vers des états plus désordonnés, elles ont beaucoup de mal à […] Lire la suite

BARRAGES

  • Écrit par 
  • Claude BESSIÈRE, 
  • Pierre LONDE
  •  • 15 785 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Barrages et développement durable »  : […] La durée d'utilisation des grands ouvrages est généralement très supérieure à un siècle (en Chine, dans le Sichuan, le système d'irrigation de Dujianyang, construit il y a 2 000 ans, est toujours opérationnel dans de bonnes conditions). Les coûts d'investissement sont généralement amortis en une trentaine d'années, et les coûts d'exploitation et d'entretien sont faibles. On peut donc s'attendre à […] Lire la suite

BIODÉPOLLUTION

  • Écrit par 
  • Sylvain CHAILLOU, 
  • Jérôme COMBRISSON
  •  • 2 986 mots

Dans le chapitre « La biodépollution de l'eau »  : […] La pollution de l'eau, qu'elle concerne les eaux superficielles (rivières, plans d'eau) et/ou les eaux souterraines, a pour origine principale l'activité humaine (industries, agriculture, décharges...). Elle se manifeste principalement, dans les eaux de surface, par une diminution de la teneur en oxygène dissous, l'augmentation de la charge organique totale associée à la présence de produits toxiq […] Lire la suite

BROUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 266 mots
  •  • 3 médias

Le brouillard est une suspension de très petites gouttelettes d’eau recouvrant les paysages sous la forme d’un voile, le plus souvent blanchâtre, qui réduit fortement la visibilité. Il tend à être grisâtre lorsqu’il est peu dense, et à prendre une faible coloration lorsqu’il est associé à des particules de poussière ou de fumée. Son épaisseur verticale est comprise entre quelques mètres et plusie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-12 décembre 2007 • Libye - France • Visite controversée de Muammar Kadhafi en France.

Kadhafi signe à Paris de nombreux contrats, pour un montant d'une dizaine de milliards d'euros, dont un mémorandum sur la « fourniture d'un ou plusieurs réacteurs nucléaires pour le dessalement de l'eau de mer » – Tripoli a renoncé à son programme nucléaire militaire en 2003. Le 11, dans un entretien [...] Lire la suite

16-31 janvier 1991 • Guerre du Golfe • Début de l'opération Tempête du désert.

, Américains et Irakiens se rejettent la responsabilité d'avoir provoqué une marée noire dans le Golfe à partir des installations pétrolières koweïtiennes d'Al Ahmadi et du terminal de Sea Island. Celle-ci pourrait menacer les usines de dessalement de l'eau de mer de certains pays riverains et gêner [...] Lire la suite

10-24 avril 1983 • Iran - Irak • Marée noire dans le Golfe et poursuite des combats

par jour. Ces fuites, dues à des attaques aériennes irakiennes, ont fait naître une gigantesque nappe de pétrole qui menace les côtes de l'Arabie Saoudite et des émirats de Bahrein et de Qatar, mais aussi leur approvisionnement en eau potable, fournie par des usines de dessalement d'eau de mer [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Cyrille GOMELLA, Bernard LEGUBE, « EAU - Dessalement de l'eau de mer », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-dessalement-de-l-eau-de-mer/