MINORITÉS DROIT DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une protection juridique pour les minorités

En vertu du principe d'expérience selon lequel, entre le faible et le fort, c'est la liberté qui opprime et la loi qui libère, l'idée d'une protection juridique spécifique des minorités s'est progressivement imposée.

Genèse d'une protection des minorités en Occident

C'est dans l'ordre des rapports entre puissances que, sous l'effet d'une pression de l'autre partie, certains États, généralement en position de faiblesse, acceptent tardivement dans l'Histoire européenne d'introduire dans un texte juridique qui les lie des clauses offrant une protection spécifique à des groupes minoritaires religieux relevant de leur juridiction, dérogeant ainsi au principe traditionnel d'unité de la foi.

Prolégomènes à un droit international des minorités

Le premier traité international prévoyant explicitement une protection pour les minorités est semble-t-il la paix d'Oliva conclue entre Polonais et Suédois en 1660. Quant au traité de Paris (1763) qui mettait fin à la guerre franco-britannique de sept ans et transférait le Canada au Royaume-Uni, il prévoyait une protection spécifique pour les catholiques francophones. Au xviiie siècle, avec les Lumières, c'est le concept de raison qui domine le champ intellectuel. L'homme est réputé soumis à ses lois universelles et les lois de chaque État ont vocation à l'être également. L'Encyclopédie de Diderot et de d'Alembert définit la nation comme « la population d'un État indépendamment des caractéristiques ou des sentiments de celle-ci ». Pas de place pour les minorités dans une telle nation.

Avec le romantisme et la naissance des nationalismes allemand, italien, etc., à la fin du xviiie siècle, on rencontre dans la littérature spécialisée des concepts qui commencent à évoquer la personnalité des nations « ethno-culturelles » et indirectement donc notre notion moderne de minorités ethnique, nationale ou religieuse. La Révolution française puis les guerres de l'Empire contribuent grandement, de l'Allemagne à l'Espagne, à réveiller les sentiments nationaux des peuples occupés et meurtris par les soldats de la « Grande Nation ». La langue assume le rôle de symbole d'identité et d'arme de lutte. La religion elle-même apparaît souvent affaire politique, car elle joue un rôle essentiel dans l'« âme » de la nation. Il en va ainsi de l'orthodoxie en Grèce ou en Serbie, du catholicisme en Croatie ou en Slovaquie.

Le concept de souveraineté nationale avec son corollaire, la notion d'État-nation (État au sein duquel État et nation se confondent), tend à devenir le paradigme des intellectuels libéraux d'Europe centrale tels J. G. Herder ou J. G Fichte. L'idée selon laquelle une nation ne peut survivre que si elle jouit de son propre État se répand, avec pour corollaire l'idée du droit « naturel » de chaque nation à l'autodétermination. Le congrès de Vienne (1814-1815) amène à affiner le sens d'une préoccupation pour les minorités, à propos notamment du partage de la Pologne, qui soulève de nombreuses questions de minorités. En 1815, le protocole concernant la protection des catholiques des terres catholiques de Savoie cédées à la République calviniste de Genève prévoit leur libre pratique du catholicisme et le maintien de l'intégralité de leurs droits civiques.

Les traités au sujet de la Grèce signés en 1830 à Londres et en 1863 donnent un contenu juridique à la notion de protection des minorités. Le congrès de Berlin de 1878 ira plus loin en adoptant une résolution édictant des règles spécifiques pour chacun des nouveaux États (Monténégro, Roumanie, Serbie) en matière de droits civiques et politiques. La reconnaissance diplomatique de ces nouveaux États était d'ailleurs liée à leur respect de ces critères.

La Première Guerre mondiale et ses suites

C'est avec la Première Guerre mondiale que la conception moderne des minorités et de leur protection prend naissance, sous l'effet de deux facteurs principaux.

Le premier est lié au fait que, si la plupart des peuples européens avaient connu une « renaissance nationale » au cours du xixe siècle, rares étaient ceux qui avaient obtenu depuis lors le droit à l'autodétermination ou au moins une réelle reconnaissance. À l'issue de la guerre, qui avait suscité de grands espoirs, bon nombre d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Combats pour Jaffna

Combats pour Jaffna
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Société des Nations

La Société des Nations
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Société des Nations

