MUSULMAN DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structures traditionnelles de l'Islam

Les écoles juridiques musulmanes

Dans le cadre impérial qui prévaut jusqu'au début du xixe siècle, le droit musulman est territorialisé. Chaque grande aire obéit à un droit régional spécifique : le malikisme au Maghreb et en Afrique subsaharienne, le hanafisme dans l'Empire ottoman, le shafiisme sur les rivages orientaux de l'Afrique, autour de l'océan Indien et en Asie du Sud-Est, le hanbalisme, très minoritaire, dans certaines zones du Proche-Orient et de la péninsule arabique. Ces quatre grandes écoles juridiques de l'islam sunnite correspondent chacune à des courants théologiques particuliers.

Le hanbalisme constitue un courant théologique spécifique, fondamentaliste et rigoriste. Il a plusieurs traits communs avec certains mouvements protestants du christianisme. Il promeut une approche littérale du texte coranique, qu'il prend au pied de la lettre, en refuse toute interprétation allégorique, et ne se préoccupe pas des nombreuses contradictions qu'il contient : seule l'ignorance et la faiblesse de l'esprit humain les perçoivent comme des contradictions et leur interprétation est laissée à la toute-puissance divine. De nombreux juristes et théoriciens ont enrichi le hanbalisme, Taqi al-din Ahmad ibn Taymiyya (1263-1328) au xive siècle ou, au xviiie siècle, Muhammad ibn Abd al-Wahhab, dont la réforme sert de fondement théorique et juridique à la monarchie saoudienne.

Depuis le xiiie siècle, située au point de rencontre des continents africain et asiatique, l'Égypte a tenté de respecter la diversité des écoles juridiques sunnites en assurant une égale représentation de chacune d'entre elles. Mais c'est finalement le shafiisme qui a pris progressivement le dessus dans le système législatif égyptien. Quant à la Perse et aux territoires shiites, ils dispose d'un droit spécifique, le jafarisme, dont les principes juridiques ne diffèrent que marginalement des différents droits sunnites (notamment [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  MUSULMAN DROIT  » est également traité dans :

ABŪ HANĪFA (700 env.-767)

  • Écrit par 
  • Zafar Ishaq ANSARI
  •  • 725 mots

Juriste et théologien musulman, Abū Hanīfa an-Nu'mān ibn Thābit est le fondateur de la doctrine hanafite du droit musulman, système d'interprétation reconnu comme l'une des quatre principales écoles du droit canonique de l'islam. Le droit hanafite jouit d'un grand prestige, et la plupart des dynasties musulmanes l'ont adopté. Aujourd'hui encore, il fait autorité en Inde, au Pakistan, en Turquie, […] Lire la suite

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « L'adoption aujourd'hui »  : […] L'évolution des chiffres résument parfaitement les tendances en cours : alors que le nombre d'adoptions plénières prononcées en France a été longtemps supérieur au nombre d'adoptions simples, la tendance s'est largement inversée (plus de 66 p. 100 des demandes en 2004). Mais si l'on s'intéresse aux seules adoptions d'enfants mineurs, l'adoption simple n'y représente qu'environ 20 p. 100. Outre un […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le fondamentalisme des talibans »  : […] Le mouvement taliban exprime d'abord la révolte de jeunes mollahs contre la dérive des mouvements de moudjahidin. Le mollah Omar lance le mouvement dans son village natal de Panjway, à l'ouest de Kandahar, en exécutant un chef moudjahidin local. Très vite, les réseaux des madrasas locales se mobilisent autour de ce jeune chef charismatique, grièvement blessé durant la guerre contre les Soviétique […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 450 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Le rôle religieux »  : […] L' islam est l'un des outils principaux de légitimation du pouvoir en Arabie Saoudite. Grâce au wahhabisme, le pouvoir s'est associé dès ses origines à un mouvement de prédication et à une réinterprétation rigoriste du texte islamique. Mais en annexant la province du Hijaz, où se trouvent La Mecque et Médine, les Saoud se sont dotés d'un rôle autrement prestigieux, celui de gardiens des Lieux sai […] Lire la suite

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

Dans le chapitre « Médecin et juriste »  : […] Abū l-Walīd Muḥammad ibn Aḥmad ibn Muḥammad ibn Rušd (dont le nom devint, pour l'Occident, Averroès , quand ses œuvres furent traduites en latin) naquit à Cordoue en l'an 520 de l'hégire, 1126 de l'ère chrétienne. Cordoue était le lieu d'une activité intellectuelle brillante ; la famille d'Averroès comptait des juristes célèbres (notamment son grand-père), et la philosophie chez les musulmans d'Es […] Lire la suite

