CIVIL DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La place du droit civil parmi les autres branches du droit

Aujourd'hui en France, comme dans les autres pays de tradition codificatrice, le droit civil n'est plus comme en droit romain tout le droit applicable au pays. Il trouve sa place parmi les grandes catégories du droit.

Droit privé, droit public

Traditionnellement, la principale division du droit français est effectuée entre le droit privé et le droit public, le droit civil appartenant à la première catégorie.

En théorie en effet, le droit privé réglemente les relations entre personnes privées – personnes physiques (individus) ou personnes morales (sociétés ou associations par exemple) –, tandis que le droit public régit les relations dans lesquelles est impliquée une personne publique (l'État, une région, un département, une entreprise publique, etc.).

En droit romain déjà, on distinguait entre le droit public (publicum jus), qui regardait ce qui ressorti à « la chose publique » (res publica), et le droit privé (privatum jus), qui regardait l'utilité des individus pris un à un. Cette distinction était cependant à l'époque encore relative et n'entraînait pas de conséquences majeures.

Depuis la Révolution et l'institution progressive d'un dualisme juridictionnel, d'abord par l'affirmation solennelle d'une séparation des pouvoirs (cf. la fameuse loi des 16-24 août 1790 : « Les fonctions judiciaires sont distinctes et demeureront toujours séparées des fonctions administratives »), puis par la création de juridictions administratives séparées des juridictions judiciaires (notamment, création du Conseil d'État par la Constitution de l'an VIII), la distinction entre le droit privé et le droit public est devenue très rigide. Cette distinction apparaît aujourd'hui dépassée pour de nombreuses raisons. En particulier, parce que l'imbrication entre droit privé et droit public (plus précisément le droit administratif) croît du fait que l'État intervient de plus en plus dans les activités privées, et ce souvent en utilisant des structures et des mécanismes de droit privé. Suite à une casuistique jurisprudentielle complexe, la frontière entre droit public et droit privé est devenue mouvante, subtile et souvent très artificielle. Des matières comme le droit du travail ou le droit commercial mêlent de façon souvent indissociable des aspects de droit privé et de droit public. De la même façon, le droit fiscal, par exemple, est par nature une matière de droit public, puisque c'est l'État qui définit et perçoit l'impôt ; pourtant, la fiscalité des sociétés est le plus souvent étudiée avec le droit commercial. Le Code civil lui-même recèle d'ailleurs certaines dispositions de droit public, sur l'expropriation par exemple.

En outre, le droit constitutionnel, qui est une des deux branches essentielles du droit public (avec le droit administratif), contient aujourd'hui de plus en plus de principes qui intéressent le droit civil. En effet, si, à la différence d'autres pays étrangers, notre Constitution ne contenait initialement que les principes d'organisation des pouvoirs publics, depuis une décision du Conseil constitutionnel du 16 juillet 1971 se trouvent également intégrés dans le « bloc de constitutionnalité » (c'est-à-dire sont également dotés de valeur constitutionnelle) les principes contenus dans le préambule de la Constitution de 1958 ; or celui-ci renvoie – d'où son appellation traditionnelle de « préambule gigogne » – à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et au préambule, plus riche, de la Constitution de 1946, qui concernent notamment le droit de la propriété, le droit de la famille et le droit des contrats. Le droit civil se trouve ainsi doté de fondements constitutionnels.

Cependant, la séparation radicale entre droit privé et droit public est fermement maintenue par l'Université, où les enseignants se répartissent de façon étanche dans les deux disciplines, les voies d'accès étant propres à chacune d'elles.

Droit interne, droit international

Une autre summa divisio est faite entre le droit interne et le droit international, cette division pouvant concerner aussi bien le droit public que le droit privé.

Le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : agrégée des facultés de droit, professeur à la faculté de droit de l'université de Nantes

Classification

Autres références

«  CIVIL DROIT  » est également traité dans :

ACTION EN JUSTICE

  • Écrit par 
  • Christophe ALBIGES
  •  • 1 334 mots

L' action en justice correspond à la faculté conférée à une personne de s'adresser à un juge afin d'obtenir le respect de ses droits en invoquant des prétentions. Tout citoyen est ainsi libre de poursuivre une tierce personne ou de se défendre afin de garantir le respect de ses droits. Non seulement le demandeur bénéficie d'une telle liberté d'agir, illustrée par une action spécifique mise en œuv […] Lire la suite

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

L'adoption a pour but de créer un lien de filiation entre personnes qui ne sont pas apparentées par le sang en tant que parent et enfant. Il s'agit donc d'une filiation qui repose non pas sur le lien biologique, mais sur la volonté : c'est une filiation élective. Bien plus que les règles relatives à la filiation biologique, l'adoption est marquée par son caractère juridique qui la façonne : toutef […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Le terme « association » comporte deux acceptions d'ampleur différente. En un sens générique, il sert à désigner tout groupement volontaire et permanent formé entre plusieurs personnes, quels qu'en soient la forme, l'objet ou le but. En un sens spécifique, proprement juridique, il désigne « la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d'une façon permanente, leurs con […] Lire la suite

ASSOCIATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Matthieu HELY
  •  • 2 134 mots

