ROMAIN DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères généraux

Des travaux classiques ont été publiés sur l'esprit du droit romain, sur la valeur de son étude ou sur la crise de l'enseignement romanistique : L'Esprit du droit romain (R. von Ihering, 1852-1855), Principes du droit romain (F. Schulz, 1934), L'Europe et le droit romain (P. Koschaker, 1947). On ne saurait ici reprendre tous ces problèmes pas plus qu'il n'est possible d'analyser toutes les institutions de droit romain, public, privé, pénal ou religieux. S'il peut paraître arbitraire de privilégier certains de ses caractères, du moins doit-on s'interroger sur les raisons profondes de son exceptionnelle importance, c'est-à-dire au fond sur ses qualités majeures.

Laïcisation et autonomie

L'un des traits les plus frappants et l'un des grands mérites du droit romain, si on le compare à beaucoup de droits antiques, résident sans doute dans sa très rapide et très complète laïcisation. Certes, comme dans toutes les sociétés peu évoluées, le droit romain fut à ses origines étroitement lié à la religion. Les plus anciennes sanctions pénales et les plus graves (sacratio) sont d'ordre religieux. Le ritualisme du procès archaïque est sans doute lié à l'usage de formules ou de gestes magiques. Le nom même de la procédure archaïque du sacramentum évoque quelque chose de sacré. Les Douze Tables contiennent encore des prescriptions sur les cérémonies des funérailles. Le droit romain est donc bien lié à ses origines à la religion. Mais, alors que dans la plupart des pays de l'Orient ancien la loi fut longtemps considérée comme donnée ou révélée par la divinité, la loi romaine, comme la loi grecque, est l'œuvre des hommes. Le plus ancien monument du droit romain, la loi des Douze Tables, fut l'œuvre d'une commission de décemvirs. La tradition veut qu'elle ait consulté la législation grecque, non qu'elle ait demandé son inspiration aux dieux. Et si le collège religieux que constituaient les pontifes fut aux origines l'interprète du droit, c'est moins parce que le droit était lié à la religion que parce que les pontifes étaient alors les seuls à pouvoir le comprendre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ROMAIN DROIT  » est également traité dans :

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'institution est connue et pratiquée depuis la plus haute antiquité : les droits mésopotamien, égyptien, hébraïque ou grec la connaissent. Surtout elle a été très pratiquée par les romains, selon des formes et pour des raisons qui ont varié selon les époques. Mais à Rome, la notion de famille ne repose pas sur l'engendrement et l'affection, mais sur la soumission à la puissance d'un chef de fa […] Lire la suite

AGNAT

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 163 mots

Venant du droit romain, « agnat » (en latin agnatus ) désigne dans l'anthropologie contemporaine un système de descendance reposant uniquement sur la lignée mâle (par opposition à « cognat », qui qualifie la parenté par les femmes). Le critère de résidence commune et d'autorité (dérivé de la loi romaine) ayant été abandonné, « agnat » s'entend désormais absolument, sans qu'il soit fait référence à […] Lire la suite

BARTOLO (1313/14-1357)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 267 mots

L'un des plus grands juristes médiévaux. Né à Venatura, sur le territoire de Sassoferrato (province d'Ancône), Bartolo fut, dès l'âge de quatorze ans, l'élève à Pérouse du juriste Cino da Pistoia et l'ami de Dante. Cino lui apprit une nouvelle méthode d'étude et d'utilisation du droit romain, qu'il avait lui-même acquise des romanistes français de l'école d'Orléans. En 1334, Bartolo recevait à Bol […] Lire la suite

BASILIQUES, droit romain

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 326 mots

Compilation juridique faite à Constantinople sur l'ordre de l'empereur byzantin Léon le Sage (886-911). Ce recueil rassemble ce qui, dans la compilation justinienne (Code, Digeste, Institutes, Novelles), était encore en vigueur dans l'Empire d'Orient à la fin du ix e siècle. Le projet d'un tel recueil avait déjà été formé par l'empereur Basile le Macédonien (867-886), mais ne fut réalisé que par […] Lire la suite