BANQUES ISLAMIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 655 mots

Les banques islamiques n'ont cessé d'intriguer les financiers internationaux, car elles respectent à la lettre ce qu'interdit l'islam sous le terme générique de riba , à savoir la combinaison de trois éléments : l'engagement à terme, la condition aléatoire et la rémunération prédéterminée du capital, combinaison que le mot « intérêt » ne traduit qu'imparfaitement. Les banques et établissements isl […] Lire la suite

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 365 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Aspects historiques »  : […] Si on le considère dans une perspective historique, le marché, de même que le bain, semble avoir été en milieu musulman un héritage du monde antique, aussi bien méditerranéen qu'oriental. La plupart des éléments qui le structurent étaient en effet connus dès l'Antiquité, notamment, sur le plan fonctionnel, diverses particularités concernant le commerce de détail, l'artisanat, le commerce de gros, […] Lire la suite

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'établissement du corpus coranique »  : […] Le premier courant de recherches conduit à remettre en question la façon dont on se représentait, à la suite des sources musulmanes, même critiquées, le processus compliqué qui aurait abouti à l'établissement du corpus canonique du Coran sous le calife ‘Uṯman (mort en 35 de l'hégire/656 de l'ère chrétienne). Cependant, les voies qui conduisent à ces remises en question et les conclusions auxquell […] Lire la suite

DJUWAYNĪ ABŪ L-MA‘ĀLĪ (1028-1085)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 226 mots

Un des grands docteurs de l'ash‘arisme, né et mort près de Nīshāpūr. Toghrul Beg s'étant dressé contre cette école musulmane, dont il considère la doctrine comme une innovation ( bid‘a ), Djuwaynī se rend à Baghdād, puis au Ḥidjāz ; il y donne un enseignement dans les deux villes de La Mecque et de Médine, ce qui lui vaut le nom honorifique d'Imām al-Ḥaramayn (« Imām des deux sanctuaires »). Il re […] Lire la suite

DOT

  • Écrit par 
  • Annie ROUHETTE
  •  • 2 690 mots

Dans le chapitre « La dot et les rapports pécuniaires entre époux »  : […] La dot est généralement constituée dans l'intention de permettre à la femme de contribuer aux charges du ménage – «   dos sustineat onera matrimonii   », diront les glossateurs –, mais aussi dans celle de garantir la restitution des biens dotaux à la dissolution de l'union conjugale. Il semble pourtant que la volonté de conserver la dot et d'assurer son retour ait été le principal objectif du régi […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 086 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Réformes économiques et pauvreté »  : […] En juillet 2004, la nomination de Ahmed Nazif au poste de Premier ministre marque un tournant dans le processus de libéralisation de l'économie égyptienne. Celui-ci s'entoure d'une équipe particulièrement rajeunie, dont les membres sont formés pour la plupart à l'étranger. Les postes clés (agriculture, transport, santé, tourisme, éducation) sont tenus par des hommes d'affaires et nombre de minist […] Lire la suite

ÉMIR

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 437 mots

Du mot arabe amīr  : celui qui est investi d'un commandement, commandant, chef. Le titre est porté, sous les premiers califes, par les chefs d'armée qui le gardent en devenant gouverneurs des provinces conquises. Sous les Umayyades, l'émir a dans sa province une autorité semblable à celle du calife, directeur de la prière, chef de l'armée, de l'administration, de la justice. Son pouvoir est peu à […] Lire la suite

FRÈRES MUSULMANS

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 338 mots

L'Association des Frères musulmans est née à Ismaïlia, en Égypte, en 1928. Son fondateur, Hasan al-Bannā’, n'est pas un ouléma, mais un simple instituteur très affecté par la domination anglaise sur son pays et les influences, jugées corruptrices, de l'Occident matérialiste. Sa prise de conscience de la nécessité d'une renaissance islamique en Égypte s'inscrit dans la postérité intellectuelle des […] Lire la suite

HABOUS BIENS

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 417 mots

Importante en droit musulman, l'institution juridique à laquelle on donne le nom de warf , principalement dans les législations du Moyen-Orient, et celui de biens habous dans les États du Maghreb, trouve son origine, comme toutes les dispositions du fiqh , dans les préceptes révélés, recueillis par le livre sacré (Coran). Elle repose sur un ḥadīth rapportant une directive qui prévoit l'immobilisa […] Lire la suite

