DU FU [TOU FOU] (712-770)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Errances et malchances

Du Fu est issu d'une famille, modeste mais de lignage ancien, de petits fonctionnaires à budget limité ; il est le petit-fils d'un poète mineur, Du Shenyan. Très tôt, il montra un réel talent poétique, mais il semble que, comme beaucoup de ses contemporains, il n'ait voulu l'exploiter que pour obtenir un emploi du gouvernement. Il garda sa vie durant l'impression d'être un homme d'État manqué ; cependant, rien ne donne à penser qu'il ait eu des aptitudes quelconques pour la politique ou l'administration, et ses échecs répétés dans la carrière qu'il ambitionnait sont providentiels du point de vue de la littérature chinoise.

De sa vingtième à sa trentième année, Du Fu entreprend des voyages d'agrément et d'intérêt culturel dans l'est de la Chine, ponctués par l'échec à un examen pour un poste d'État passé à la capitale, Chang'an, en 736. Au cours de ses pérégrinations, il fit la connaissance de Li Bo, qui resta son ami tout au long de sa vie. En 746, à trente-quatre ans, il essaie encore de passer un examen d'État. Cette fois, tous les candidats sont refusés par le dictateur Li Linfu, qui détestait les intellectuels.

La même année, Du Fu s'installe dans la capitale. Il essaye à de nombreuses reprises d'obtenir un patronage pour ses écrits, car c'était, en dehors des examens, le moyen d'entrer dans une carrière officielle. Lorsque, en 755, à l'âge de quarante-trois ans, il obtint enfin un petit poste, il était réduit à un tel état de pauvreté qu'un de ses enfants était mort de faim. À la fin de la même année, ce fut la révolte de An Lushan, cette féroce guerre civile qui mit un terme à l'âge d'or du règne de Xuanzong, dévasta la Chine du Nord et ravagea la vie de Du Fu et de ses contemporains. Du Fu était absent de Chang'an lorsque la capitale tomba aux mains de l'armée rebelle en juin 756, mais il fut fait prisonnier tandis qu'il se rendait au centre de la résistance loyaliste au Gansu. Certains de ses poèmes écrits durant cette période décrivent de façon poignante la vie dans une ville occupée par l'ennemi.

En mai 757, Du Fu s'évade de Chang'an et fuit vers Fengxiang, où le nouvel empereur Suzong a établi sa cour ; il se présente devant lui, dit-il, en sandales de paille et les manches trouées au coude. On lui accorda un poste à la chancellerie impériale en récompense de sa loyauté, et on croit qu'il se trouvait dans l'entourage de l'empereur quand celui-ci fit son entrée triomphale à Chang'an, reconquise à la fin de l'année.

Pendant son bref passage à la chancellerie de Chang'an, Du Fu compta parmi ses collègues plusieurs poètes célèbres et fit la connaissance de nombreux fonctionnaires qui lui furent utiles par la suite, au cours de ses années de voyage dans l'Ouest et le Sud. Après moins d'un an au palais, il fut muté dans un poste de province, à Huazhou en raison, semble-t-il, d'une indiscrétion. De cette époque datent les célèbres poèmes Trois Officiers et Trois Adieux, écrits pendant qu'il revenait d'une mission à Luoyang : témoin des ravages exercés par la guerre civile, il y décrit les souffrances endurées par le petit peuple.

Au début de l'automne de 759, Du Fu renonce à son poste et s'en va avec sa famille, apparemment (ses motifs ne sont pas très clairs) pour trouver un endroit plus paisible et plus favorable à l'épanouissement de son talent. Après avoir cherché en vain et à plusieurs reprises un havre qui lui plaise, il finit par s'établir à Chengdu dans le Sud-Ouest et, plus tard, à Kuizhou, près des gorges du Yangzi (fleuve Bleu). Chaque fois, il essaye d'allier la vie de gentilhomme campagnard à celle d'écrivain – avec un succès relatif, car il était obligé de compter, en grande partie, sur l'aide financière des autorités locales. Certains de ses poèmes, adressés à ses amis, sont de véritables suppliques.

En 768, Du Fu fit une randonnée de plusieurs centaines de kilomètres le long du fleuve Bleu, première étape d'un voyage projeté dans le Nord (et qui ne fut jamais achevé) pour retrouver les amis et les relations dont il était séparé depuis si longtemps. Il mourut deux ans plus tard, au cours d'un voyage où il lui arriva de rester cinq jours sans nourriture, ne pouvant accoster à cause d'une crue. Une tradition prétend qu'il mourut d'avoir mangé immodérément après ce jeûne prolongé. En fait, il était malade depuis de longues années.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université d'Oxford (Royaume-Uni)

Classification

Autres références

«  DU FU [ TOU FOU ] (712-770)  » est également traité dans :

HAN GAN [HAN KAN] (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 550 mots

Dans le chapitre « « Blanc-qui-illumine-la-nuit » et « Palefrenier menant deux chevaux » »  : […] Han Gan étant considéré comme le plus grand maître du genre, depuis des siècles les faussaires ont pris l'habitude d'ajouter sa signature sur toutes les peintures de chevaux qui présentent une apparence d'ancienneté. Alors que ces impudentes falsifications se comptent par milliers, il ne reste guère de témoins sérieux pour étayer la connaissance de son art. Les catalogues Tang et Song ont conservé […] Lire la suite

LI BO [LI PO] (701 env.-env. 762)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 2 089 mots

Dans le chapitre « Le génie de Li Bo »  : […] Après la mort de Li Bo, deux de ses amis, Wei Hao et Li Yangbing, publièrent séparément les poèmes qu'il leur avait confiés, ou qu'ils avaient pu recueillir, en deux collections aujourd'hui perdues, mais dont dérivent les éditions ultérieures. Les œuvres complètes de Li Bo comptent un millier de poèmes, dont près des trois quarts sont écrits en vers pentasyllabiques, et le reste en vers heptasyll […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

David HAWKES, « DU FU [TOU FOU] (712-770) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/du-fu-tou-fou/