BODIN JEAN (1529-1596)

  • Écrit par 
  • Pierre MESNARD
  •  • 4 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution historique »  : […] Mais d'autres éléments, au moins aussi puissants, contribuent eux aussi à forger la personnalité des nations. Il y a d'abord chez Bodin quelque chose qui s'apparente un peu à la théorie du challenge chère à Toynbee, à savoir la manière dont un peuple conscient des avantages et surtout des difficultés propres à sa situation relève le défi que la nature lui a porté. Cela lui sera possible en se don […] Lire la suite

BOLOGNE ÉCOLE JURIDIQUE DE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 810 mots

Le centre d'enseignement juridique le plus illustre du Moyen Âge. Les débuts de l'université de Bologne restent mal connus : Ravenne et Pavie avaient sans doute pendant le haut Moyen Âge tenu la première place en Italie pour un enseignement du droit, d'ailleurs assez modeste ; l'étude du droit est attestée à Bologne dans les dernières décennies du xi e siècle, après la découverte du Digeste , qui […] Lire la suite

BOLOGNE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 818 mots

Au début du xii e siècle se produisit en Italie une renaissance des études juridiques dont Bologne fut le foyer principal. Les luttes politiques (papes contre empereurs, communes contre empereurs) poussaient les partis en présence à appuyer leur propagande sur des arguments de droit ; on rechercha de bons manuscrits du Code de Justinien et on se mit à les commenter selon les méthodes de la dialec […] Lire la suite

BURGONDE LOI ou LOI GOMBETTE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 315 mots

C'est à l'initiative du roi Gondebaud (474-516) que fut promulguée la loi burgonde, d'où le nom qui lui fut donné dès le haut Moyen Âge : lex Gundobada (« loi gombette »). La loi réunit des constitutions des premiers rois burgondes et de Gondebaud lui-même. Le recueil fut soumis avant sa promulgation à l'approbation des Grands. La date exacte du texte primitif est inconnue. Cette première version […] Lire la suite

CARACALLA (ÉDIT DE)

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 414 mots

On désigne sous ce nom une constitution prise par l'empereur Caracalla (198-217) qui donnait, selon ses propres termes, « à tous les pérégrins (étrangers) qui sont sur terre la citoyenneté romaine ». Seuls les deditices (Barbares soumis par la force) étaient exclus de cette faveur. Cette mesure fut très probablement prise en 212. Son importance théorique et sa valeur symbolique lui ont valu depui […] Lire la suite

CASINOS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les maisons de jeux de hasard : réprimer ou réglementer ? »  : […] Faut-il interdire tous les jeux d'argent et, avec eux, les établissements qui en font commerce ? Les réglementer, ou les autoriser librement ? Il n'y a pas d'État, en réalité, où le commerce des jeux d'argent soit totalement libre. Mais entre les deux positions de principe – interdire ou réglementer – les gouvernements n'ont cessé de balancer. Fait peu connu, c'est l'Inde antique qui offre le plus […] Lire la suite

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 396 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Empire chrétien de Constantin à Théodose (312-395) »  : […] Le conflit entre le totalitarisme du régime de la Tétrarchie et les chrétiens (304-312) fut de courte durée, bien que les persécutions, surtout en Orient, aient été violentes. Après une tolérance de fait, très vite, par la volonté de Constantin, une série de mesures accordèrent à l'Église chrétienne une situation privilégiée. L'empereur, seul maître du monde romain après sa victoire sur Licinius […] Lire la suite

CHASSE

  • Écrit par 
  • Xavier PATIER
  •  • 7 042 mots

Dans le chapitre « L'encadrement juridique de la chasse »  : […] L'examen du cadre juridique de la chasse vient combler les lacunes de l'examen des productions artistiques . On ne trouve pas trace avant le Moyen Âge d'un droit spécifique de la chasse. Dans le droit romain, le droit de la chasse ne se distingue pas du droit de propriété : chasser est un usus parmi les autres au bénéfice du propriétaire. L'empereur lui-même ne chasse que sur ses domaines (les do […] Lire la suite