ḤADĪTH

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 1 474 mots

Mot arabe qui signifie récit, propos ou communication, ḥadīth est utilisé pour désigner plus particulièrement les propos tenus par le prophète Mahomet. Au début, il avait son sens le plus étroit, se limitant aux communications orales faites par le Prophète. Ensuite, on l'employa pour désigner toute tradition rapportant les paroles ( aqwāl ) ou les actes ( af‘āl ) du Prophète ou son approbation ta […] Lire la suite

ḤANAFITE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Yves THORAVAL
  •  • 194 mots

École d'interprétation ( mādhhāb ) de la loi religieuse musulmane ( sharia ), le courant hanafite se rattache aux enseignements des écoles juridiques anciennes de Koufa et de Bassorah (Irak) et dépend d'un théologien, l'imām Abū Hanīfa (700 env.-767), dont l'enseignement a été développé par certains de ses disciples, tels Abū Yūsuf (mort en 798) et Muḥammad al-Shaybānī (749/750-805). La jurisprude […] Lire la suite

ḤANBALITE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Yves THORAVAL
  •  • 180 mots

La plus dogmatique et la plus puriste des mādhhābs (écoles d'interprétation) de jurisprudence de l'islām sunnite, le ḥanbalisme ( ḥanābila ) est fondé sur les enseignements de l'imām Aḥmad b. Ḥanbal ; ce dernier, partisan de l'origine divine du droit, rejetait par là même l'opinion personnelle ( ra'y ), le raisonnement par analogie ( qiyās ) et le dogme du mu'tazilisme, influencé par l'hellénisme, […] Lire la suite

IBN ḤAZM (994-1064)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 210 mots

Dans le chapitre « Le savant ẓāhirite »  : […] Suivant Ibn Ḥazm, le langage est fait pour la communication et son but est l'intercompréhension ( tafāhum ). Il doit être clair, ne pas se construire sur des sous-entendus ( taqdīr ) et ne pas être énigmatique. Cela est encore plus vrai pour la Parole de Dieu qui, d'après le Coran lui-même, a été révélée en un « arabe clair ». Il faut donc comprendre les textes du Livre et ceux du ḥadīṯ (traditio […] Lire la suite

IBN TAYMIYYA (1263-1328)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 372 mots

L'un des plus grands, sinon le plus grand, des jurisconsultes de l'école ḥanbalite. À l'arrivée des Mongols, Taqī al-dīn Aḥmad ibn Taymiyya quitte Ḥarrān, sa ville natale, et se réfugie à Damas, où il enseigne à la mosquée des Umayyades l'exégèse coranique. Il dénonce tout ce qu'il juge innovation ( bid‘a ) en islām ; en particulier, il attaque les partisans du ṣūfïsme d'Ibn ‘Arabī. Mais il est lu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-21 août 2019 • Inde • Suppression de l’autonomie du Cachemire.

en 1947, tandis que Delhi revendique le Cachemire pakistanais. Le ministre de l’Intérieur Amit Shah, président du Bharatiya Janata Party (nationaliste hindou, BJP) au pouvoir et bras droit du Premier ministre Narendra Modi, justifie cette décision par le caractère « temporaire » des pouvoirs [...] Lire la suite

14 juin 2009 • Israël - Autorité palestinienne • Discours de Benyamin Nétanyahou sur le processus de paix.

sur le droit au retour des réfugiés est exclue. Enfin, malgré la pression de Washington, exprimée notamment par le président Obama lors de son discours adressé au monde arabo-musulman le 4 au Caire, Benyamin Nétanyahou refuse de geler la colonisation en Cisjordanie. Ces conditions sont immédiatement rejetées par les responsables de l'Autorité palestinienne.  [...] Lire la suite

1er-28 février 2005 • Irak • Proclamation des résultats des élections et poursuite des violences.

sous soixante-douze heures. Le 6, à l'approche de l'annonce des résultats qui donnent la liste chiite largement gagnante, plusieurs dignitaires chiites exigent que l'islam soit la source principale de la Constitution que le Parlement élu est chargé d'élaborer. Le 10, le Nouvel An musulman est marqué [...] Lire la suite

20-26 mars 2000 • Vatican - Jordanie - Israël - Autorité palestinienne • Visite du pape Jean-Paul II en Terre sainte.

a dû souffrir ces dernières décennies ». Ayant embrassé la terre palestinienne, il réitère la position de l'Église en faveur du « droit naturel [des Palestiniens] à avoir une patrie », avant de visiter le camp de réfugiés de Dheicheh. Le 23, à Jérusalem, le pape visite le mémorial Yad Vashem [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal BURESI, « MUSULMAN DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-musulman/