ROMANO-GERMANIQUES DROITS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire des droits romanistes

Les universités ont pris pour base de leur enseignement à travers les siècles, pour ce qui concerne le droit romain, des compilations effectuées au vie siècle de notre ère sur l'ordre de l'empereur Justinien. Ces compilations, appelées depuis le xvie siècle Corpus juris civilis, comportent un manuel de droit (les Institutes), un important recueil de citations extraites des œuvres de jurisconsultes plus anciens (le Digeste, appelé aussi Pandectes), des lois impériales (Constitutions) groupées dans un Code (Code de Justinien) et dans une partie complémentaire (les Novelles). Pour ce qui concerne le droit canonique, on a pris en considération une compilation parallèle, le Corpus juris canonici, lequel est constitué d'une part par une œuvre doctrinale du xiie siècle, le Décret de Gratien, et, d'autre part, par diverses collections de décrétales des papes (Décrétales de Grégoire IX, Sexte de Boniface VIII, Extravagantes communes et Extravagantes de Jean XXII).

Le droit enseigné dans les universités s'est profondément transformé, au cours des siècles, par rapport au droit de Justinien. Après une première période, celle des glossateurs, où l'on s'est borné à expliquer et à commenter les textes du Digeste, une deuxième école, celle des postglossateurs, s'est employée dans les universités à moderniser le droit romain ; on a regroupé de façon ordonnée des règles qui étaient présentées dans les compilations romaines sans esprit de système ; on a d'autre part éliminé des règles archaïques et, par différentes techniques, adapté le droit romain aux idées et aux besoins de la société nouvelle. La science du droit a progressé dans les universités, selon une formule célèbre, « par le droit romain, au-delà du droit romain », et c'est un droit tout différent qui, en fait, a été par suite enseigné.

En dehors de toute injonction à eux faite par les souverains, les juges, dans les pays du continent européen, sont venus à tenir un grand compte du droit modèle enseigné par les universités. Les coutumes qu'ils devaient en principe appliquer étaient faites pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Autres références

«  ROMANO-GERMANIQUES DROITS  » est également traité dans :

CASSATION COUR DE

  • Écrit par 
  • Charlotte BÉQUIGNON-LAGARDE, 
  • Universalis
  •  • 2 931 mots

Dans le chapitre « La cassation en droit étranger »  : […] La mission de contrôle dévolue à la juridiction supérieure ne se conçoit que dans les pays de droit écrit, ceux qui constituent la famille romano-germanique (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie). Le cadre de celle-ci déborde d'ailleurs l'Europe. S'y rattachent les pays dont la législation est inspirée des droits européens, tels le Liban, l'Égypte, les pays du Maghreb, Madagascar et les p […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'influence de l'Occident »  : […] À partir de la fin de l'Empire mandchou, l'introduction en Chine du droit occidental a partiellement remis en cause cette conception traditionnelle. Les notions de constitution et de droits subjectifs ( quanli ) s'y répandent, souvent par l'intermédiaire du Japon. Toutefois, les réformateurs et les révolutionnaires chinois voyaient moins dans ces apports le moyen de garantir l'autonomie de l'indiv […] Lire la suite

CODE CIVIL ALLEMAND (Bürgerliches Gesetzbuch)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 604 mots

Le Bürgerliches Gesetzbuch (Code civil allemand), qui entra en vigueur dans l'Empire allemand en 1900, a été appliqué dans la République démocratique allemande jusqu'à l'unification. Ce Code est divisé en cinq parties. La première est générale et définit les concepts relatifs au droit du sujet et à la personnalité juridique. Les quatre autres parties traitent respectivement : des obligations, y c […] Lire la suite

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l'étranger »  : […] La codification s'est développée dans les pays continentaux d'Europe, sous la double influence du droit romain et des codes napoléoniens. Elle constitue un élément de ce qu'on a appelé le « système romano-germanique ». Elle s'est répandue d'abord, au début du xix e  siècle, dans des pays proches de la France, tels que la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Italie, une partie de l'Allemagne. E […] Lire la suite

DANOIS DROIT

  • Écrit par 
  • René DAVID
  •  • 414 mots

Appartenant au groupe des droits nordiques, qui se range lui-même dans la famille romano-germanique, le droit danois trouve son origine dans des coutumes régionales (Jutland, Scanie, Seeland), lesquelles ont été fixées par écrit aux xii e et xiii e siècles. Sur la base de ces coutumes, l'unification du droit a été réalisée, en 1683, par un Code général promulgué par le roi Christian V, le Dansk […] Lire la suite

HEINECCIUS JOHANN GOTTLIEB HEINECKEM dit (1681-1741)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 1 212 mots

Élève de Thomasius (1655-1728), professeur de philosophie (1716) puis de droit à Halle (1721), Johann Gottlieb Heineccius fut appelé en 1723 à Franecker (Frise), ville où existait une vieille université que Napoléon supprimera en 1810. Après être passé par Francfort-sur-l'Oder, Heineccius revint à Halle où s'écoula la plus grande partie de sa vie universitaire et scientifique, particulièrement act […] Lire la suite

IRNERIUS (1050 env.-env. 1130)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 281 mots

Juriste bolonais du début du xii e  siècle, Irnerius est également connu sous les noms de Guarnerius et de Wernerius. On sait peu de chose de sa vie. Son nom figure dans des documents qui s'échelonnent entre 1112 et 1125. Il est alors signalé comme ayant participé à des plaids judiciaires en Italie du Nord, comme avocat ou comme juge, dans l'entourage de la comtesse Mathilde de Toscane ou de l'emp […] Lire la suite

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Place de la loi dans les systèmes de droit »  : […] Dans les systèmes juridiques latino-germaniques, ainsi qualifiés parce que, s'ils n'en copient pas toutes les solutions, ils prolongent l'esprit du droit romain, la loi occupe une place privilégiée parmi les sources du droit. Il en est ainsi, non seulement dans les pays géographiquement situés à l'intérieur des anciennes frontières de l'empire des Césars, mais également en Amérique latine, au Proc […] Lire la suite

MORGANATIQUE MARIAGE

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 152 mots

L'adjectif morganatique qualifie le présent, ou douaire, fait à une épouse au lendemain des noces, en échange de tout droit sur les biens de son mari, qui lui était refusé en raison de sa condition. Le mariage morganatique est un mariage contracté entre un roi, un prince ou un noble et une femme de rang inférieur. Bien que reconnu par l'Église comme le seul valable et excluant le remariage, et bie […] Lire la suite

NORVÉGIEN DROIT

  • Écrit par 
  • René DAVID
  •  • 335 mots

Appartenant au groupe des droits nordiques, qui se range lui-même dans la famille du droit romano-germanique, le droit norvégien est fondé à l'origine sur les coutumes pratiquées dans les quatre districts de la Norvège, coutumes fixées par écrit au xii e  siècle, puis unifiées et réformées en 1274 par le roi Magnus Hakonarson Lagaböter (Magnus VI Lagaböte) ; un droit spécial pour les villes, fondé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René DAVID, « ROMANO-GERMANIQUES DROITS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droits-romano-germaniques/