CHEVALIERS ROMAINS

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 975 mots

Les chevaliers romains constituent un sujet d'étude qui a été entièrement renouvelé dans les années 1970, notamment par deux personnalités, Hans-Georg Pflaum et Claude Nicolet. Aux origines de Rome, les troupes montées étaient exclusivement recrutées dans le patriciat : l'identité cavalier-chevalier était parfaite. Puis la dissociation se fit lentement, mais sans que pût jamais s'effacer le caract […] Lire la suite

CITATIONS LOI DE VALENTINIEN III dite LOI DES

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 615 mots

Cette « loi » est un passage, le plus célèbre, d'une constitution impériale donnée à Ravenne le 7 novembre 426 et adressée au Sénat de Rome. Le texte se propose de fixer une hiérarchie d'autorité dans les opinions des jurisconsultes classiques. En effet, au début du v e  siècle, la connaissance des règles de droit se heurte à de graves difficultés. Ces règles étaient contenues pour l'essentiel dan […] Lire la suite

CITÉ ANTIQUE CONCEPTIONS POLITIQUES DE LA

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 1 063 mots

Philosophes, historiens, orateurs de la Grèce classique ont défini, analysé, discuté ce type d'organisation originale qu'est la cité, favorable à l'éclosion d'une réflexion politique qui fut plus idéaliste que positive et toujours dominée par des préoccupations morales. C'est à leurs yeux un don des dieux, la société politique par excellence. La Grèce paya de son indépendance de n'avoir pas dépass […] Lire la suite

CIVIL DROIT

  • Écrit par 
  • Muriel FABRE-MAGNAN
  •  • 9 088 mots

Dans le chapitre « Le droit romain »  : […] Le droit civil trouve son origine dans les constructions juridiques de la Rome antique, dont les principales dispositions ont été rassemblées et refondues sous l'autorité de l'empereur Justinien, pendant son règne à Byzance (527-565). Ce corpus comprend quatre recueils : le Codex , recueil des constitutions impériales, c'est-à-dire des réponses aux questions posées à l'empereur ; le Digeste (enc […] Lire la suite

CODE CIVIL ALLEMAND (Bürgerliches Gesetzbuch)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 604 mots

Le Bürgerliches Gesetzbuch (Code civil allemand), qui entra en vigueur dans l'Empire allemand en 1900, a été appliqué dans la République démocratique allemande jusqu'à l'unification. Ce Code est divisé en cinq parties. La première est générale et définit les concepts relatifs au droit du sujet et à la personnalité juridique. Les quatre autres parties traitent respectivement : des obligations, y c […] Lire la suite

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de la codification »  : […] La codification est une vieille ambition de l'humanité. Les plus anciens codes aujourd'hui connus apparaissent en Mésopotamie deux mille ans avant notre ère. Après le Code d'Our-Nammou, rédigé en réalité, semble-t-il, par son fils Shoulgi (2094-2047 av. J.-C.), et le Code d'Eschouna (vers 1800 av. J.-C.), du nom d'une ville, le plus complet et le plus intéressant est le célèbre Code d'Hammourabi […] Lire la suite

COLONAT, Rome

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 530 mots

Les colons dans le monde romain se définissent par deux critères : d'une part, ils appartiennent à la plèbe, c'est-à-dire au milieu des hommes libres, mais pauvres ; d'autre part, ils travaillent à la campagne. Cette couche sociale est connue en particulier grâce à quatre grandes inscriptions trouvées en Afrique, dans la vallée de la Medjerda, à Henchir-Mettich, Aïn el-Djemala, Souk el-Khemis et A […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 décembre 2017 • Canada • Nomination de Richard Wagner à la tête de la Cour suprême.

d’alternance à ce poste entre un juge de la common law – issu du droit anglais – et un juge du droit civil – issu du droit romain.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GAUDEMET, « ROMAIN DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-romain/