Considérée comme un délit selon le code pénal de 1810 (pour un groupement non autorisé de plus de 20 personnes), la pratique associative a longtemps représenté un foyer d’agitation ouvrière et suscité la méfiance du pouvoir politique. À la suite des révoltes des artisans lyonnais de la soie, la loi du 10 avril 1834 limitera fortement le droit d’association et menacera d’interdiction les sociétés o […] Lire la suite

AVEU

  • Écrit par 
  • Robert VOUIN
  •  • 3 139 mots

Dans le chapitre « L'aveu civil »  : […] En ce qui concerne le procès civil, une autre distinction, si généralement admise qu'elle se retrouve, par exemple, dans le Code de droit canonique de 1983, oppose l'un à l'autre l'aveu judiciaire , fait en présence du juge, et l'aveu extrajudiciaire , qui s'entend de tout autre aveu. Qu'il soit judiciaire ou extrajudiciaire, l'aveu ne peut porter que sur des questions de fait et n'a de valeur que […] Lire la suite

BREVET D'INVENTION

  • Écrit par 
  • Jacques AZÉMA, 
  • Bernard EDELMAN, 
  • Michel VIVANT
  •  • 10 726 mots

Le brevet d'invention constitue un moyen juridique permettant de protéger les résultats de la recherche scientifique et technique. La protection des résultats de la recherche apparaît comme une condition à son existence. On ne saurait en effet imaginer une progression technologique sans un instrument juridique de sa protection et tous les pays se préoccupent de mettre en place un régime juridique […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Autres sources du droit »  : […] Actuellement, les deux Codes forment donc, l'un avec 1 752 canons, l'autre avec 1 746 canons, les deux sources principales du droit de l'Église catholique. À celles-ci s'ajoutent d'autres sources que le Code mentionne. Ainsi, le canon 2 du Code latin parle des lois liturgiques en vigueur. Il renvoie aux dispositions canoniques fixant les rites à observer dans les célébrations, que l'on trouve, sau […] Lire la suite

CARBONNIER JEAN (1908-2003)

  • Écrit par 
  • Marie-Anne FRISON-ROCHE
  •  • 940 mots

L'art juridique est dominé en France depuis le milieu du xx e  siècle par la pensée de Jean Carbonnier. Ce dernier a profondément marqué le droit par sa volonté de l'adapter à l'évolution sociale dont il était le spectateur attentif : de sa modestie méthodologique procède son influence. Né à Libourne en 1908, ses études juridiques et l'agrégation des facultés de droit l'ont conduit, entre 1937 et […] Lire la suite

CAUTIONNEMENT

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 651 mots

Sûreté personnelle, le cautionnement consiste dans la garantie que confère à un créancier l'existence de plusieurs personnes s'engageant à rembourser une même dette en cas de défaillance du débiteur proprement dit. Le droit romain ne connaissait que cette garantie personnelle et le garant courait le risque d'être mis à mort ou vendu comme esclave si le débiteur ne s'acquittait pas de son obligatio […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le droit civil et le droit économique »  : […] Jusqu'en 1979, fruit de la tradition soviétique, le champ d'application du droit civil était limité au droit des personnes et de la famille. D'ailleurs, les premières lois promulguées après le lancement des réformes avaient trait à la nationalité (1980), au mariage (1980) et aux successions (1985). La loi sur les contrats économiques de 1982, bien qu'elle entérinât la notion de « personne morale […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le 15, le Parlement adopte définitivement le projet de loi « portant reconnaissance de la Nation envers les harkis et les autres personnes rapatriées d’Algérie anciennement de statut civil de droit local et réparation des préjudices subis par ceux-ci et leurs familles du fait de l’indignité de leurs conditions d’accueil et de vie dans certaines structures sur le territoire français ». […] Lire la suite

9 février 2022 France. Reconnaissance du statut de mère à une femme transgenre.

La cour d’appel de Toulouse (Haute-Garonne) reconnaît le droit à une femme transgenre de figurer en tant que mère sur l’acte de naissance de sa fille, conçue avant le changement de sexe de la demanderesse. L’arrêt, qui instaure un précédent, ne mentionne pas le changement d’état civil de la mère afin de ne pas porter atteinte au droit au respect de la vie privée de l’enfant et de sa mère. […] Lire la suite

8 décembre 2021 Belgique. Rejet de la plainte déposée par des femmes métisses d'origine congolaise.

L’incrimination pour crime contre l’humanité a été introduite dans le droit belge par une loi de février 1999. […] Lire la suite

8 janvier 2021 Corée du Sud – Japon. Condamnation de Tōkyō à indemniser des « femmes de réconfort ».

Il s’agit du premier procès civil sur ce sujet. Tōkyō proteste, affirmant que la question a été réglée par l’accord bilatéral de décembre 2015 qui prévoyait une indemnité de 1 milliard de yens (7 millions d’euros) destinée à financer la création d’une fondation. Le tribunal estime que cet accord ne prévaut pas sur le droit des victimes à demander réparation. […] Lire la suite

18-31 juillet 2018 France. Éclatement de l'affaire Benalla.

Le 18, le quotidien Le Monde revient sur un épisode survenu le 1er mai à Paris, au cours duquel un homme en civil coiffé d’un casque de police s’en était pris violemment à un jeune homme à terre, sur la place de la Contrescarpe (Ve arrondissement), dans le cadre d’une opération de police visant un « apéro militant » organisé en marge de la manifestation syndicale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Muriel FABRE-MAGNAN, « CIVIL DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-civil/