Société des Nations
Crédits : The Image Bank

vidéo

Procès de Nuremberg et procès de Tokyo, 1945-1946

Procès de Nuremberg et procès de Tokyo, 1945-1946
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MINORITÉS DROIT DES  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Nationalisme et antisémitisme »  : […] À partir de 1919, la mise en circulation, à l'Ouest, des Protocoles des Sages de Sion , d'abord sous forme manuscrite, va devenir une arme clé de la propagande antisémite. La première édition allemande paraît en 1920. Le livre connaît un succès rapide. Il fut réédité deux fois au cours du mois qui suivit la publication, cinq fois avant la fin de 1920. 120 000 exemplaires en furent écoulés en moin […] Lire la suite

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « ... à une approche plus démagogique »  : […] La volonté hongroise d'entrer dans l'O.T.A.N. sans nuire aux intérêts des compatriotes installés par-delà les frontières a été mise à rude épreuve lors des guerres yougoslaves. En mars 1999, le conflit du Kosovo et l'intervention aérienne de l'O.T.A.N. ont amené la Hongrie, sitôt entrée dans l'Alliance atlantique, à occuper une place géostratégique de premier plan, elle qui, durant la guerre de B […] Lire la suite

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 817 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une population en cours de « kazakhisation » »  : […] Héritage des politiques de peuplement et des politiques d'aménagement de l'espace conduites pendant la période tsariste et surtout pendant la période soviétique, la population kazakhstanaise est composite. Dès la fin du xviii e  siècle, l'avancée coloniale s'est traduite par l'installation de populations slaves et chrétiennes, alors que les Kazakhs appartiennent à l'ensemble des peuples turciques […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Une société multiculturelle ou des sociétés ? »  : […] Les thèmes de l'identité (la « britannicité »), de la nation et de sa cohésion qui sont au cœur des enjeux de la dévolution sous-tendent également la problématique du multiculturalisme. Avec l'élargissement du champ migratoire britannique dans l'immédiat après-guerre et l'intensification des flux d'immigration, le Royaume-Uni a confirmé son approche multiculturaliste de la diversité des populatio […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La perspective d'une démocratie aux normes européennes »  : […] De 2008 à 2010, des progrès démocratiques, notamment sur les deux obstacles majeurs à la démocratisation, sont accomplis. D'une part, l'espoir d'un règlement négocié de la question kurde est confirmé. Dans ce même domaine de la reconnaissance des droits culturels et de l'identité des groupes minoritaires, une ouverture est opérée vers les alévis et le respect de leur culte, différent du culte sun […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-16 juillet 2020 Croatie. Élections législatives.

Les autres partis représentant les minorités nationales le soutiennent.  […] Lire la suite

11-29 mai 2017 France. Nomination du gouvernement et premiers pas du nouvel exécutif.

Lors de leur conférence de presse commune, le chef de l’État français évoque la situation en Ukraine et en Syrie, au sujet de laquelle il indique que « toute utilisation d’armes chimiques, par quelque force que ce soit, fera l’objet de représailles » de la France ; il appelle au « respect des droits de toutes les personnes, de toutes les minorités, de toutes les sensibilités » ‒ évoquant les persécutions contre les homosexuels en Tchétchénie et la répression des organisations non gouvernementales en Russie ; il fustige les médias russes RT (Russia Today) et Sputnik, financés par le Kremlin, qu’il qualifie d’« organes d’influence et de propagande mensongère ». […] Lire la suite

4-27 avril 2016 Union européenne – Vatican – Turquie – Grèce. Début d'application de l'accord migratoire entre Bruxelles et Ankara et visite du pape François à Lesbos.

Dans une déclaration commune avec les dignitaires orthodoxes, le pape appelle la communauté internationale à « protéger les minorités, combattre la traite et la contrebande des personnes, éliminer les routes dangereuses et […] promouvoir des processus sûrs de réinstallation ». François ramène à Rome trois familles syriennes. Le 27, le Parlement autrichien adopte une loi d’« état d’urgence » migratoire qui restreint notablement les droits des réfugiés dans leur durée. […] Lire la suite

8 juin 2014 Kosovo. Élections législatives

Vingt sièges sont réservés aux minorités, dont dix à la minorité serbe. Le taux de participation est de 42,6 p. 100. À l'issue du scrutin, le gouvernement ne dispose toujours pas de majorité qualifiée.  […] Lire la suite

6-19 octobre 2010 France – Union européenne. Abandon des poursuites de la Commission européenne au sujet des Rom

– pour « Minorités ethniques non sédentarisées » –, détenu par l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (O.C.L.D.I.). Elles en ont trouvé la trace dans un document publié sur le site de cet organisme, qui évoquait une « généalogie des familles tziganes ». Le 7, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux déclare ne pas avoir connaissance d'un fichier M. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves PLASSERAUD, « MINORITÉS DROIT DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-des-minorites/