RURAL DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le développement du droit rural moderne

Dans ce développement, deux étapes sont à distinguer : une première qui va du statut du fermage et du métayage (1945-1946) aux lois d'orientation agricole de 1960-1962 : au cours de cette période, le droit rural est avant tout une législation de protection ; une seconde phase, qui va des années 1960-1962 à nos jours, et dans laquelle le droit rural devient, par l'effet des circonstances économiques nouvelles, un droit d'intervention.

Le droit rural, législation de protection

C'est essentiellement le statut du fermage et du métayage, institué par l'ordonnance du 17 octobre 1945 et la loi du 13 avril 1946, qui a mis en place cette législation de protection du cultivateur en faire-valoir indirect, c'est-à-dire du cultivateur qui a pris en location les terres qu'il exploite. Cette législation, qui est une véritable révolution sociale et un abandon des principes libéraux sur lesquels reposait le Code civil, a paradoxalement deux sources d'inspiration : le programme du gouvernement de front populaire de 1936 et la législation de Vichy qui a beaucoup fait, de son côté, pour le fermier et le corporatisme rural. Par ailleurs, ce texte est une transaction entre les aspirations économiques des pays de fermage du Nord de la France et les aspirations sociales des pays de métayage du Midi.

Le droit au bail

Tout l'arsenal juridique du statut tourne autour de la protection du preneur et de son accès à la propriété du fonds. Cet arsenal est impératif, puisque ces règles de protection, qui constituent ce qu'on appelle dans un sens technique « le droit au bail », possèdent un caractère d'ordre public. Les deux règles principales de ce statut sont la durée des baux, qui est obligatoirement de 9 ans et le droit au renouvellement du bail : le preneur, sauf reprise du bailleur pour culture personnelle, pour son conjoint ou pour l'un de ses descendants, est assuré du renouvellement indéfini de son bail jusqu'à l'âge de la retraite. Il est assuré aussi de pouvoir transmettre son bail à son conjoint ou à l'un de ses descendants ayant travaillé avec lui dans l'exploitation. Il est assuré encore de pouvoir se faire indemniser par le propriétaire à la sortie du bail des plus-values et améliorations apportées au fonds et aux bâtiments pendant le cours du bail. Enfin, si le fonds est vendu, le fermier ou le métayer a un droit de préemption. Si l'on ajoute à cela que le prix du fermage est fixé par l'autorité publique par arrêté préfectoral après négociation au sein de la commission paritaire départementale des baux ruraux entre représentants syndicaux des preneurs et des bailleurs, force est de constater la très grande protection dont bénéficie le preneur.

Si les métayers et les petits fermiers sont contents parce qu'ils voient leur situation se stabiliser, les gros fermiers des régions céréalières réclament ce qu'on appelle la « propriété culturale », c'est-à-dire la reconnaissance d'un droit de propriété spécifique sur leur exploitation agricole, considérée comme une entreprise.

Le législateur s'est toujours refusé à cette reconnaissance pour des raisons politiques et des raisons de principe. C'est pourquoi l'exploitation agricole ne peut être assimilée à un fonds de commerce que le commerçant peut nantir ou vendre. L'exploitation agricole en faire-valoir indirect ne peut faire l'objet d'un nantissement ou d'une cession en bloc. La raison en est le principe de base de l'interdiction de toute cession du bail, interdiction qui constitue ainsi le point d'équilibre du statut du fermage. Cette interdiction est très forte et la rémunération d'une cession interdite (pas-de-porte) est réprimée pénalement par la loi qui prévoit des peines d'amende et même d'emprisonnement (art. L. 411-74 du Code rural).

Si la loi n'a pas donné aux preneurs satisfaction sur ce point, des réformes postérieures au statut du fermage ont renforcé la stabilité du preneur. C'est le cas notamment de la loi du 31 décembre 1970 sur les baux à long terme de 18 et 25 ans, au cours desquels tout droit de reprise est interdit, et des baux de carrière créés par la deuxième loi d'orientation agricole du 4 juillet 1980. En contrepartie de ce supplément de stabilité que les propriétaires accordent ain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, membre de l'Académie d'agriculture de France, délégué général du Comité européen de droit rural

Classification

Autres références

«  RURAL DROIT  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Lutte contre les contraintes traditionnelles »  : […] Pour éliminer les pratiques communautaires difficilement compatibles avec la culture des prairies artificielles et des plantes fourragères, les novateurs demandent la suppression des institutions coercitives correspondantes, et notamment des droits de glanage, de chaumage, de vaine pâture, et de l'assolement forcé. De nombreux auteurs dénient toute valeur économique et sociale aux communaux, en […] Lire la suite

AGRICULTURE - Accès aux ressources productives

  • Écrit par 
  • Michel MERLET, 
  • Olivier PETIT
  •  • 7 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Diversité des modes d'accès à la terre »  : […] La terre n'est pas un bien comme un autre. C'est un espace que l'on ne peut normalement ni détruire ni déplacer et qui contient des ressources (fertilité, eau, biomasse, biodiversité, minerais, etc.), dont au moins une partie n'est pas le fruit du travail. Les droits qu'un individu ou un groupe de personnes possède sur une terre se réfèrent en réalité aux rapports avec les autres. Ils sont multipl […] Lire la suite

BOYER JEAN-PIERRE (1776-1850)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 372 mots

Homme politique et soldat, président d'Haïti de 1818 à 1843, né à Port-au-Prince en 1776, mort à Paris le 9 juillet 1850. Jean-Pierre Boyer, mulâtre de père provençal et de mère guinéenne, est élevé en France. Après avoir combattu le général noir Toussaint Louverture et s'être rallié au chef mulâtre Alexandre Pétion, il est au côté de ce dernier contre Henri Christophe, quand l'assassinat de l' […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 138 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modernisation accélérée depuis 1945 »  : […] La période de la Libération et des débuts de la IV e  République constitue un nouveau temps fort de l'histoire du droit français. La création de la Sécurité sociale (préparée, il est vrai, par les lois de 1928 et 1932 sur les assurances sociales et les allocations familiales), l'institution des comités d'entreprise, la réforme du droit de la nationalité réuni dans un Code, les ordonnances de 194 […] Lire la suite

MÉTAYAGE

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 230 mots

Extrêmement répandu avant l'époque contemporaine, le métayage est un mode de location de la terre qui, au contraire du fermage, suppose une redevance variable selon les années : la récolte est partagée en principe par moitié, d'où le nom de métayage, entre le propriétaire et le locataire (certaines régions et certaines époques ont connu le partage en deux tiers pour le propriétaire et un tiers pou […] Lire la suite

PRÉEMPTION

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 408 mots

Faculté conférée à une personne, par la loi ou par un contrat, d'acquérir un bien par préférence à une autre. Les codes de certains pays étrangers ont des dispositions générales sur la préemption (Allemagne fédérale, Autriche). En France, cette faculté n'est prévue que dans des législations spéciales (statut du fermage, loi sur les sociétés commerciales). Mais les parties à un contrat peuvent touj […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 mars - 5 avril 1995 Estonie. Victoire de la coalition « sociale-libérale » aux élections législatives

Le 5, l'alliance de centre droit formée notamment du Parti de la coalition de Tiit Vähi et de l'Union du peuple rural d'Arnold Rüütel remporte les élections législatives avec 32,2 p. 100 des suffrages et 41 sièges sur 101. Ce scrutin anticipé avait été organisé à la suite de la crise gouvernementale de l'été de 1994 qui s'était conclue, en septembre, par la démission du Premier ministre Mart Laar. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph HUDAULT, « RURAL DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-rural/