DRUIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le témoignage des textes

Dans sa description de la société gauloise du ier siècle avant J.-C., César (De bello gallico, VI, 13) distingue les druides des equites (« chevaliers ») et de la plebs : « Dans toute la Gaule deux classes d'hommes comptent et sont honorées, car le peuple [...] n'ose plus rien par lui-même et il n'est consulté sur rien [...] l'une est celle des druides, l'autre est celle des chevaliers. Les premiers veillent aux choses divines, s'occupent des sacrifices publics et privés, règlent toutes les choses de la religion. Un grand nombre de jeunes gens viennent s'instruire chez eux, et ils bénéficient d'une grande considération [...]. À tous ces druides commande un chef unique, lequel exerce parmi eux l'autorité suprême [...]. À une certaine époque de l'année, ils se réunissent en un lieu consacré du pays des Carnutes que l'on tient pour le centre de la Gaule. Là, viennent de toutes parts tous ceux qui ont des contestations et ils se soumettent à leurs avis et à leurs jugements. Leur doctrine a été élaborée en Bretagne, et de là, pense-t-on, en Gaule, et aujourd'hui encore la plupart de ceux qui veulent mieux connaître cette doctrine partent là-bas pour l'apprendre [...], beaucoup viennent de leur propre chef se confier à leur enseignement et beaucoup sont envoyés par leurs parents et leurs proches. On dit qu'ils apprennent là par cœur un très grand nombre de vers : certains restent donc vingt ans à leur école. Ils sont d'avis que la religion interdit de confier cela à l'écriture [...]. Ce dont ils cherchent surtout à persuader, c'est que les âmes ne périssent pas. »

La tripartition fonctionnelle de la société gauloise, très clairement décrite par César, correspond à celle de la société irlandaise médiévale : tandis qu'en Gaule la première fonction (sacerdotale), la deuxième (guerrière) et la troisième (artisanale et productrice) sont représentées respectivement par les druides, les equites et la plebs, elles le sont en Irlande par l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DRUIDES  » est également traité dans :

BARDE

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 496 mots

Suivant l'étymologie, barde signifie « qui pose, qui établit la louange ». Et telle est bien la fonction du barde dans l'Antiquité celtique. Mais le droit ou le devoir de dispenser la louange implique aussi la possibilité contraire, celle du blâme. La meilleure définition antique nous est offerte par les écrivains grecs Diodore de Sicile et Strabon, qui parlent, au i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barde/#i_17083

CELTES

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H, 
  • Pierre-Yves LAMBERT, 
  • Stéphane VERGER
  •  • 15 892 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles formes de culte »  : […] C'est dans le domaine des cultes qu'interviennent les transformations les plus importantes. On ne connaît guère de véritables sanctuaires avant le iv e  siècle pour l'Âge du fer transalpin : depuis l'Âge du bronze, on effectuait des offrandes votives dans des lieux naturels particuliers, comme les marais, les grottes et les sources, mais aucun amé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celtes/#i_17083

DAGDA

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 464 mots

Le dieu celtique Dagda porte quatre noms ou surnoms dans la mythologie irlandaise : Dagda (« dieu bon »), Eochaid ( ivo-katu-s , « qu i combat par l'if », par allusion aux usages magiques de ce bois), Ollathir (« père puissant ») et Ruadh Rofhessa ( « rouge de la grande science »). Il correspond au Jupiter gaulois défini par César. Il forme couple avec Ogme (gaulois Ogmios), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dagda/#i_17083

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La société gauloise »  : […] La société gauloise comprend trois classes : les chevaliers, les plébéiens, les druides. La classe des chevaliers remonte au premier âge du fer. À l'époque de César, les membres de cette aristocratie possédaient de grandes propriétés terriennes et étendaient leur suzeraineté sur les bourgades fortifiées ou oppida. Ils avaient un rôle prépondérant dans la politique, dominant e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_17083

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 174 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Irlande gaële »  : […] La nomenclature fantaisiste des envahisseurs d'Érin que nous ont transmises les vieilles légendes celtes et chrétiennes suppléent les zones d'ombre dont l'historien, en l'état actuel des sciences, est contraint de s'accommoder. Tout au plus est-il permis de poser quelques jalons. La découverte d'ossements humains dans une grotte du comté de Waterford semble attester que l'homme fit son apparition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irlande/#i_17083

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une cosmologie mal connue »  : […] César est aussi une source capitale sur le rôle des druides. Ils n'étaient pas seulement prêtres : ils étaient aussi chargés de la justice et de l'enseignement. Ils formaient une hiérarchie développée et organisée : un chef unique, une réunion annuelle dans la forêt des Carnutes, une formation très longue. Leur importance sociale est aussi attestée dans l'Irlande ancienne (récits épiques, vies de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_17083

SACERDOCE

  • Écrit par 
  • Mariasusai DHAVAMONY, 
  • Universalis
  •  • 5 872 mots

Dans le chapitre « La religion celtique »  : […] Les Celtes avaient pour prêtres privilégiés les druides (« ceux qui connaissent en profondeur »). Ceux-ci n'accédaient pas à la charge sacerdotale par voie héréditaire, mais seulement au prix d'une instruction, d'une formation et après un temps de noviciat. Leur principale fonction était d'offrir des sacrifices, et quiconque était par eux exclu de ces derniers se trouvait frappé d'ostracisme soci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacerdoce/#i_17083

Voir aussi

DEVIN    FILID

Pour citer l’article

Christian-Joseph GUYONVARC'H, « DRUIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/druides/